APPLICATIONSCREATION GRAPHIQUE ★ DOSSIER TILT : LES DIEUX DU PIXEL ★

Les Dieux du PixelApplications Creation Graphique

Pendant deux semaines. Tilt a rencontré pour vous les meilleurs graphistes français du moment. Le but de l'opération, faire toute la lumière sur cette profession passionnante et communiquer aux lecteurs férus de pixels quelques recettes magiques... Agés de vingt à trente-quatre ans, ceux qui ont fait B.A.T., les Voyageurs du temps ou Tennis Cup sont passionnés par le dessin sur micro. Plus que tout, c'est l'animation et les nouvelles techniques de dessin qui les poussent tous les jours à faire mieux... Ce dossier se décompose donc en plusieurs parties : comment travaillent les dieux du pixels, comment vivent-ils leur passion et pour quel salaire ? Suivent enfin huit astuces « pro » pour les accros de la palette et du pinceau.

Oui sont-ils, que font-ils et comment le font-ils ? Les graphistes de la micro ludique nous font vibrer un peu plus tous les jours. Pour l'équipe de Tilt et tous ses lecteurs, quoi de plus naturel que de chercher à comprendre, à connaître ces dieux du pixels, ces magiciens de la loupe. Huit des plus grands graphistes français du moment analysent leur profession, nous dévoilent leurs techniques, nous font part de leur passion, la nôtre aussi, celle du jeu. Pour décrire au mieux ce que représente le métier de graphiste micro ludique, il nous a semblé important d'aborder les phases de travail dans l'ordre chronologique de la mise en place d'un programme. Nous vous dévoilerons ensuite quelques aides techniques qui, nous l'espérons, faciliteront vos propres travaux. Enfin, huit « fiches d'identité » pour mieux cerner les hommes et les femmes qui travaillent... pour vous ! Avant de commencer l'aventure, une petite remarque. De toutes les sociétés contactées pour la mise en place de ce dossier, seule Titus n'a pas souhaité nous accorder d'entretien. Dommage ! La création d'un logiciel de jeu est issue du travail de trois personnes distinctes, un scénariste, un graphiste et un programmeur. Il ne faut pas croire pour autant que le travail du graphiste se borne à dessiner ce que scénariste et programmeur commandent. Très souvent, c'est dès le début de l'aventure, dès les premières réflexions, qu'il intervient en réalité.

Première étape rechercher la « vue »

Cette fameuse « vue », sur laquelle ont insisté tous les graphistes interviewés, suit directement l'étude du scénario. Pour un soft d'arts martiaux par exemple, la question est la suivante : « Le ring sera-t-il vu de face, de côté, de haut?». Question évidente, bien sûr, mais dont la réponse incombe très souvent au graphiste. C'est lui qui va le plus souvent proposer des ébauches papier, parfois un dessin complet de l'écran de jeu principal. Pour la création d'un soft, il vous faudra donc dessiner un écran de base, définir un scrolling (soft d'action), définir aussi les échelles de taille des personnages et calculer le nombre de positions (animation). Sur les storyboard que nous vous présentons en illustration, cette dominance du graphisme comme base de réflexion est évidente. Sans remettre en doute l'importance du scénario, et plus tard de la programmation, c'est donc le graphisme qui est à la base même du jeu, ce que l'on montre pour vendre un projet, l'esquisse qui permet vraiment de se lancer dans la réalisation du projet. Pour beaucoup de graphistes interrogés, il s'agit d'une étape de réflexion parfois longue où le travail d'équipe a son importance. A ce titre, il existe une règle d'or que se devra de respecter tout créateur en herbe : il faut absolument être au courant de tous tes softs qui sortent sur le marché, observer leur « vue », leur concept graphique, et bien sûr tenter d'en inventer de nouveaux, de miser sur l'originalité dès que c'est possible. Cette notion de « vue » est cependant moins fondamentale dans la réalisation des jeux d'aventure. Il s'agit plus, dans ce dernier cas, de coller à une ambiance visuelle, de respecter l'idée mise en place par le scénariste.

Une préparation poussée

Pour ne pas perdre de temps lors de la phase de réalisation, graphiste, scénariste et programmeur vont établir un cahier des charges. Pour les décors, les sprites et la animations, le graphiste doit suivre ici toutes les phases de choix de couleurs, choix du nombre de positions pour un personnage, d'écrans, etc. Philippe Dessoly (Océan, graphiste d'ivanhoe avec Michèle Bacquè) passe environ un mois à établir son cahier des charges (cf. illustration). « C'est une période qui me passionne, même si j'ai toujours envie de passer au plus vite au travail sur la machine... ».

