HARDWARE ★ AMSTRAD ET LE MAGNETOPHONE ★

S'il est un ordinateur qui pose rarement des problèmes avec son magnétophone, au niveau du chargement des cassettes, c'est bien l'AMSTRAD... Pourtant, il n'est pas toujours évident de bien s'en servir !

Avec son lecteur de cassettes intégré, le 464 ne pose pas souvent des problèmes. Pour les 664 et 6128, il n'en va pas de même. Il faut savoir choisir LE magnétohone qui sera capable de bien lire toutes les cassettes. Et bien, quoique l'on vous dise, grâce à la fiabilité des chargements et sauvegardes, on pourra utiliser pratiquement n'importe quel magnétophone sur l'AMSTRAD, ce qui veut dire que le magnéto qui vous sert à enregistrer le TOP 50 à la radio, vous rendra encore bien des services sur l'AMSTRAD. Ce qui est important, c'est la régularité dans le défilement de la bande. Certains appareils refusent obstinément d'entraîner des cassettes un peu dures... Le résultat est évident, même à l'oreille : un pleurage excessif provoque des "READ ERROR... ". Autre source de "READ ERROR", le réglage de volume et, éventuellement, du contrôle de tonalité, si votre appareil en est muni. Faites des essais sur un programme court, de deux blocs au maximum. Dès que le chargement sera correct, repérez la position des potentiomètres du magnétophone avec soin : cela vous évitera de chercher par la suite.

Le choix de la cassette a aussi son importance. Mieux vaut prendre des C10, C15 ou C20, spécialement conçues pour la micro-informatique familiale. Elles ont deux avantages : le premier est qu'elles seront bien entraînées, même par le moteur le plus paresseux ; le second est qu'il faudra moins de temps pour les rembobiner et changer de face ! Les cassettes de type C90 sont à exclure...

Comment transférer un programme de cassette à disquette ? C'est très simple, du moins pour les programmes non protégés ! On tape l'instruction |TAPE, permettant de sélectionner le magnétophone, puis LOAD" " pour charger le premier programme. L'ordinateur vous invite alors à démarrer le magnétophone. Quand le programme est chargé, le message "READY" apparaît. On passe alors sur le disque avec l'instruction |DISC et on fait SAVE"nom". Attention, sur disque "nom" ne peut pas dépasser 8 caractères. Tout cela est très simple quand on a affaire à des programmes Basic. Par contre, avec des programmes en langage machine, l'affaire est plus compliquée car il faut connaître l'adresse d'implantation du programme et protéger, au moyen de l'instruction   MEMORY,   la   zone mémoire où il se range, avant de procéder à son chargement. Rassurez-vous, il existe des utilitaires pour cela, notamment «TRANSMAT» de Pride Utilities qui effectue automatiquement le transfert de cassette à disquette. Souhaitons qu'après lecture de ces quelques lignes, vous puissiez dire : "des problèmes avec mon magnéto, moi ? jamais !".

AMSTAR n°3 , p28 - http://cpcrulez.fr

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 052 millisecondes et consultée 2017 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.