GAMES ★ AMSTRAD CENT POUR CENT - DOSSIER BD ★

Dossier Bd Acpc - P06 - Blueberry

BLUEBERRY

Mais qu'est-ce qui fait courir Blueberry ? Depuis 20 ans qu'il galope à travers le Far-West, sa vie ressemble à une véritable course poursuite et pour quel résultat ? Au cours de ces aventures, tous les malheurs lui sont arrivés : il a été accusé du meurtre du président des Etats-unis, d'avoir volé la paye de Farinée, déserté, trahi son pays pour rejoindre le camp des Indiens, tué des militaires, plus quelques broutilles du genre, bagarres, troubles de l'ordre public, usurpation d'identité, faux témoignages etc.. Mais ne vous y trompez pas, Blueberry est un héros, un vrai de vrai, il est intelligent, généreux, drôle, loyal, courageux, bon tireur, fidèle en amitié et peut-être même amoureux de la très belle Chihuahua Pearl. Alors, comment s'y retrouver entre ce héros doué de toutes les qualités et son casier judiciaire plus chargé que l'haleine d'un bœuf ? C'est là une question qu'a dû souvent se poser J.M Charlier le scénariste de cette B.D.

SUR LA PISTE DE L'OR

A force de pousser son héros dans des missions impossibles pour lui faire retrouver son honneur, il ne cesse de l'empêtrer dans un magma d'opprobre. Heureusement Blueberry compte quelques amis, Red Neck, le pisteur qui doit son nom à la marque rouge qu'a laissée sur son cou la corde qui était destinée à le pendre, Chihuahua Pearl, la danseuse la plus célèbre de l'ouest qui a sauvé Blueberry des mains de Poing d'acier mais qui selon ses propres paroles "ne va pas tout de même passer sa vie à suivre des traîne-savates de son espèce...". Et enfin, Mac Clure, le I vieil ivrogne courageux et râleur qui accompagne Blueberry dans ses missions les plus dangereuses. On peut d'ailleurs noter de grandes ressemblances entre ces deux personnages et imaginer que Mac Clure est la préfiguration d'un Blueberry vieux et désabusé.

Car Blueberry vieillit au fil des années tout comme vous et moi. Entre ses premières aventures où il ressemblait à Jean-Paul Belmondo et les dernières où son visage est raviné comme celui d'un vieux trappeur. Blueberry a pris de l'âge et des cheveux blancs. Cette trouvaille, unique dans l'histoire de la B.D, nous la devons à son dessinateur, le génial Jean Giraud alias Giralias Moebius. Grâce à Giraud qui collabore étroitement au scénario, les planches de Blueberry sont parmi les plus belles qui soient et rappellent les vieux westerns de John Ford. Le sens de l'espace des grandes plaines de l'Ouest est rendu par un cadrage révolutionnaire, les couleurs toutes en dégradés subtils sont sources de vie et de réalisme, et le rythme incroyable des scènes d'action nous donne parfois l'impression d'assister en direct au combat. Pour terminer cet article aussi sec qu'un coup de feu dans la prairie et si vous ne voulez pas rester idiot toute votre vie...

USEZ BLUEBERRY ET TOUT CE QUE VOUS Y TROUVEREZ DESSINE PAR MOEBIUS

C'est une superbe adaptation du Lieutenant Blueberry que nous a concoctée là, Coktel Vision. Même si ce n'est pas la première du genre, l'introduction de petits jeux d'arcades et d'une certaine animation rend plus vivant ce soft, qui garde en même temps la qualité graphique de la B.D. Il n' était pourtant pas facile de reproduire tout les dégradés de couleurs du désert.

Dès le début, vous êtes pris en charge par le scénario qui vous oblige à suivre un court dialogue entre Blueberry et Jimmy Mac Clure. Ces deux lascars sont à la recherche d'un filon fabuleux, dont "Prosit" von Luckner leur a révélé l'existence. Plusieurs obstacles se dressent devant eux. Ils sont soit naturels, comme le désert, la faim ou la soif ; soit humains, comme les Indiens, Luckner et le redoutable spectre aux balles d'or.
Un bon jeu où le graphisme ne prend pas trop le pas sur l'action et sur l'animation.

BLUEBERRY : "LE SPECTRE AUX BALLES D'OR"
édité par COKTEL VISION K7 ou Disk.199 F

Page précédente : Dossier BD A100% - p05 - Les Passagers du Vent

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 104 millisecondes et consultée 989 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.