Quels outils?

Les graphistes français travaillent quasiment tous sur Amiga ou Atari ST. Les softs de dessin les plus populaires sont les suivants: Deluxe Paint III sur Atari ST, la gamme des softs Cyber et Degas Elite. Deluxe Paint III est apprécié par beaucoup pour sa transparence, pour ses options toujours disponibles et sans aucun menu qui viendrait gêner la concentration. Autre atout, que souligne Olivier Cordoléani (graphiste de B.A. T.), tous les outils sont accèssibles sous la « loupe », ce que l'on ne rencontre pas chez Degas. Même chose pour l'emploi des dégradés dont il se sert souvent et qui font cruellement défaut à D. Elite, Pour Stéphane Polard, en revanche, le balancement entre l'image et l'écran menu de Degas Elite reste un modèle de souplesse. Cyber Paint, enfin, est l'instru-rtent idéal de CédricCazal :« La qualité de Degas Elite avec, en plus, les animations... » Mais là encore, un défaut : impossible, sur Cyber Paint, de visionner le dessin en taille réelle lorsque l'on est en mode Loupe, comme le fait remarquer Philippe Dessoly (Océan France). Quoi qu'il en soit, beaucoup de graphistes utilisent plusieurs logiciels. Deluxe Photo Lab pour le traitement des couleurs, Digi Vue et VidiSTpour la digit, Sculpt 3D et Cyber Sculpt pour l'emploi de la 3D. Tout dépend en fin de compte de deux facteurs : il faut savoir exactement de quelle tâche il s'agit et surtout manier toujours le même soft pour finalement le connaître à fond et oublier que l'on produit un jeu... Certains dessinateurs travaillent ainsi sur des softs maison. Chez Ocean, graphistes et programmeurs se servent d'un programme créé spécialement à leur intention. Ce logiciel offre une souplesse et une ergonomie que l'on ne retrouve nulle part ailleurs pour la création et l'animation de sprites. Océan possède également un programme équivalent pour la mise en place des décors « par blocs ». idéal pour les jeux d'action.

La création sur écran

Quelle que soit leur formation, les graphistes dessinent rarement sur papier! Pour beaucoup, toutes les phases du travail se passent à l'écran, du premier croquis au tableau final.

Le choix des couleurs

Le choix de la palette doit être pris en considération avant même le tracé du premier croquis. Ce travail est souvent très long. Il doit tenir compte de l'ambiance que l'on veut donner au soft, mais aussi des restrictions liées à la programmation et à la place mémoire. « Dans l'illustration classique sur papier, on n'est jamais limité dans le choix des couleurs. Sur micro, j'ai appris à me servir  au mieux des mélanges de teintes, à jongler avec une seule palette. C'est passionnant », affirme Stéphane Polard (Lankhor). Le graphiste dispose en effet de 16 couleurs au maximum. Quels sont les éléments qui vont vous permettre de choisir votre palette ?


Le choix de la palette, primordial.

Il y a tout d'abord le choix des matières présentes dans le soft, bois, pierre, etc. Olivier Cordoleani (BAT., Computers Dream) utilise quatre teintes pour une « matière ». Exemple, quatre teintes de vert et la fonction Dégradée (fonction Spary sous Deluxe Paint) assurent l'ambiance futuriste des bâtiments de BAT. Pour un soft qui se situe au Moyen Age, la dominante marron est quasiment obligatoire. A ce niveau, une bonne documentation vous permettra de vite trouver vos propres contraintes. Second point très important : il faut absolument penser à « bloquer » des couleurs pour le ou les sprites. En effet, même si votre palette est modifiée dans le déroulement du programme final, il est impensable que le héros change de look. Les couleurs qui habillent le personnage devront donc être immuables, bloquées en début de palette par exemple.

Le tracé « fil de fer »

Une fois qu'il a défini sa palette, le graphiste va tracer à « main levée » les premières esquisses de son décor. Cela correspond au travail du peintre lorsqu'il trace au fusain les bases d'un tableau. L'option K-line, qui permet d'enchaîner des lignes à l'écran, est très souvent utilisée ici. Tout à la souris, Eric Chahi (Les Voyageurs du temps, Delphine) trace son décor en graphisme « fil de fer ». Il prend en compte les éléments de décors décidés par le scénario et surtout l'orientation du plan de vue. Pour la perspective, la plupart des graphistes usent tout simplement d'un point de fuite en fond d'écran à partir duquel ils « tirent » toutes les lignes fortes du décor. Et comme dernière manipulation, un petit travail à la loupe pour vérifier que toutes les lignes se rejoignent, qu'il n'existe pas de « trou » gênant pour le « coloriage ».

