CODINGCHRONIQUE A100% DES LOGON SYSTEM ★ LOGON SYSTEM ACPC N°45 - SINUS DOTS ★

Logon System ACPC n°45 - Sinus DotsCoding Chronique A100% Des Logon System

Et hop ! Ce mois-ci, c'est encore moi, Pict, qui m'y colle pour votre rubrique préférée.

Je tiens tout d'abord à dire que je ne m'appelle en aucun cas Maxim Barrou, comme le titre du précédent article le laissait croire (je ne sais toujours pas qui est l'auteur de ce titre étrange, mais ça m'apprendra à rendre mes articles sans titre ... ). Aujourd'hui, nous allons parler animation, avec des pixels bougeant selon des courbes sinusoïdales, encore appelées Sinus Dots en jargon de demomaker.

PAGE-FLIPPING

A travers ce programme, qui anime près de 400 pixels en 50 Hertz (record !), nous allons voir comme d'habitude quelques techniques d'optimisation, mais aussi un système d'animation particulier, le Page-Flipping.
Mais encore un dernier mot concernant le programme du mois dernier des coquilles semblent s'être incrustées lors de l'impression du listing. Il faut en effet taper "ENT $" à la place de "$" au début du programme, et "#54" à la place de &50H vers la fin du listing. Il y a également un problème dont j'assume, cette fois-ci, la lourde responsabilité dans le programme Basic: l'instruction GRAPHICS PEN est mal digérée sur 464 ! Mais cette histoire est en fait très simple à résoudre si vous connaissez votre Basic. Il suffit en effet de rajouter, à l'instruction DRAW ou PLOT, un troisième paramètre, ce dernier étant l'encre désirée ...
Voilà pour le flash-back, maintenant, attaquons-nous au programme de ce mois!

RUSE OU RIGUEUR?

Le Page-Flipping, ou encore Page­Switching (connexion d'écran), bien qu'il soit surtout utilisé dans les jeux, est un système qui tient plus de la ruse de demomaker que de la rigueur d'un programmeur professionnel. Cependant, cette technique n'est pas spécifique à l'Amstrad et est employée sur tous les ordinateurs de jeux. Son principe repose sur le basculement de 2 écrans: une fois qu'un écran est prêt, on l'affiche et, pendant ce temps, on modifie l'autre écran, qui est donc caché. Ce système est en fait nécessai­re à partir du moment où l'on veut affi­cher de gros sprites, faire un gros scrolling, ou n'importe quoi modifiant l'écran qui prend beaucoup de temps machine. Pourquoi ? Parce que sinon  l'animation se mange le balayage du faisceau d'électrons qui donne un résultat hideux à l'écran ...

Etant donné que nous animons plusieurs centaines de points simultanément, cette technique est quasiment obligatoire!

Pour réaliser le Page-Flipping, nous allons utiliser les deux pages vidéo de 16 Ko se trouvant en &4000 et &C000. Pourquoi ces deux pages-là plutôt que d'autres ? Eh bien, car encore une fois, notre bon vieux CPC nous tend une perche: le Gate Array à une commande qui permet de considérer l'écran en #C000 comme étant celui en #4000, cela est possible par un simple OUT &7F00,&C3 en Basic (Longshot et Sined ont d'ailleurs déjà parlé de cette possibilité dans des Cent Pour Cent précédents). Cette astuce nous permet de garder la même adresse absolue quel que soit l'écran que l'on trafique.

DEJA MAL A LA TETE?

