GAMES ★ AMSTRAD CENT POUR CENT - DOSSIER BD ★

Dossier Bd Acpc - P02 - Iznogoud

IZNOGOUD EST-IL BON ?

Interview Tabary

AMSTRAD 100 % : Comment est né le personnage d'IZNOGOUD ?
JEAN TABARY : C'est René Goscinny qui a trouvé le nom. et j'ai créé les personnages. Les premières planches d'IZNOGOUD ont paru pour la première fois en 1962 dans le numéro 1 du journal RECORD.

C'est en 1966 que le premier album d'IZNOGOUD a été imprime. Jusqu'à la mort de Goscinny (en 1978). nous n'avons édité que des albums composés de plusieurs histoires du grand vizir, ensuite j'ai écrit de longues histoires car le public le demandait.

A. 100 % : IZNOGOUD. comme son nom l'indique, est méchant, hypocrite, traître et cupide, ne le trouvez-vous pas trop immoral ? J.T : Avant tout, je dirai qu'il est drôle, et puis il faut aussi le prendre au second degré. De toute façon, jusqu'à présent toutes ses entreprises ont échoué ; la morale est donc sauve. A. 100 % : Justement ses échecs répétés et sa bêtise finissent par le rendre sympathique. N'est-ce pas un peu inquiétant ?
J.T : Bien sûr, mais cela peut aussi nous aider à mieux comprendre comment certains dictateurs sont arrivés au pouvoir. C'est un autre niveau de lecture d'IZNOGOUD. N'oublions jamais qu'en chaque homme il y a un IZNOGOUD qui sommeille ; finalement c'est peut-être ça qui le rend si populaire ?..-

A. 100 % : Cette popularité l'a conduit a être adapté sur micro-ordinateur. Connaissiez-vous l'informatique précédemment ?
J.T : Pas du tout. Mon fils Stéphane oui. J'ai mis du temps à comprendre le mécanisme. C'est trop nouveau ou je suis déjà trop vieux... (rires). A 14-16 ans, on pige très vite ce genre de truc. Ce dont je suis sûr, c'est que l'ordinateur n'a pas l'imagination, c'est l'imagination de l'homme qu'on introduit dans les programmes d'ordinateur (ça on est bien d'accord, ce n'est qu'un oUTIL, mais quel outil ! NDLR).

A. 100 % : Quel a été votre rôle dans l'élaboration du logiciel ?
J.T : Je leur ai fait des croquis d'IZNOGOUD et des autres personnages dans différentes positions et nous avons mis au point un certain nombre de gags. Mais réaliser un jeu est un métier à part entière, je ne suis pas capable de le faire. Je proposais des idées et on me disait si elles étaient réalisables. En fait, je me suis rendu compte que dans les jeux informatiques il y a certaines contraintes dues à leur structure. Dans la bédé, par contre, il n'y a aucune limite, on peut faire ce que l'on veut...

A. 100 % : Trouvez-vous que le graphisme micro soit fidèle à celui de vos BD ?
J.T : Fidèle... Ce n'est pas vraiment le même trait, mais je trouve cela très réussi.

A. 100 % : Ce premier contact avec la micro vous a t-il donné envie de faire du dessin sur ordinateur ?
J.T : J'ai essayé d'en faire chez Infogrames et Amstrad PC Mag. C'est un peu déroulant car on ne regarde pas sa main dessiner mais l'écran. Le résultat obtenu est une interprétation   un   peu déformée de ce qu'on crée, 11 faudrait arriver à ce que ce soit plus précis. Par contre, les couleurs micro sont d une qualité étonnante, même avec du beau  papier  il  est  très  difficile  d'obtenir des couleurs aussi chatoyantes sur un album.

A. 100 % : Quels sont vos projets ? J.T : Je termine un album de 'Corinne et Jeannot" et je travaille déjà sur le nouvel IZNOGOUD qui s'appellera : "IZNOGOUD enfin calife" et qui sortira l'année prochaine.

Jean Tabary est né le 5 mars 1930 à Stockholm en Suède. Il débute dans la bande dessinée en 1956 aux éditions Vaillant avec "Richard et Charlie". En 1958, il imagine une nouvelle série "Les Aventures de Totoche , dont deux personnages "Jeannot et Corinne" vont devenir célèbres et paraître en album. En 1960, pour le journal Pilote, il crée avec Goscinny le personnage de "Valentin le Vagabond". Encore pour Vaillant, il invente les deux personnages 'les plus cons de la B.D" (c'est Gotlieb qui l'a dit): "Grabadu et Gabaliouchtou". En 1962. toujours avec Goscinny. c'est la création du grand vizir IZNOGOUD (lire l'interview, ci-dessus).
En 1979. il crée sa propre maison d'éditions d'où soni déjà sortis 6 albums d'Iznogoud dont le dernier en date s'appelle L'anniversaire d'Iznogoud". Contacts:
Les éditions de la Séguinière BP/10 Pont l'Abbé d'Amoult 17250 Saint Porcbaire.

JE VEUX ETRE CALIFE A LA PLACE
DU CALIFE ! ! !

Ce cri qui hantait les pages des BD de TABARY et GOSCINNY sera désormais votre leitmotiv sur CPC. Grâce au logiciel d'INFOGRAMES, vous entrerez de plein pied dans l'univers magique de Bagdad la magnifique, et devrez faire en sorte qu'IZNOGOUD parvienne enfin à remplacer le bon calife Haroun El Poussah.

Dans la BD le grand (1,50 m en babouches) vizir est un être cruel, cupide et hypocrite, sur l'écran de votre CPC, IZNOGOUD, c'est-à-dire vous, devra être cruel, cupide et hypocrite (Enfin un logiciel dont vous êtes le tyran !)

Page précédente : Dossier Bd

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 082 millisecondes et consultée 1099 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.