La mise en couleur
et le travail de la matière

Vous voici face à un décor fil de fer complet. Toutes ies proportions sont définitives, les lignes de perspective logiques et réalistes. A ce moment, le décor doit déjà vous séduire, correspondre exactement à ce que vous désirez. Vous allez alors travailler lacouleur et la matière. Avant tout, il faut penser « lumière ». « La lumière est à la base de toute image », affirme Eric Chahi. Aussi, imaginez votre source lumineuse, le soleil, une lampe pour un décor intérieur, et notez toutes les surfaces éclairées directement, celles qui le sont un peu moins et celles enfin qui demeurent dans l'ombre. Ensuite, les graphistes travaillent selon diverses techniques. La plupart d'entre eux commencent par « remplir » toutes les formes par une couleur simple, à l'aide de la fonction Remplissage que l'on trouve sur tous les softs de dessin. Ciel bleu, sol vert, mur d'un bâtiment gris, etc. (voir illustration). Le rendu de la matière sera donné par la suite. Pour un mur de pierre, le graphiste va pointer la loupe sur le fond gris uniforme qu'il.a créé et y ajouter une ou deux teintes médianes, soit au pixel près, soit à l'aide du Spray. Une autre méthode de travail est aussi très largement utilisée. Avant de remplir les formes du dessin, le graphiste va travailler la matière sur une plage vide du décor. Lorsqu'il a par exemple obtenu l'effet de pierre (un fond gris tacheté de blanc et noir), il le multiplie sur trois cadres distincts. Ensuite, il conserve tel quel le premier cadre, il assombrit légèrement le cadre 2, un peu plus le cadre 3. Il ne lui reste plus qu'à remplir les éléments du dessin avec ces « brosses », en respectant bien sûr la source de lumière. Les murs directement éclairés seront coloriés de la matière 1, les murs « de côté ». en couleur 2 et les murs « plein nord » en couleur 3 Cette technique donne des résultats impressionnants !

Bien sûr, les softs de dessin performants offrent à l'utilisateur des fonctions qui peuvent faciliter le travail de la matière. L'emploi des dégradés de Deluxe Paint II permet d'obtenir très vite trois teintes plus ou moins foncées d'une même matière. Mais, pour Dominique Sablons (graphiste de Maupiti, Vroom, Tennis Cup, etc.), l'emploi de telles techniques ne vaut pas le travail à la loupe. Ce créateur préfère trouver la matière directement sur le dessin. Il utilise pour cela beaucoup d'astuces « top secret » qui s'apparentent souvent à la superposition de deux trames, de deux matières. Dominique a créé, sous Deluxe Paint III, des bibliothèques très complètes de trames et de textures. Il peut, par exemple, appliquer sur une teinte une trame qui l'éclaircira à 25, 50 ou 75 %.

Dernière mise en place, la loupe

Quelle que soit la technique utilisée, la loupe est finalement le seul outil qui permette d'affiner le graphisme en profondeur. Pour tous les graphistes rencontrés, c'est l'instrument le plus utilisé. Deluxe Paint III. sur lequel toutes les manipulations sont permises en mode Loupe, prend alors très largement l'avantage sur Degas Elite. Votre décor est désormais achevé. Et pourtant, le travail est loin d'être fini ! Il reste à traiter des animations, une part très importante du travail de graphiste...

Décors des jeux d'action

Au contraire des jeux d'aventure, les décors de la plupart des jeux d'action sont constitués de blocs, blocs semblables en fait à des sprites. Le graphiste établit un panel complet de blocs, il constituera ses dessins en juxtaposant ces blocs. Cette technique permet un gain de place mémoire énorme par rapport à un grand nombre d'écrans fixes.

D'autres techniques...

