GAMES ★ AMSTRAD CENT POUR CENT - DOSSIER BD ★

Dossier BD A100% - p05 - Les Passagers du Vent

UN AMOUR D'ISA

Enfin une fille ! ! ! De celle dont on rêve toujours et qu'on ne rencontre jamais ; une fille belle, intelligente et libre. Une héroïne à l'histoire mouvementée qui sert de toile de fond à la grande saga des PASSAGERS DU VENT, l'oeuvre de François Bourgeon. A la fin du XVIlIème siècle, de la mer des Caraïbes à l'Angleterre, de l'Afrique noire aux rivages de la Jamaïque, ISA vogue d'aventure en aventure. Jeune fille noble dont on a usurpé l'identité, elle traverse les océans à la recherche de son idéal. Peut-être l'a t-elle aperçu dans les grands yeux bleus du jeune marin Hoel Marie Tragan ? Peut-être est-il déjà perdu comme un rêve merveilleux que l'on oublie sous le coup d'un réveil trop brutal ? "Apprenez à perdre, Isa, apprenez à vivre entre le désenchantement et la désillusion... C'est le prix qu'il faut payer pour le petit peu d'efficacité qui nous fait parfois croire que nous sommes utiles". Mais ISA n'écoute pas. Elle veut vivre son rêve jusqu'au bout, malgré les pires vilenies, les pires horreurs que les hommes et leur morale faussement pudibonde lui font subir. Elle se moque de l'hypocrisie et veut disposer de sa vie et de son corps comme elle l'entend : "Je ne place pas ma vertu là où vous avez cru la prendre. Monsieur ! Par contre, j'avais placé en vous tout ce qui me restait de confiance. Pour cette trahison-là. vous ne payerez jamais assez...". . Du haut de ses 18 ans rien ne l'effraie, pas plus les aléas d'une grande traversée que les risques d'un combat au couteau. Toujours prête à tenter le diable pour trouver le bonheur, elle n'hésite pas à braver la mort pour sauver ceux qu'elle aime. Tiraillée entre son idéal et les terribles dangers qu'elle doit affronter, elle échaffaude les plans les plus subtils pour échapper aux pièges que lui tend son destin. Elle est le soleil éclatant qui éclaire l'univers des PASSAGERS DU VENT. Les autres personnages tournent autour de sa figure solaire tels de petites planètes froides et sombres qui puisent leur énergie à la source de sa chaleur. Car c'est elle qui mène le jeu. Déclenchant la tempête ou soignant les blessures, elle s'embrase d'un seul coup, se consume en un éclair pour renaître, tel un phénix, encore plus brillante et radieuse. Rien ni personne ne lui résiste. Hoel, son compagnon à qui elle redonne le goût de la liberté. Mary. l'Anglaise libertine qui retrouve un peu de sa pureté à son contact... Et tous les autres qui ont appris à redouter sa vengeance ou à espérer sa tendresse-ISA est une des héroïnes les plus excitantes de toute l'histoire de la B.D. Rendons grâce à son créateur François Bourgeon. Les PASSAGERS DU VENT ont marqué un retour à la B.D historique où le rêve et la reconstitution se mêlent avec bonheur. Le graphisme fin et minutieux de Bourgeon s'accommode parfaitement à la narration d'une épopée. Tout comme sa mise enpage rend bien l'idée d'espace et de mouvement. Par un cadrage essentiellement porté sur les visages, il réussit à peindre des portraits bouleversants d'expression et de sentiments. Bref, une réussite qui mérite amplement de se retrouver en tête du hit-parade des lecteurs de B.D. .

Fut le premier logiciel mêlant, à la fois, un jeu et le graphisme d'une bande dessinée. Infogrames avait pur ce soft choisi l'univers des PASSAGERS DU VENT de F. Bourgeon. Comment n' avoir pas été séduit par le graphisme et le réalisme des personnages.

