CODINGCLASSEURS WEKA ★ Comment exploiterr toutes les ressources et augmenter les performances de votre AMSTRAD CPC ★

7/2.1.3 - Les fonctions de MULTIPLANCoding Classeurs Weka

7/2 Tableurs

7/2.1 Multiplan

7/2.1.3 Les fonctions de MULTIPLAN

I. Les fonctions mathématiques de MULTIPLAN

A. LES FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES :

  • ATAN(X) : fonction arctangente de X (fonction réciproque de la fonction tangente).
  • COS(X) : fonction cosinus de X.
  • PI           : fournit la valeur numérique arrondie de π(3,1415926336).
  • SIN(X) : fonction sinus de X.
  • TAN(X) : fonction tangente de X.

Note : X est un élément de l'ensemble des réels.

B. LES FONCTIONS D'UN AUTRE TYPE

  • ABS(X) : fournit la valeur absolue de X.
  • ARRONDI(X;D) : fournit la valeur arrondie de X avec D décimales.
  • ENT(X) : fournit le plus grand entier inférieur ou égal à X.
  • EXP(X) : fournit la valeur de l'exponentielle de X (fonction réciproque de la fonction LOG).
  • LOG(X) : fournit le logarithme népérien de X.
  • LOG10(X) : fournit le logarithme décimal de X.
  • MODE(A;B) : fournit le reste de la division entière de A par B.
  • RACINE(X) : fournit la racine carrée de X.

Note : Lorsque la valeur de X n'appartient pas au domaine de définition de la fonction pour laquelle elle est utilisée, cette fonction donne le message d'erreur NUM!

II. Les fonctions statistiques

 

  • ECARTYPE(liste) : fournit la valeur de l'écart type estimé de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».
  • MAX(liste) : fournit le maximum de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».
  • MIN(liste) : fournit le minimum de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».
  • MOYENNE(liste) : fournit la moyenne arithmétique de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».
  • NB(liste) : fournit le nombre d'éléments de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».
  • SOMME(liste) : fournit la somme des éléments de la suite de nombres définie dans l'argument « liste ».

III. Les fonctions financières

  • FRANC(T;D) : arrondit la valeur de T au nombre de décimales D et fournit le texte de cette valeur suivi de la lettre F.
    Exemple : FRANC (10,676:2) donne 10,68 F
  • VAN (taux;liste) : donne te calcul à un taux d'intérêt donné de la valeur actualisée nette.

IV. Les fonctions logiques

  • ERREUR(E) : fournit la valeur VRAI si l'expression E a pour valeur DIV/OI, N/A!, NUM!, RIEN!, sinon donne la valeur logique FAUX.
  • ET(liste) : fournit la valeur VRAI si et seulement si les conditions contenues dans l'argument « liste » sont justes, sinon fournit la valeur FAUX.
  • FAUX() : fournit la valeur logique FAUX.
  • LNA(E) : fournit la valeur logique VRAI si et seulement si E est une valeur non accessible.
  • NA() : fournit la valeur N/AI (non accessible). Lorsqu'une expression fait appel à la valeur N/A! contenue dans une cellule, le résultat de l'expression devient N/AI.
    Cette fonction peut être employée pour tracer le cheminement du séquencement des commandes programmées dans la feuille. Cette méthode est destructrice d'informations ; aussi, il convient de faire une sauvegarde avant de l'employer.
  • NON(E) : fournit la valeur logique VRAI si l'expression E est fausse.
  • OU(liste) : fournit la valeur VRAI si au moins une condition de la liste est vraie sinon donne la valeur FAUX.
  • SI(E;A;S) : si l'expression E est vraie, alors le programme exécute l'expression A.
    Sinon le programme exécute l'expression S
    Exemple : SI(SOMME(LC( + 2>:LC( + 12)) = 0; " ;SOMME(LC( + 2):LC( +12)))
  • VRAI() : fournit la valeur logique VRAI.

V. Les fonctions restantes

  • CHERCHE(X;table) : cherche le paramètre X dans la première ligne ou colonne de la table, puis donne le contenu de la cellule de la dernière ligne ou colonne de cette même table.
    La valeur de X est donc l'index du résultat fourni. Cette fonction peut servir à la constitution de tables de données. Si la valeur de X est plus petite que les valeurs de la première zone de recherche, le résultat fournit est le message N/A!
    Si au contraire, la valeur de X est plus grande, le résultat renvoyé est celui correspondant à la plus grande valeur de la zone de recherche.
    X peut être une valeur positive, négative ou encore alphanumérique.
  • CNUM(T) : fournit la valeur numérique du texte T qui doit représenter un nombre.
  • COLONNE() : fournit le numéro de colonne d8ns laquelle se trouve la formule contenant cette fonction.
  • CTXT(X;D) : fournit la valeur de X sous forme de texte avec le nombre D de décimales.
  • INDEX(liste:l) : permet de rechercher dans une liste le ième élément de celle-ci.
    Si N est supérieur à la dimension de la liste, la valeur renvoyée est N/AI.
  • INDEX(zone;L;C) : recherche dans une table une valeur numérique ou alphanumérique.
    Si une ligne ou colonne est trop grande par rapport à la dimension de la table le résultat fourni est N/Al.
  • LIGNE() : fournit le numéro de la ligne dans laquelle se trouve la formule contenant cette fonction.
  • NBCAR(texte) : fournit le nombre de caractères formant le texte.
  • REPT(texte;N) : répète N fois le texte.
    Exemple : REPT(*;4) fournit ** * *
  • SIGNE(X) : fournit la valeur 1 pour un X positif. 
    fournit la valeur 0 pour un X nul.
    fournit la valeur -1 pour un X négatif.
  • STXT(T;D;N) : fournit N caractères du texte T à partir du Dième.
    Si D et N sont des nombres décimaux, alors leurs parties décimales ne sont pas prises en compte.
    Si D est négatif, le résultat est le message d'erreur VALEURI
    Si D> NBCAR(T) ou si N est nul, alors aucun caractère n'est renvoyé.

Page précédente : 7/2.1.2 Les commandes de MULTIPLAN !OCR!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 131 millisecondes et consultée 125 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.