Tous les graphistes n'utilisent pas, bien sûr, les techniques de dessin citées plus haut. Dominique Sablons travaille par exemple sans tracer son croquis monochrome en ligne suivie. Il préfère utiliser directement une matière. Pour lui, le dessin est « de la sculpture mise à plat ». Dominique trouve d'abord sa matière. Ensuite, il constitue des brosses dont il se sert à même l'écran. Cela lui permet d'obtenir tout de suite le volume ainsi que la densité du dessin.
Cédric Cazal, puisqu'il travaille essentiellement sur des jeux d'action, puise ses premiers jets sur des utilitaires 3D. Pour réaliser un jeu d'arcade, le travail des sprites est prédominant. Dans ce dernier cas, on retrouve pourtant toutes les recherches de perspective, de lumière, de travail de la matière, etc.

Philippe Dessoly, qui travaille actuellement sur une conversion arcade, préfère quanta lui faire des croquis papier de tous ses sprites. « Partir de rien, faire face à un écran noir, c'est horrible ! »

Mise en place et gestion des animations

On serait tenté de croire que le graphiste ne contrôle pas la gestion des animations, qu'il se borne à mettre en place les sprites qui seront animés pour ensuite laisser agir le programmeur. Ce n'est pas le cas ! Tout d'abord, tes graphistes sont presque toujours séduits et attirés par les possibilités d'animation qu'apporte le micro-ordinateur par rapport au dessin sur papier. Richard Martens, graphiste chez Loriciel, diplômé de bien des écoles d'art « classique » et qui a travaillé comme illustrateur chez Hachette, Gallimard, pour le Point, le Nouvel Observateur, etc., affirme que c'est l'aspect « dessin-animé » du travail graphique sur micro qui l'a finalement séduit. Deuxième remarque, les graphistes possèdent très souvent de bonnes bases de programmation, quand iis ne sont pas eux-même programmeurs de talent. Aux dires de beaucoup, une connaissance même succincte de la programmation est quasiment nécessaire au travail graphique. Entre programmeur et dessinateur, l'entente ne suffit pas. Chacun doit comprendre les exigences de l'autre, ne pas proposer des décors, des changements de palettes, des sprites trop gourmands en mémoire. La mise en place des animations est donc directement liée à cette connaissance de la programmation. Pourtant, les utilitaires de dessin permettent aujourd'hui de maîtriser l'animation, même si Ton ne programme pas. Cédric Cazal met en place ses animations sous Cyber Paint. Ces dernières sont ensuite exploitées directement par le programmeur. En revanche, les animations mises en place par l'équipe de Loriciel sur les utilitaires de dessin ne sont pas exploitables pour le programme. Elles occupent en effet bien trop de mémoire. Mis à part les phases d'introduction d'un jeu, toutes les routines d'animation sont dans ce dernier cas gérées par le programmeur. Quoi qu'il en soit, le fait de pouvoir animer, sur Degas Elite par exemple, ses dessins en mémorisant huit plans différents et en les faisant ensuite défiler à l'aide du clavier, c'est le Pérou pour Stéphane Polard. « C'est le graphiste qui peut le mieux juger de ses animations. Au programmeur ensuite de s'arranger pour le code machine... » affirme-t-il.

Quand et comment utiliser la digitalisation

Le graphiste peut facilement digitaliser une photo, un dessin sur papier ou les écrans d'un film vidéo. Avantage évident de cette technique, le dessin retranscrit sur l'ordinateur est d'un réalisme garanti. En revanche, son utilisation est souvent très délicate. L'utilisation de la digit ne semble donc intéressante que dans certains cas bien particuliers. Les graphistes prennent déjà en compte l'investissement matériel assez lourd de ce mode de travail (voir dossier dans Tilt n° 71). Ensuite et surtout, ils réfléchissent à la complexité du traitement de l'image digitalisée.

Digitalisation et animation

Voici, par exemple, comment manoeuvre Marco De Flors (Loriciel). A la sortie du scanner, la digit doit tout d'abord être réduite au format voulu. Ensuite, il s'agit de détourer l'objet ou le personnage. C'est un travail très délicat, très long. Il est bien sûr possible de se servir de certaines options internes aux softs de dessin, comme l'option Separate de Cyber Paint. Une fois l'image contournée, le graphiste place la couleur zéro (couleur de fond) à l'extérieur du sprite. Il lui faudra finalement affiner encore le dessin à la loupe et encore gérer la mise en couleur. Toutes ces manipulations sont extrêmement complexes et toujours bien plus longues à effectuer que le dessin direct à l'écran. Quels sont alors les cas où la digit est rentable ? Pour Marco, qui travaille actuellement sur un soft de boxe, impossible de se passer de cette technique pour reproduire des mouvements exacts, des attitudes réalistes. Avec le concours d'un grand champion, l'équipe filme plusieurs rounds d'un combat. Ensuite, il faut visionner les films et choisir les séquences les plus intéressantes. 3 000 digits seront ainsi sélectionnées, parmi lesquelles 400 seront utilisées réellement. Un-travail de titan, mais quel résultat !

