HARDWAREMONTAGES ★ INFORMATIQUE PRATIQUE : Multiplions les sorties ★

Informatique pratique - Multiplions les sorties|Science&Vie)Hardware Montages

Il y a quelques mois, nous vous avions proposé d'augmenter le nombre d'entrées acceptables par notre interface principale grâce à un multiplexage. Ce mois-ci, nous réaliserons l'opération inverse. Il sera donc possible de disposer de 16 sorties différentes. Ce montage permettra de piloter, toujours à partir de la même adresse, un nombre important de dispositifs. Cependant son principe de fonctionnement sera légèrement différent de celui de notre multiplexeur d'entrées.

En effet, pour le multiplexage des entrées l'ordinateur indiquait, grâce à l'octet présenté en sortie justement, le numéro de l'entrée dont il désirait connaître le contenu. Ici, cette opération ne sera pas possible, du moins si on désire toujours disposer des huit bits pour chaque sortie.

Nous procéderons donc de manière inverse. N'oublions pas que chaque fois que notre interface principale propose un nouvel octet sur sa sortie, elle en indique l'arrivée par le passage à 0 du “strobe envoi de données” — broche 1 de notre connecteur. Nous nous servirons donc de ce signal pour incrémenter un compteur dès qu'il repassera au niveau binaire 1 (+ 5 volts). Un SN 74LS93 sera utilisé. Notons que, comme ce circuit in-crémente sur les fronts descendants — passage de 1 à 0 — de son signal de commande, il nous faudra inverser le strobe avant de pouvoir le lui appliquer, afin que son fonctionnement corresponde au but recherché.

Ainsi après chaque envoi de donnée, le compteur passera au numéro suivant. Nous répercuterons celui-ci sur l'entrée de notre interface principale. L'ordinateur sera ainsi en mesure de savoir à quelle sortie il va envoyer son prochain message. Il s'agit donc d'une gestion séquentielle des sorties.

10 CLS
20 CLEAR
100 DIM S(16)
200 FOR I=1 TO 16
210 PRINT "SORTIE ";I;
220 INPUT X
230 LET S(I)=X
240 NEXT I
300 FOR U=0 TO 15
310 LET E=IN 255
320 LET OT=S(E+1)
330 OUT 255,OT
340 NEXT U
400 GOTO 20

Pour aiguiller nos octets, nous utiliserons à la suite de ce compteur, un SN 74LS154. Comme nous l'avons déjà vu, sa sortie, il en comporte 16 bien entendu, correspondant au numéro indiqué par l'état de ses 4 entrées, passe au niveau 0. En combinant cette information avec celle fournie par le strobe d'envoi de données à l'aide d'une porte NOR — SN 74LS02 — nous créerons un nouveau signal qui nous servira à piloter nos sorties. En fait de nouveau signal, nous en créerons 16 identiques —un par sortie—, passant en 1 chaque fois que la sortie concernée sera demandée et qu'un nouvel octet sera présenté par l'interface principale.

Précisons que l'information reste encore fugitive. Pour la mémoriser entre deux cycles de transmission, et surtout ne pas la mélanger avec celle destinée aux autres sorties, nous utiliserons un SN 74LS373 pour chacune d'entre elles.

Chaque nouveau signal sera donc appliqué à l'entrée échantil lonnage du SN 74LS373 d'une des sorties. Précisons qu'il ne sera pas nécessaire de câbler d'emblée l'ensemble des SN 74LS02 et SN 74LS373 si 16 sorties ne sont pas nécessaires.

Notre montage fonctionnera tout aussi bien s'U ne présente que 4 ou 5 sorties. Simplement, dans ce cas, les octets envoyés à des sorties non câblées, seront ignorés. Il faudra cependant toujours respecter, lors de l'élaboration du programme, un cycle de scrutation comportant 16 pas. De même, afin d'éviter de surcharger notre schéma, nous n'avons pas représenté l'ensemble de ces circuits, leur câblage étant identique.

La réalisation de ce multiplicateur de sorties ne doit pas poser de problème particulier. Comme toujours il sera effectué en wrapping. Un point de détail cependant vous permettra de faire des économies de fil: nous vous conseillons de câbler sur une première plaquette le 74LS00, le 74LS93 et le 74LS154.

Les 74LS373 seront, quant à eux, regroupés par 4 avec un 74LS02 sur des plaquettes indépendantes, proches des points à desservir. Ce type de configuration permettra de n'avoir à utiliser, au maximum, que 4 nappes comportant 6 fils chacune — le strobe 4 sorties du 74LS154 et l'alimentation — au lieu d'avoir à utiliser 16 nappes de 9 fils chacune — octet et 0 volt.

Le but du programme sera essentiellement de tester le montage: il se contentera de vous demander un nombre à envoyer vers chaque sortie, puis effectuera cette opération.

/im4/sv846e2.jpg

Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°846

★ EDITEUR: Science&Vie
★ LICENCE: ???
★ ANNÉE: 1988
★ AUTEUR: Henri-Pierre PENEL

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop
Page créée en 462 millisecondes et consultée 340 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.