APPLICATIONSCREATION MUSICAL ★ MUSIC-PRO ★

MUSIC PRO PREVIEW (AMSTRAD MAGAZINE)MUSIC PRO (CPC Magazine)MUSIC PRO (c) Music Logiciel (AM-Mag)MUSIC PRO (Tilt)Music-Pro vs. E.M.U (Amstrad Cent Pour Cent)

Cet outil offre aux utilisateurs de CPC toutes les fonctions nécessaires à la parfaite maîtrise de ses ressources sonores.

Utilisé depuis plus d'un an par son auteur, Charles Callet, pour «sonoriser» les logiciels de jeu infogrames, l'utilitaire de création musicale Music-Pro a pu bénéficier avant sa commercialisation d'une mise au point approfondie effectuée dans les conditions réelles d'utilisation. Cet oUTIL, qui répond à la fois aux exigences des professionnels de la création de jeux et des amateurs de musique désireux de tirer le meilleur parti des ressources internes de leur Amstrad CPC, cumule les fonctions d'un synthétiseur prenant en charge la création de sons et de bruitages, et d'un séquenceur trois voies permettant de les utiliser pour construire des morceaux. Mais si sa présentation, sa clarté d'organisation et son accès facile par menus déroulants et icônes semblent inspirés par les récents logiciels professionnels à la norme MIDI tournant sur Atari ST, Music-Pro se contente de piloter le processeur sonore de l'Amstrad sans pouvoir contrôler d'instruments de musique externes. Il ne donnera donc le meilleur de lui-même que si la sortie audio de l'Amstrad CPC est raccordée à une chaîne hi-fi.

Les deux pages-écran du synthétiseur se partagent la création et la gestion des sons. La page de création permet d'intervenir sur les paramètres de commande du processeur  sonore qui définissent l'enveloppe de volume (variation du niveau sonore en fonction  du temps) et l'enveloppe de tonalité (variation de la fréquence édition des enveloppes elles-mêmes nécessitant le retour à la première page du synthé.

Le séquenceur trois voies qui vient compléter l'édifice permet d'intervenir à un niveau élémentaire ù la création de séquences de notes à l'aide des sons stockés dans les banques ù ou à un niveau global ù l'agencement des séquences composant le morceau ù a partir de deux écrans très semblables dans leur présentation. Les commandes générales, rassemblées à gauche sous forme d'icônes, permettent de choisir le rythme, le mode d'exécution de la séquence (unique ou en boucle), le démarrage ou l'arrêt de l'écoute. La saisie des notes et de leur valeur, les changements d'octave ou de sons (il est possible d'en changer à chaque note !) se font grâce au clavier de l'Amstrad. Les notes et leur durée s'inscrivent immédiatement sous forme textuelle dans la fenêtre de leur numéro de son, alors que la plupart des séquenceurs préfèrent les représenter sur une partition. Les fonctions d'édition portent sur les notes, modifiables en hauteur, en durée ou en timbre, insérables ou supprimables à volonté, mais également sur les séquences elles-mêmes, que l'on peut doubler, inverser ou transposer.

La deuxième page du séquenceur ne diffère de la première que par le contenu des fenêtres de visualisation des voies, où les numéros des séquences prennent la place des notes. Il ne reste plus, pour terminer le morceau, qu'à définir le chaînage de ses différents éléments, grâce aux fonctions d'édition qui facilitent l'insertion, l'effacement ou la répétition des séquences. Comme précédemment, chaque voie peut-être écoutée individuellement et reste totalement indépendante, à tel point qu'un même numéro désigne des séquences différentes selon la voie. Inconvénient d'autant plus regrettable qu'il n'existe aucune fonction de copie de séquences d une voie sur l'autre. Le logiciel ne prévoit pas non plus d ajustement du niveau sonore de chaque voie , il est impossible d'effectuer un mixage, d'obtenir un decrescendo ou un effet d'echo autrement qu en créant plusieurs sons de timbres identiques, mais ayant des enveloppes de volume d'amplitudes différentes. La contrainte est lourde, d'autant que h nombre limité des présélections d'enveloppes et des sons charges simultanément en mémoire réduit la marge de manoeuvre.

Mais ces critiques ne sauraient faire oublier que, compte tenu de la machine, le point d'équilibre entre la souplesse d'emploi et la richesse fonctionnelle du logiciel, l'espace-mémoire laissé aux morceaux et le degré de compactage des fichiers de musique, a su être trouvé.

Disquette ou K7 Music Logiciel pour Amstrad CPC 464, 664 ou 6128. Programme et manuel en français.

TILT n°51, Fev 88

★ EDITEUR: Music Logiciel (Musiciel)
★ ANNÉE: 1987
★ CONFIG: ???
★ LANGAGE:
★ LICENCE: COMMERCIALE
★ AUTEUR: CHARLES CALLET

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

File:
» Music  Pro    FRENCHDATE: 2013-09-03
DL: 258 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 98Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

Advert/Publicité:
» Music  Pro    FRENCHDATE: 2019-12-19
DL: 128 fois
TYPE: image
SIZE: 525Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ; w2182*h1434
 

Dump disquette (version commerciale):
» Music  Pro    FRENCHDATE: 2017-05-09
DL: 81 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 38Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 40 Cyls
.HFE: NON

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » Orgel - Meister (CPC Amstrad International)
» Applications » The Advanced Music System
» Applications » Magic Musician
» Applications » Magic Synthesizer
» Applications » Speech for SymbOS
» Applications » Musicos

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 074 millisecondes et consultée 2948 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.