Les visages et sprites

De même, beaucoup de graphistes font appel à la digit pour le réalisme dés visages, difficile à rendre d'un premier jet sur l'écran en dessin classique. Dans le cas d'une animation, la méthode n'est pas la même que pour un mouvement. Les nombreux visages de Maupiti tsiand, par exemple, sont à la base digitalisés. Ensuite, le graphiste multiplie un même visage et en modifie les composantes, bouche qui se relève, clin d'ceil, etc. L'animation finale sera très éloquente.

Les décors de fond

Quand elle ne sert pas à retranscrire le réalisme d'un mouvement, d'une silhouette ou d'un visage, la digit peut être utilisée pour la mise en place des décors. Il est pourtant rare que l'ensemble du paysage soit traité de cette manière. Là encore, le travail d'af-finement et de nettoyage de l'image digitalisée est bien trop long. Autre défaut de la di-git/paysage, il est toujours très difficile de trouver une photor une illustration qui se plie exactement aux exigences du soft. Pour Stéphane Polard par exemple, le graphiste qui travaille actuellement sur la suite Maupiîi Island, Soukiya (société Lankhor), il est rare que l'on trouve une image qui présente exactement l'angle de vue nécessaire à ce que l'on veut pour le programme. En revanche, Stéphane se sert de digit pour traduire à l'écran une matière complexe, le feuillage d'un arbre par exemple. Cependant, la digit d'écran entier est très utile lorsqu'il s'agit d'adapter un soft arcade. Chez Océan, les graphistes digitalisent directement les décors de la version originale d'un soft arcade. Ensuite, ils gèrent les palettes et interruptions pour retrouver à l'écran un rendu équivalent sur micro

Digitaliser un croquis

C'est une technique encore très utilisée. Cédric Cazal (Microïds) a dessiné certains des personnages de Eagle's Rider sur papier. Ensuite, il tire un calque du dessin pour ne garder que ses contours et la digit fait le reste (voir illustration). Il sera de même intéressant de décalquer une illustration pour ensuite la digitaliser. Cela évite, en effet, bien des étapes de nettoyage, de modification de palette, de teintes pour passer directement à la mise en couleur. « Chez Infogrames, nous n'utilisons jamais la digitalisation. C'est une méthode qui brise toute création. Seuls quelques éléments de dessin passent par un scanner... », affirme Dominique Girou. graphiste des Passagers du vent et de la Quête de l'oiseau du temps, entre autres. La digitalisation de croquis permet donc de gagner pas mal de temps, tout en respectant la créativité du dessin.

Temps et conditions de travail

200 disquettes d'ébauches et de décors pour B.A.T., plus d'un an de travail pour Maupiti Island, 300 digits pour Panza Kick Boxing, une semaine pour l'animation du décor de la maison de thé japonaise de Soukiya... On ne dira pas que les graphistes sont flemmards !

Des activités variées

En fait, un décor, un sprite pourraient toujours être améliorés. D'où les qualités maîtresses suivantes : beaucoup de volonté, ne jamais abandonner un projet et savoir organiser son travail. Face au programmeur, le graphiste « action » connaîtra souvent des temps morts. La mise en place du code programme est en effet bien plus longue que le dessin dans ce domaine. Il est important que l'artiste puisse alors s'occuper à d'autres activités liées au programme. Chez Computer's Dream, Olivier s'intéresse à la promotion du produit, il gère aussi l'édition d'un fanzine en PAO. Chez Microïds, Cédric ne connaît pas de temps morts. Forcément, il gère à lui seul les graphismes de quasiment tous les softs de la maison ! « J'aime bien passerd'un logiciel à l'autre, cela me permet d'avoir du recul, de mieux juger d'un dessin lorsque je le reprends après avoir travaillé sur un autre logiciel .» Sinon, là meilleure solution réside dans le free lance. A votre compte, vous pourrez tout à loisir gérer votre temps de travail, C'est le cas d'Eric Chahi qui connaît des périodes de speed mais aussi quelques instants de repos ( !). En fait, la masse de travail dépend pour beaucoup du type de soft traité. Les graphistes qui travaillent chez Lankhor ont pour devoir de fignoler au maximum tous leurs décors. Ils s'appuient à respecter à la lettre le contexte architectural de l'aventure (plusieurs jours de recherche de documents en bibliothèque, etc.), ne laissent jamais un pixel de trop ! Résultat, il faut travailler plus d'un an sur un produit avant qu'il ne rapporte. Comment s'en tirent les éditeurs ? La lutte est difficile et la qualité de Maupiti, comme celle du Manoir ou du futur Soukiya, n'est certes pas la recette du « gros sous » garantis. D'après Dominique Sablons, il faudrait aujourd'hui un million de francs pour lancer le projet de Maupiti dans des conditions salariales correctes... Un chiffre qui doit rebuter bien des éditeurs ! Au début de Lankhor, toute l'équipe a travaillé pour trois fois rien. « Une expérience que je ne recommencerais plus... », affirme Dominique.

