CODINGCLASSEURS WEKA ★ Comment exploiter toutes les ressources et augmenter les performances de votre AMSTRAD CPC ★

3/3 - CP/M 2.2 : Définitions, rappels et utilisationsCoding Classeurs Weka

Cette partie concerne les possesseurs de CPC 464 qui ont un lecteur de disquettes, les possesseurs de CPC 664, et éventuellement les possesseurs de CPC 6128. Ces derniers pourront utiliser soit CPM + (voir chapitre 4 de cette partie) soit CP/M 2.2 qui en est une sous-version.

HISTORIQUE

CP/M est un système d'exploitation monotâche, mono-utilisateur très répandu sur les micro-ordinateurs utilisant un microprocesseur 8080, 8085, Z80 ou même un 16 bits.
CP/M a été conçu en 1973 par Gary Killdall avec les objectifs suivants :

  • fonctionner sur tout ordinateur à base de 8080, 8085 ou Z80 ;
  • faciliter la gestion des lecteurs de disquettes ;
  • fournir un ensemble d'ordres « système » simples pour aider le programmeur dans sa tâche.

En 1976, Kildall fonde Digital Research et CP/M est commercialisé.
Depuis, on peut dire que CP/M est devenu un standard des systèmes d'exploitation. Le nombre approximatif de ses utilisateurs est évalué à trois cent mille sur des ordinateurs familiaux et professionnels.

DÉFINITIONS ET RAPPELS

Lorsque vous faites un « démarrage à froid » de CP/M 2.2 en tapant la commande AMSDOS « |CPM », un programme situé dans les ROM du CPC charge quatre modules en mémoire RAM : TPA, CCP, BDOS et BIOS.

Remarque : Par opposition, nous parlerons de démarrage à chaud lorsque seulement CCP et BDOS sont chargés en mémoire RAM. Cette opération est activée par l'appui simultané des touches CTRL et C et doit impérativement être effectuée après chaque changement de disquette pour éviter les erreurs du type « BDOS Error on A : R/0 » qui signalent que CP/M ne reconnaît pas la disquette insérée dans le lecteur.

TPA: (Transcient Program Area) : Zone des programmes temporaires.
Dans cette zone sont en particulier chargés les programmes non résidents d'extension « .COM » qui composent les ordres de CP/M 2.2 et, en général, tout programme exécuté sous CP/M.

CCP: (Console Command Processor) : Processeur des commandes consoles.
C'est la zone qui contient les commandes résidentes (voir définitions) : DIR, ERA, REN, SAVE, TYPE et USER.

BDOS: (Basic Disk Operating System) : Système d'exploitation de base. Contient les programmes servant à la gestion des unités de disquettes.

BIOS : (Basic Input Output System) : Système d'entrée/sortie de base
Contient le logiciel de base qui permet d'adapter CP/M 2.2 aux ordinateurs CPC.
Le message « CP/M 2.2 Amstrad Consumer Electronics pic » et le prompt « < A > » vous signalent que CP/M 2.2 est en mémoire et attend une commande.

Définitions : Une commande est dite résidente quand elle est toujours présente en mémoire centrale RAM ou ROM.

Une commande est dite transitoire quand elle est présente sur disquette sous la forme d'un fichier d'extension « .COM » qui est chargé en RAM dans la zone TPA pour être exécutée.

Caractères de contrôle reconnus par CP/M 2.2 :

Comme nous venons de le voir, l'appui simultané sur les touches CTRL et C produit un démarrage à chaud. D'autres touches peuvent être actionnées en même temps que la touche CTRL pour produire ce que l'on appelle des caractères de contrôle.

Ainsi :

  • ^E     produit un passage à la ligne suivante
  • ^H    un déplacement du curseur vers la gauche (identique à la touche DEL)
  • ^l      une tabulation (identique à la touche TAB)
  • ^J    un saut à la ligne (identique à la toucher ENTER)
  • ^M   un retour chariot (identique à la touche ENTER)
  • ^P     un début ou une fin d'écho sur imprimante
  • ^R    une réimpression de la ligne courante
  • ^S    un arrêt de l'affichage sur l'écran
  • ^U    un abandon de la ligne courante, et le début d'une autre ligne
  • ^X    un abandon de la ligne courante sans commencer une autre ligne.

Dans la suite, nous allons analyser la ou les utilisation(s) possible(s) de chaque ordre CP/M 2.2.

MOTS-CLÉS ET LEUR UTILISATION

Nous avons divisé ces fonctions en trois grands groupes :

  1. Entrées/sorties sur disque ou cassette : CLOAD, COPYDISC, CSAVE, DIR, DISCOPY, DISCCHK, ERA, FILECOPY, FORMAT, LOAD, PIP, SAVE, STAT et USER.
  2. Utilitaires : BOOTGEN, DUMP, MOVCPM, REN, SETUP, SYSGEN, TYPE et XSUB.
  3. Ordres évolués : AMSDOS, CHKDISC, DISCKIT2, ED et SUBMIT.

Conventions d'écriture :
[ ] Encadrent une ou plusieurs option(s)
< > Encadrent un paramètre obligatoire
( ) Plage finie de valeurs possibles
| Soit l'un, soit l'autre
n Substitution du paramètre par un entier
s Substitution du paramètre par une chaîne alphanumérique

Page précédente : 3/2.1 - Liste alphabétique des mots-clés

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 100 millisecondes et consultée 1332 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.