Notre animation étant composée de pixels suivant des courbes sinusoï­dales en abscisse et en ordonnée, nous allons gagner un maximum de vitesse en transformant les valeurs de la table de sinus en adresse de ligne d'écran pour les ordonnées, et en masques et octets pour l'abscisse AVANT de faire l'animation. Grâce à ce précalcul, il suf­fira d'additionner l'adresse de la ligne écran, donnée par la courbe des ordonnées, à l'octet des abscisses pour avoir l'adresse du pixel, et de masquer cette adresse par l'autre octet des abs­cisses, qui est donc le masque donnant le pixel. Toujours dans ce souci de rapidité, bien que l'on soit en mode 1, on n'utilise que l'encre 3, car le mas­quage se fait plus rapidement avec un écran où il n'y a qu'une seule encre (il suffit d'un simple OR). L'écran a subi un reformatage féroce et sauvage qui permet d'additionner l'abscisse et l'ordonnée grâce à une opération de 8 bits au lieu de 16, et donc de gagner quelques cycles (qui font en fait beau­coup de temps machine gagné puis­qu'il faut multiplier le gain par le nombre de points affichés). En effet, l'écran reformaté fait 256 lignes de haut sur 256 pixels de large, soit 64 octets de large; dans un tel format, le poids faible de l'adresse du premier octet de chaque ligne de l'écran étant toujours inférieur à 192, et comme 192 + 64 = 256, une addition de 8 bits suffit donc. De plus, si l'écran est  moins large, vous bénéficiez par contre d'un overscan vertical sympathique. Venons en à l'animation proprement dite. Vous avez 4 variables paramé­trables en début de programme qui sont la vitesse d'animation et l'écart entre chaque pixel pour l'abscisse et l'ordonnée; essayez autant de combinaisons et de valeurs que vous voulez (mais ne dépassez pas 1 023 ou je ne réponds plus de rien !). il se passe tou­jours quelque chose de différent sur l'écran!

PAS DE DETAILS ...

Je ne vais pas détailler le listing davantage, il est déjà commenté en profon­deur dans les remarques, mais je tiens tout de même à faire quelques préci­sions : le RES 3,H que vous pouvez voir plusieurs fois dans le programme est une sorte de compteur autobouclant qui présente 2 contraintes contrastant, hélas! avec son efficacité et sa rapidité. Tout d'abord, comme les compteurs autobouclants du mois dernier, il faut que la table contienne un nombre d'octets qui soit une puissance de 2 (ici 2 11 = 2048 octets) et de plus, il faut que la table de données commence à une adresse multiple de 256, ayant un poids faible, nul autrement dit. L'effacement des pixels se fait à la pile grâce à 2 buffers (un pour chaque écran du page­flipping) contenant les adresses des pixels à effacer. Aussitôt après, on affiche les nouveaux points; regardez bien cette routine, elle est difficile à appréhender (et à comprendre !L Je tiens d'ailleurs à dire que je ne l'ai pas pondue d'un seul coup, mais que j'ai passé plusieurs heures à la cogiter, afin d'avoir une routine rapide sans être pour autant trop gourmande en mémoire.

Eh oui, ne croyez pas que savoir pro­grammer signifie être capable de faire une routine par la seule force de ses doigts en tapotànt sur le clavier, il faut aussi (et c'est le plus dur) se servir de sa tête (n'est-ce pas Poum ? Nooon, pas un coup de boule ! Aïe ! Hum, c'est comme ça qu'il se sert de sa tête, lui ? ). En bref, un papier et un crayon sont souvent les meilleures armes face au bug récalcitrant...

Je vous laisse ainsi méditer sur ces bonnes paroles, et je vous souhaite une bonne rentrée et de bonnes routines!

A +

Pict (Emmanuel, pas Maxim, merci), ACPC n°45 Oct/nov92, p34, p35, p36

★ ANNÉE: 1992
★ AUTEUR: PICT

Page précédente : Logon System ACPC n°44 - 3D Scroll demo
★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Other platform tool:
» logon45DATE: 2012-08-27
DL: 100 fois
TYPE: image
SIZE: 694Ko
NOTE: w331*h6000
 

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Coding » Logon System ACPC n°36 - Rupture facile
» Coding » Logon System ACPC n°38 - Overscan facile
» Coding » Logon System ACPC n°31 - Le CRTC
» Coding » Logon System ACPC n°42 - Raster suite et fin ...
» Coding » Logon System ACPC n°33 - Les interruptions du Z80
» Coding » Logon System ACPC n°37 - Histoire de rasters

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 079 millisecondes et consultée 1139 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.