Combien gagne un graphiste ?

Parler salaire en France est toujours difficile. La plupart des graphistes indépendants ont répondu à nos questions par un sourire certes sympathique mais bien peu parlant ! Eric Chahi travaille en indépendant pour Delphine. Il se dit par exemple « très content » de ce qu'il gagne... Sans commentaire !

Dominique Sablons a connu des temps difficiles. Maintenant qu'il est à son compte, voici ses explications en ce qui concerne le traitement des graphistes. Un graphiste indépendant trouve dans son contrat deux modes de paiement. Tout d'abord, il touche une avance sur salaire, c'est-à-dire une somme qui lui est versée soit en totalité au lancement du projet, soit étalée sur la durée du travail. Ensuite, lorsque le soft est mis en vente, il touche un pourcentage sur le chiffre d'affaires de l'éditeur. Bien sûr, pour toucher réellement de l'argent, il devra attendre que le montant de ses royalties rembourse l'avancequi lui a été versée. Ensuite, c'est le jackpot, selon que le titre se vende ou non !

Des chiffres !

Le calcul des royalties est le suivant. Les éditeurs accordent environ 17 à 18 % de leur chiffre d'affaires aux auteurs. Cette « part auteur » sera alors partagée entre le programmeur, le scénariste et le graphiste par exemple. Imaginez un soft vendu 200 francs hors taxe dans le commerce (soit 240 francs prix réel en magasin). Environ 50 % vont au distributeur (en fait, 45 % seulement si le soft est très bon et jusqu'à 70 % dans le pire des cas). Dans le cas moyen, il reste 100 francs. Les royalties (17 %) sont alors de 17 francs. Le graphiste touchera au mieux un tiers de cette somme (il faut payer le scénariste et le programmeur !), soit environ 5 francs par logiciel vendu. Tout dépend ensuite du nombre d'exemplaires que vous achetez !
Voyons maintenant quelques exemples précis. Dominique Sablons possède une expérience et une réputation qui lui permettent maintenant d'envisager les contrats suivants. Pour un jeu d'action, 70 000 francs est une somme raisonnable comme avance sur royalties. Sur un jeu d'aventure entièrement réalisé par lui et son équipe, une somme fixe de 150 000 francs plus 10 % de royalties permettrait à l'équipe de travailler dans de bonnes conditions. Et, pour citer des chiffres vérifiés par le passé, sachez que Dominique Sablons touche 9 % de royalties sur Tennis Cup (soit un peu plus de neuf francs par soft vendu). Olivier Cordoléani reçoit 5 francs pour chaque vente d'un exemplaire de BAT. En fait, si tous ces chiffres ne nous donnent qu'un ordre d'idée, il faut bien comprendre que l'établissementd'un contrat est un coup de poker. Tout dépend de l'offre et de la demande. Le graphiste doit savoir se vendre et surtout bien discuter avec les membres de l'équipe, programmeurs, scénaristes, auteur d'un concept, etc. De manière générale, le programmeur est la personne la plus payée de l'ensemble. Mais tout dépend là encore du type de jeu créé. Quant aux graphistes salariés, nous n'avons pu recueillir de renseignement que chez deux éditeurs. En ce qui concerne Infogrames, Dominique Girou, graphiste depuis cinq ans dans cette maison, gagne actuellement un salaire brut de 9 500 francs par mois. Deuxième exemple, le cas d'Océan France. Tous les graphistes de la maison touchent, quels que soient leur niveau et leur ancienneté, 7 500 francs par mois (brut + 360 francs en tickets repas !). Un système de prime récompense en plus de cela le graphiste s'il respecte les dates de sortie du produit qu'il met en place. Cette prime atteint 2 000 francs quand tout se passe au mieux. Les programmeurs sont mieux payés : environ 9 000 francs brut et une prime maximale de 15 000 francs en fin de projet. Pourquoi cette différence ? Marc Djian répond : « C'est très simple, il y a beaucoup plus de graphistes qui cherchent du travail qu'il n'y a de programmeurs. »