Dès le début du jeu, on est surpris par la beauté des images parfaitement adaptées. On se laisse même prendre par ces dessins ressemblant davantage à une B.D. sur micro, qu'à un véritable jeu d'aventure. D'autant que le début est à tendance dirigiste. On est alors étonné quand brusquement cette magnifique image vous demande de faire un choix. Vous étiez dans votre salon à feuilleter un livre et vous vous retrouvez à la fin du 18ème siècle soit en Angleterre (Les Passagers Du Vent I), soit en Afrique (Les Passagers Du Vent II).

Vous vous trouvez alors dans une triple situation, acteur (interprétant une quinzaine de personnages), maître du destin de ces mêmes personnages et spectateur de l'histoire. Imaginez-vous, marchant le long d'une grande plage bretonne, l'oeil amoureusement rivé sur une épave de bateau, où un charmant jeune homme se languit de vous. Que diriez-vous d'une promenade au beau milieu de la brousse, entouré d'animaux féroces guettant le moindre signe de faiblesse pour se jeter sur vous. Que faire pour sauver ce jeune homme ? Quel plan adopter ? Les gens-sont-ils toujours de bon conseil ? Qu'est-ce qui les poussent à agir ? Et Dieu dans tout ça ? Telles sont les questions que vous aurez à vous poser et auxquelles il faudra répondre. A la différence du premier jeu, où le moindre écart au scénario B.D initial vous entraîne dans un cul de sac immédiat, le second, beaucoup plus subtil, peut vous diriger sur une fausse piste pendant plusieurs scènes avant de vous faire recommencer. La sauvegarde reste alors la seule protection efficace.

Mais pour toi, lecteur préférant les fins tristes, il est possible de faire trébucher tes petits personnages, et d'acheter la suite de l'aventure en B.D., pour comparer ton histoire à celle de l'auteur. Il te reste encore une possibilité, celle d'attendre une éventuelle sortie de la suite des aventures, accompagnées comme il se doit par la B.D., racontant les épisodes précédents.

Tout de suite, un détail vous avertit que vous n'êtes pas devant une simple B.D. Une musique douce et envoûtante sort de votre micro. La première page écran est tellement parfaite que c'est à regret que vous la quittez pour vous lancer dans le jeu. Tous les avantages vous apparaissent alors. On peut toutefois regretter que F. Bourgeon ait refusé que son oeuvre ne soit pas trop défigurée. Si cela flatte mon côté lecteur, cela frustre mon côté joueur. Impossible de partir nez au vent. Je dois attendre que le jeu me propose un choix. Il se limite souvent à une double proposition de phrase. Bon ne vexons pas la susceptibilité de l'auteur. On peut comprendre que celui-ci ait un peu de mal à voir ses personnages prendre des initiatives que la morale réprouve. Ce que l'auteur n'a pu refuser aux créateurs du soft, c'est une certaine forme d'animation par juxtaposition d'images. Cela donne parfois, le peu de vie qu'il manque aux personnages, malgré la finesse des traits du dessin. Quelques nouveautés, dans le deuxième numéro, ont parachevé le charme de ces logiciels. Il s'agit d'abord de l'apparition d'une énigme à la fin de chaque scène (ce qui ne veut pas dire que vous aviez passé l'épreuve avec succès), et de la possibilité, de vous remémorer d'un doigt les actions que vous avez effectué. Mixture de charme d'un jeu d'aventure et d'une bande dessinée, le simple intérêt de la découverte de nouvelles images suffirait à pousser l'aventure au maximum, quand en plus le scénario est signé Bourgeon, c'est à se damner.

LES PASSAGERS DV VENT I et II édité par INFOGRAMES

Prix : 299 francs disquette 1, 290 francs disquette et cassette II

  1. Les Passagers du Vent 1
  2. Les Passagers du Vent 2: L'heure du Serpent

Page précédente : Dossier Bd Acpc - P04 - Gaston

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 104 millisecondes et consultée 1298 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.