HARDWAREPERIPHERIQUES CPC - INTERFACES DEBUGERS ★ INTERFACE DEBUG - HACKIT|LE HACKER) ★

LE HACKER v4|Amstrad Cent Pour Cent)HACKIT|Amstrad Action)HACKIT|CPC Computing)

Version française par Duchet Computers.
Prix : 350 F. Duchet Computers

Interface d'exploration de la mémoire de votre CPC, LE HACKER est un outil merveilleux pour qui sait l'employer. Malgré son nom, il ne faut pas se méprendre sur son utilité.

Non, nous ne faisons pas de la publicité pour un outil de déplombage et encore moins de copie. LE HACKER, s'il ressemble fort à Multiface II ou à Mirage Imager, n'a pas du tout la même fonction. Cet outil est réservé aux bidouilleurs fous et autres fanas de l'assembleur. Car, si on peut facilement copier un jeu avec sa Multiface, et ce, sans aucune connaissance technique, il en va autrement pour LEHACKER. Bien sûr, si vous avez les connaissances nécessaires, vous pourrez craquer pas mal de softs ; mais rappelons qu'une personne connaissant son CPC et son assembleur sur le bout des doigts peut déplomber (c'est-à-dire faire sauter des protections logicielles) grâce à DAMS, et pourtant Micro Application n'a jamais été traîné en justice pour avoir permis au piratage de se développer.

A CoeUR VAILLANT, RIEN D'IMPOSSIBLE...

C'est un jeu de mots que j'ai piqué au collègue Franck Einstein, c'est mauvais, hein? Extérieurement, cette interface ne présente rien d'extraordinaire. Noire, sobre, elle s'orne néanmoins d'un petit bouton poussoir (classique) et d'un interrupteur métallique. Elle se connecte sur le port d'extension habituel, et permet, grâce au connecteur situé sur sa face arrière, l'adjonction d'une autre carte, selon un procédé maintenant fort connu. LE HACKER vous permet d'interrompre le chargement ou l'exécution d'un programme, et par la suite de lire, de modifier ou de sauver son contenu. Comment cela se passe-t-il ? Nous y venons. L'interrupteur métallique permet simplement la mise sous/hors tension de l'interface.
Notez qu'une gravure On/Off sur le boîtier eût permis de s'y retrouver plus facilement. Par ailleurs, mais pas loin (puisque à côté), le bouton POUSSOH de couleur rouge permet de réinitialiser le CPC. Dès ce moment, à condition d'avoir "allumé" votre interface, apparaît à l'écran (en mode 2. 80 colonnes) le signe > précédé du copyright logiciel. Vous l'avez compris, les logiciels détectant la présence d'une interface sur le port d'extension ne peuvent déceler la présence du HACKER, puisque vous pouvez décider de "mettre en marche" LE HACKER quand vous le désirez, c'est-à-dire après que le logiciel a été voir si le port d'extension était libre ou non.

LE HACKER attend patiemment que vous daigniez entrer l'une de ses 33 commandes... Et puisque vous ignorez tout de celles-ci jusqu'à maintenant, je vais débuter avec la commande Help, qui affiche à l'écran la liste des commandes. liste que j'ai reproduite pour vous (petits gâtés !) ci-après.

LA MÉMOIRE DU CPC A CoeUR OUVERT...

De plus en plus mauvais, mais on fait c'qu'on peut ! On commence par les commandes simples, OK ? CLS efface l'écran. CAT affiche le catalogue de la disque ne ou de la cassette en cours. Border. pour changer la couleur de bord d'écran. PEN et PAPER. la même chose. respectivement pour la couleur d'écriture et pour celle du fond. RESTORE permet de mettre l'écran du CPC en noir sur fond blanc ( je préfère le noir sur fond gris personnellement ). La commande COLOURS affiche la valeur hexadécimale de chacune des 16 encres du CPC. Et comme LE HACKER ne parle qu'en hexa, les commandes HEXTODEC et DECTOHEX permettent de convertir des valeurs hexadécimales en valeurs décimales et vice versa. BASIC permet de revenir au Basic et sous AmsDos après un vidage complet de la mémoire du CPC. On continue avec des commandes beaucoup plus intéressantes. Lorsque LE HACKER est sous tension, la gestion de l'unité de disque n'est pas initialisée; ainsi, vous pouvez aller y farfouiller. La commande DISC permet de l'initialiser à l'adresse que vous voulez; sinon, en frappant Return, vous l'initialisez comme d'habitude en &A76B.