Des conditions de vie agréables

Pour tous les éditeurs que nous avons pu visiter, les équipes de création sont désormais bien installées. L'ambiance est bonne, le travail d'équipe toujours très présent. Les horaires de travail ne sont plus délirants, comme c'était souvent le cas il y a deux ans... Chez Océan, 39 heures et des heures sup si on le désire. De plus en plus, des groupes de création semblent se former, ce qui s'annonçait déjà dans notre dernier dossier spécial programmeur.

Qu'ils soient salariés ou free lance, les graphistes semblent « heureux » ! On a le sourire chez Microïds, la pêche chez Ubi, le moral chez Loriciel, etc., et vice versa ! Les indépendants apprécient leur liberté et ne désirent qu'une chose, rester à leur compte pour plus de tranquillité, de loisirs, de concentration. Au sein des groupes, les programmeurs ont désormais pris réellement conscience de l'importance du graphiste. « Quelles que soient les contraintes du programme, nous laissons libre cours aux graphistes. Le dessin est trop important, à nous de nous débrouiller par la suite », affirme le programmeur de B.A.T., Philippe... Réciproquement, les graphistes font leur possible pour connaître un mini* mum de programmation afin de ne pas poser de colle aux programmeurs. L'entente.

Face au futur,
il faut se préparer !

Bientôt le CD ROM et des jeux toujours plus riches en graphismes... La plupart des graphistes se préparent à ce bond fabuleux. Ici, on met au point des bibliothèques complètes de matières, de la pierre vieillie au ciment brut, des centaines de ciels, de rivières, autant d'éléments qui permettront plus tard de faire vite et bien des softs de qualité. Les graphistes doivent rester toujours très vigilants en ce qui concerne l'apparition de nouvelles techniques. Olivier Cordoléani vient de s'acheter une caméra pour maîtriser au plus vite la digiî dans ses moindres détails. Marco de Flores, responsable des graphismes chez Loriciel. est chargé, entre autres, d'éplucher tous les nouveaux softs, de contrôler la sortie des utilitaires de dessin, etc. C'est la course à l'armement matériel et intellectuel.

Trucs et astuces des pros aux lecteurs de Tilt

Nous vous communiquons ici quelques conseils que vous adressent directement les graphistes qui ont bien voulu répondre à nos questions. Bien sûr, il est des secrets que les sorciers du pixel ne dévoileront jamais. Nous espérons cependant que ces éléments vous permettront d'affiner vos créations, de découvrir de nouvelles techniques et surtout de comprendre certaines notions élémentaires.

Anti-aliasing:
pour les diagonales nettes

lorsque deux blocs de couleurs sont par-otages à l'écran par une liaison ni horizontale, ni verticale, on voit apparaître des ' «escaliers». Le trait est saccadé. L'anti-. aliasing permet d'atténuer cette imperfection : on choisit une couleur intermédiaire entre les deux teintes utilisées, et on raJ joute, à la loupe, des pixels de cette teinté à tous les angles de l'escalier. En mode plein écran,  l'aspect «découpé» de la jonction des deux couleurs redevient tout à fait acceptable. Cette technique, très utilisée aujourd'hui et automatique sur cerj tains softs de dessin, doit pourtant être utilisée avec précaution. Pour les animations, par exemple, un anti-aliasing peut poser problème si les contours d'un ' sprite sont traités. Deuxième défaut, cette manipulation a tendance à ternir l'image. Il vaut mieux parfois garder les «escaliers» pour pouvoir obtenir une couleur; plus éclatante. Une astuce consiste à sortir d'un dessin les contours uniquement (par choix de leur couleur), à les traiter pour, ensuite, les replacer sur l'image de départ.

