CODINGCLASSEURS WEKA ★ Comment exploiter toutes les ressources et augmenter les performances de votre AMSTRAD CPC ★

12/1 - Soyez votre propre dépanneurCoding Classeurs Weka

12/1 - Soyez votre propre dépanneur

Après un temps plus ou moins long de bons et loyaux services, votre AMSTRAD manifestera certainement des signes de fatigue : son fonctionnement jusque-là irréprochable deviendra moins sûr, ou pire encore ce sera la panne totale...

Ne vous affolez pas : les téléviseurs, magnétoscopes et chaînes HIFI ont parfois besoin de réparations, votre AMSTRAD aussi !

Bien sûr, vous pouvez largement retarder cette échéance en prenant soin de votre matériel, mais cela ne suffira pas.

Une réparation de votre AMSTRAD ne signifie pas obligatoirement une facture exorbitante, et l'opération est presque toujours justifiée.

Il en va cependant des ateliers de réparation comme des garages : certains sont honnêtes, d'autres moins...

Si vous possédez des notions d'électronique, vous pouvez envisager très sérieusement de dépanner vous-même votre matériel, et même peut-être, qui sait, celui de vos amis : l'expérience montre que la plupart des pannes sont extrêmement simples à éliminer, pour une dépense très minime en pièces de rechange (quand il en faut !).

Les avaries plus sérieuses exigent par contre un certain niveau de compétence, une bonne documentation technique, et des instruments de mesure spécialisés, sans oublier un bon outillage.

Beaucoup d'amateurs avertis sont tout de même de taille à en triompher. Et en cas d'insuccès, il est encore temps de consulter un professionnel...

Faites l'historique de la panne

Dépanneurs, médecins, détectives ou chercheurs ne perdent jamais de vue que tout effet est produit par une cause (ou par la conjonction de plusieurs causes contributives). 

Agir sur l'effet est souvent facile (changer un fusible, par exemple), mais un bon dépannage doit intégrer l'identification et s'il y a lieu l'élimination de la ou des causes.

Le jour où votre AMSTRAD tombera en panne, commencez par procéder à votre propre « examen de conscience » : n'avez-vous pas joué quelque tour pendable à votre fidèle compagnon ?

En particulier, beaucoup de pannes proviennent de manipulations hasardeuses sur les différents connecteurs de l'ordinateur.

Une exposition permanente à la poussière ou au soleil, de réguliers excès de brutalité vis-à-vis du clavier, ou le simple fait de fumer en programmant sont autant de causes classiques de pannes généralement bénignes.

Des avaries plus graves peuvent être causées par des facteurs parfaitement indépendants de l'utilisateur : surtensions sur le secteur électrique ou orages, par exemple.

Enfin, et contrairement à ce que certains affirment, certaines instructions logicielles peuvent fort bien endommager le matériel surtout lorsque des accessoires sont raccordés aux connecteurs d'extension.

Il s'agit de certains POKE ou OUT (ou de leurs équivalents dans d'autres langages que le BASIC) que l'on ne risque guère de programmer par erreur, mais plutôt en tentant de mettre au point un périphérique « maison ».

Ne négligez surtout pas cette « enquête » préliminaire : elle correspond aux questions que vous poserait un bon dépanneur professionnel avant de prendre en charge votre matériel. Ces observations vous seront d'une grande utilité lorsqu'il s'agira d'établir votre « diagnostic ».

Page précédente : 12/0 - Table des matières

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 862 millisecondes et consultée 331 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.