GAMESAUTEURS DE JEUX ★ Elliot Grassiano et Patrick Le Nestour ★

Elliot Grassiano - Patrick le Nestour - Microids|Micro-Mag)Microids - a l'Heure du Gran Prix|Micro News)Microids - Slimane Berri|Amslive fanzine)Microids

Les voyages de Microïds les deux pères fondateurs de la société Microïds ne sont pas des « pères tranquilles ». Une formation d'ingénieurs en automatisme, plusieurs années au service de l'aérospatiale Elliot Grassiano et Patrick Le Nestour ont su conserver ce sourire chaleureux qui se dessine constamment sur leurs lèvres.

De leur formation première à la conception de logiciels ludiques, il n'y a qu'un tout petit pas (ah bon ?). Mais que peut bien leur apporter cette formation dans ce nouveau domaine ?

Elliot Grassiano. C'est une bonne question ! Disons que c'est tout un bagage technique qui nous permet de concevoir des logiciels basés sur du concret, à l'image de nos premiers jeux de simulation en 3D sur Thomson. D'un autre côté, cela nous a permis de développer une autre activité plus tournée vers le domaine professionnel : simulateur de viseur pour l'armée, de conduite automobile... dont une partie figurait au Festival de la micro 1988.

Micro-Mag. Exist-il une base commune à ces deux activités ?

E.G. Dans la mesure du possible, nous essayons de rendre nos produits ludiques le plus réalistes possible. Ainsi, avec High-Patrol, nous offrons au joueur un. véritable simulateur 3D.

M-M. Avec votre vision élargie du [domaine scientifique, pensez-vous [que l industrie spatiale a influencé la micro- informatique d'aujourd'hui ?

E.G. Il est sûr que tout ceci a permis de développer des techniques de pointe con-i duisant à des améliorations des matériels civils. Mais pour ce qui est de l'influence directe de l'aérospatiale et du spatial en général sur l'informatique grand public... .Tiens voilà Patrick qui arrive, je vais V appeler à l'aide !!! ... Je racontais à Christian d'où on venait, de quel espace lointain et comment nous avions atterri sur Microïds. Nous étions en train d'essayer de trouver comment l'industrie spatiale lavait pu influencer la micro-informatique actuelle.

Patrick Le Nestour.

C'est un postulat ?...

M-M. Non ! Nous cherchons simplement a démontrer cette affirmation en utilisant de nombreux exemples de voyages dans l'espace, de l'utilisation des satellites de télé-détection...

E.G. Il est certain qu'au niveau de l'imagerie sans doute, il y a eu des retombées directes en permettant l'élaboration d'algorithmes plus puissants. Dans Eagle's Rider d'ailleurs, nous simulons des convolutions pour faire apparaître divers objets. Ce procédé permet en jouant sur son contraste, d'améliorer la netteté d'une image floue.

P.L.N. Je pense qu'il ne faut pas oublier que l'espace, c'est avant tout la miniaturisation, la fiabilité, la résistance à de très hautes pressions, des évolutions qui ne se répercutent pas sur des machines grand public. Il est assez rare de voir un ordinateur posé sur un bureau encaisser cinquante G d'accélération...

E.G. Même en travaillant beaucoup !!!

P.L.N. Ce qui est certain, c'est que ce domaine a bouleversé les fondements des plus gros systèmes, chez IBM entre autres avec leur contrat avec la NASA, voire la création du langage ADA pour le Pentagone. Ces programmes spatiaux ont aussi permis de débloquer des fonds importants pour la recherche et le développement.

E.G. En fait, les éventuelles retombées de ce domaine sur l'informatique grand public ne seraient que des conséquences directement issues de ces recherches.

M.M. Comment envisagez-vous l'avenir de l'ordinateur et la vie familiale ?

E.G. Ma vie familiale ??? Je ne pense pas que cela intéresse quelqu'un !

M.M. Non, l'ordinateur au sein de la vie familiale ! E.G. Ah !!! Je crois que l'avenir est ouvert...

P.L.N. Je pense que l'ordinateur trouvera sa place dans le grand public.

E.G. De toute façon, il le faut ! (un large sourire aux lèvres),

P.L.N. Mais soyons réalistes, aucune grande évolution durable ne pourra être envisagée sans la présence d'un véritable standard. Aujourd'hui, le marché américain est PC, l'Europe ST ou Amiga, et en France, le CPC reste notre premier marché.