LOAD permet de charger un fichier dans la , mémoire du CPC depuis une disquette ou une cassette, en spécifiant une adresse déchargement si le coeur vous en dit. Là, j'ai rencontré un problème; effectivement, si le nom de votre fichier contient un tiret ou une apostrophe, vous ne pourrez le charger car vous ne pourrez saisir ni le tiret ni l'apostrophe, ni d'autres signes d'ailleurs. Il faut donc renommer le fichier avant de le charger. C'est un peu embêtant, ça. SAVE permet de sauver une partie de la mémoire sur disquette ou sur cassette en spécifiant une adresse de départ, la longueur du fichier, l'adresse d'entrée, l'adresse de chargement et le type de fichier, basic ou binaire. Voyons les commandes permettant de faire des opérations sur la mémoire du CPC ( LE HACKER laisse à disposition toute la mémoire de &40 à &A67F ). On peut déjà afficher une carte graphique de la mémoire grâce à la commande MEMORY. EDIT donne accès à un éditeur, succinct, mais tout de même pratique. Déplacement avec les flèches du curseur, et déplacement entre le code Ascii et le code hexadécimal avec la touche Tab. On modifie directement à l'adresse désirée les valeurs inscrites à l'écran. On aurait aimé, en plus du déplacement ligne par ligne, un déplacement page par page. MOVE permet de déplacer un bloc de données vers un autre endroit de la mémoire; on spécifie une adresse de départ, la longueur du bloc et la nouvelle adresse de départ. Simple et très pratique. COPY permet la même chose, mais sans effacer les données déplacées à leur ancienne adresse de départ. Pour remplir une portion de la mémoire avec une valeur donnée, il suffit d'utiliser la commande FILL. Enfin, pour vider toute la mémoire du CPC, on emploiera CLEAR. Commande hautement utile, SEARCH offre de rechercher une chaîne hexadécimale ou Ascii sur l'ensemble de la mémoire, et affiche les adresses où LE HACKER a trouvé cette chaîne.

Plus utile encore, et les bidouilleurs seront aux anges, la commande Disassemble permet de désassembler une portion de la mémoire. Il suffit de donner une adresse de départ et une adresse de fin avec, éventuellement, un nom de fichier. Pas la peine de vous expliquer les fonctions des commandes PEEK et POKE : si vous ne connaissez pas, reportez-vous au manuel de l'utilisateur de votre CPC...

IN et OUT permettent respectivement de lire et d'écrire un octet sur un des ports de votre CPC. BANK permet d'accéder à la deuxième banque de 64 ko de votre 6128 ou de votre 464, si celui-ci est équipé d'une extension mémoire 64 ko de la société DK tronics. On se déplace sur les blocs de 16 ko et, si l'on possède une extension 256 ko, toujours de DK tronics, on peut accéder sans problème aux 16 blocs de 16 ko que représente cette extension mémoire. HEADER est une commande sympa, puis qu'elle affiche l'adresse d'implantation d'un fichier donné ainsi que la longueur de ce fichier et son adresse d'exécution, et enfin le type du fichier, binaire, basic, Ascii.

Le tout ne serait pas complet sans la commande CALL, qui permet d'appeler une routine en donnant la valeur con tenue dans chaque registre du micro processeur; le contenu des registres est réaffiché à la fin de la routine; une commande précieuse donc.

Enfin, la commande RSX permet d'accéder aux éventuelles ROM qui seraient connectées sur votre CPC ; cette même commande vous permettra de vous recommuter en mode cassette (si vous êtes en mode Disk) par le RSX Tape.

Je termine avec une commmande bizarre. que je n'ai malheureusement pas eu le loisir d'expérimenter; il s'agit de Altemate, qui permet, sur un CPC 464 étendu avec une banque de 64 ko de DK tronics, de faire tourner un programme dans la deuxième banque de 64 ko en faisant croire à l'ordinateur qu'il s'agit de la banque principale; sympa, non? Allez, les deux dernières: PRON, qui valide, ou PROFF, qui invalide l'impression des données affichées sur l'écran. Bon, là je manque vraiment de place, mais avec la description que je vous ai faite de toutes les commandes du HACKER, les plus avertis auront compris qu'il s'agit d'une interface hautement intéressante pour toute personne désirant farfouiller la mémoire de son Cpc. Bien sûr, seuls les quelques initiés du microprocesseur de leur machine exploiteront à fond les possibilités offertes par LE HACKER...

POKE &ROBBY, 255 - ACPC n°8 - Oct88 - p44-45

LE HACKER (version 4.0) de SIREN SOFTWARE, Version française par Duchet Computers.
Prix : 350 F. Duchet Computers

★ PUBLISHERS: SIREN SOFTWARE (Manchester/UK), Duchet Computer (FRANCE)
★ LICENCE: COMMERCIALE
★ ANNÉE: 1988
★ PRICE: £34.99 (350FF)


Cliquez sur l'image pour voir les différents packages (4).

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Files:
» HackIt  v4.00    ROMDATE: 2017-04-13
DL: 0 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ;
.HFE: NON
 
» HackIt  v4.81    ROMDATE: 2017-04-13
DL: 0 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ;
.HFE: NON
 
» LE  HACKER  v4.79    ROMDATE: 2009-12-12
DL: 38 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: NARO (12/89) + X OR (05/92) + NULLOS CRACKER (05/92)

» LE  HACKER  v7.00    ROMDATE: 2017-04-13
DL: 0 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ;
.HFE: NON
 

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » Advanced OCP Art Studio (Patched by Kevin Thacker)
» Hardware » Interface Debug - Action Replay Amx (Amstrad Accion)
» Hardware » Informatique pratique - Multiplions les sorties (Science&Vie)
» Hardware » Interface Debug - Mirage Imager Manual
» Applications » Hacking Tips/Hacking Help
» Applications » Kevin Thacker's CPC Guide

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 093 millisecondes et consultée 2133 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.