P.L.N. L'image même de l'éditeur devrait évoluer.

E.G. Il est vrai qu'aujourd'hui, son rôle ressemble davantage à celui d'une maison de production cinématographique. On n'imagine plus un film sans musique, de même on n'envisage pas un logiciel sans musique. C'est toutes ces évolutions qui demain nous permettront de nous ébahir, de nous ouvrir l'esprit comme au travers des images transmises par la sonde Voyager. Lorsque l'on imagine une si petite sonde lâchée depuis tant d'années...
 
L'AVENTURE SPATIALE EAGLE'S RIDER

Au début de notre siècle, Herbert G. Wells, avec sa Guerre des Mondes concrétisait le concept de l'extra-terrestre belliqueux.  Les fantasmes aidant, la peur des petits hommes verts était née !

Le capitaine Jordan, membre de la flottille galactique des Forces Humaines Unifiées, se retrouve emprisonné par le peuple Cyborg. Les murs de sa prison ressemblaient de plus en plus à ceux d'une demeure mortuaire et son estomac commençait à crier famine, lorsque qu'il décida de rassembler ses dernières forces pour prendre la clef des  champs. L'introduction du logiciel retrace cette scène au travers d'un  somptueux dessin animé. L'aventure avec Microïds ne fait que  commencer !

Pour Steve Jordan, l'unique chance de survie était de trouver la planète  de ses tortionnaires et, dans la mesure du possible, l'anéantir. Le  joueur se retrouve alors aux commandes d'un chasseur Eagle dérobé  aux Cyborgs. Ce type de vaisseau est une merveille de simplicité. Un  unique manche à balais (joystick) permet d'en diriger les évolutions et trois manettes commandent respectivement le booster, la mise en oeuvre de looping (pour tromper d'éventuels poursuivants) et les  demi-tours. Dans la partie droite de l'écran, se trouvent plusieurs indicateurs. En haut, en alternance, se succéderont un radar de  direction (compas indiquant la situation d'un objectif désigné) et un  autre radar de proximité montrant précisément la position du chasseur  par rapport à son environnement. L'Eagle dispose en outre de deux  types de réserve d'énergie, une propre à ses déplacements et une autre  nécessaire à la connexion sur un terminal de communication. 


Objectif bulles

L'action se déroule sous forme d'un jeu d'arcade qui rappellera aux passionnés certaines scènes tirées de films galactiques avec ces courses folles au travers de champs d'astéroïdes. Ajoutez-y simplement  des zones parsemées de mines, des trous noirs, des vagues de  chasseurs cyborgs et bien d'autres dangers pour obtenir un ensemble  véritablement sidérant !!! Mais le mélange ne serait pas complet sans  des collectes de cristaux et de bulles d'énergie seules capables  d'alimenter vos réserves qui ne cesseront de décroître.

La seconde partie du logiciel correspond aux phases de communications qui permettront d'obtenir de précieuses informations concernant la planète mère des Cyborgs. Ce module demande beaucoup de patience et de logique pour faire la part des choses entre les bons et les mauvais renseignements. Lorsque la planète des Cyborgs sera enfin  localisée, un dernier jeu d'arcade entrera en action tendant à reproduire  la scène finale du premier volet de la Guerre des Etoiles avec la  destruction de l'étoile noire. D'un point de vue technique, le logiciel donne un nouveau souffle au classique jeu d'action avec des phases de  vols en trois dimensions époustouflantes, un scénario qui change à  chaque partie, des graphismes soignés jusque dans les moindres  détails et des capacités sonores remarquables. Notez à ce sujet, que  Eagle Rider sera sans doute l'un des tout premiers logiciels à exploiter les capacités musicales du STE. Un ensemble ludique véritablement  convaincant qui témoigne, encore une fois, de la bonne forme des  sociétés françaises.

Propos recueillis par Christian Roux  , MICROMAG
 
GAMESAUTEURS DE JEUX ★ SOFTOGRAPHY AMSTRAD CPC: ELLIOT GRASSIANO & Patrick Le Nestour ★

CPCRULEZ SEARCH ENGINE ...v6.2

Search by keyword(s):



        

CATEGORYTITLES (4)YEAR
GAMELIST Chicago '90 1989
GAMELIST Quad 1987
GAMELIST Grand Prix 500cc 1986
GAMELIST Eagle's Rider 1990

★ PAYS:

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 060 millisecondes et consultée 3510 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.