La digitalisation
conseil de Marco

Nous l'avons vu, la digit. représente un tel travail de «nettoyage» qu'on l'utilise peu. Toutefois, si vous digitalisez une sériel d'images issues d'un film vidéo, conservez deux séquences pour chaque scène. Pour la première, vous ne digitaliserez que les images paires du film vidéo, pour la seconde, les images impaires. Résultat, vous obtenez deux animations identiques mais dont l'une seulement montre bien un moment précis, comme l'impact d'un coup de poing par exemple. Il sera toujours possible de mixer par la suite les deux séquences pour obtenir en fin de compte l'animation la plus précise...

Agrandir une image
de 320/200 pixels à 640/800
conseil d'Olivier

Faites tout d'abord une brosse du dessin (320/200) sous Deluxe Paint III. A l'aide de Digi Paint III, chargez cette brosse en mode Ham et sauvegardez-la. Grâce à Color (de Deluxe Photo Lab), vous passez maintenant l'image en mode Ham entrelacé (Ham 512). Effectuez ensuite un resize en 640/800 dans le mode Smouth. Qualité finale garantie.

Utilisation de la perspective
par Eric

Dans les Voyageurs du temps, observez les tableau où l'on voit l'auberge et l'entrée du château. Il m'a suffi de copier une partie du mur puis d'utiliser l'option de perspective de Deluxe Paint III, pour construire le mur du château, à gauche de l'écran. Bien sûr,| j'ai dû retravailler ce dernier pan de mur pour plus de réalisme !

Réutilisation
des éléments de vos créations
par Olivier

Il est parfois très pratique de réutiliser des éléments d'un décor pour une autre vue. Les sprites, les matières (pierre, arbres, etc.), les vaisseaux peuvent toujou rs être modifiés  pour  servir dans  d'autres écrans. Pour preuve, l'un des écrans de présentation de B.A.T. s'inspire d'un tableau de Fer et Flamme ! Mais  attention, il ne faut pas tomber dans la facilité, mais toujours retravailler Télément à la loupe pour bien le positionner dans son nouveau contexte.

Travail de couleurs
dans les conversions ST/Amiga
par Eric

Le mode RGB de l'Amiga offre 16 paliers de réglages. Si vous travaillez sur ST, pensez à n'utiliser que les paliers impairs, 1, 3, 5, etc. C'est le plus sûr moyen de retrouver, sur Amiga, les teintes réelles.

La taille des sprites
par Dominique

Bien sûr, c'est un problème archi-connu ! Mais il faut toujours rappeler aux créateurs novices qu'un sprite doit être compris dans un bloc dont la largeur doit correspondre à un multiple de 16 pixels, soit 16, 32, 48 pixels, etc. En effet, les animations sont soumises aux contraintes du balayage de l'écran. Si vous dessinez un sprite de 33 pixels par exemple, le programmeur sera obligé de l'inclure dans un bloc de 48 pixels, d'où une perte de place mémoire et des restrictions qui vous empêcheront peut-être, plus loin, d'inclure à votre décor une nouvelle animation. A vous de connaître et de respecter ces contraintes !

Respecter le réalisme
par Stéphane

Pour Soukiya, j'ai pensé à respecter l'orientation du soleil sur tous les écrans. Si vous êtes face à un temple et que vous regardez au nord, le soleil est à droite si c'est le matin. Pour la vue arrière du temple, je fais attention à ce que l'éclairage passe à gauche, ce qui est logique. C'est tout bête mais ça aide le joueur à se repérer. Pensez donc toujours aux petits détails.

Nous avons beaucoup discuté, au cours de tous ces entretiens, des problèmes inhérents aux critiques de la presse micro. Le jugement des testeurs est souvent mal perçu par les graphistes. Bien sûr, qu'importe l'effort d'une équipe, l'importance des contraintes techniques, si la jouabilité du produit est mauvaise. Toutefois, l'idée de Dominique Sablons est intéressante: pourquoi ne pas constituer, pour les prochains Tilt d'Or, un jury composé de professionnels et qui pourrait évaluer l'aspect technique de la réalisation des hits de l'année? Une idée à suivre...

Olivier Hautefeuille , TILT n°79 (Juin 1990)

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Files:
» The  Advanced  OCP  Art  Plus  Studio  v2.4DATE: 2013-09-03
DL: 781 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 155Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» The  Advanced  OCP  Art  Plus  version  GRIMDATE: 2013-09-03
DL: 713 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 100Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v2.4DATE: 2013-09-03
DL: 846 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 105Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v2.4liteDATE: 2013-09-03
DL: 740 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 77Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v2.4    (2013-10-01)    CNGSOFTDATE: 2014-03-16
DL: 508 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 82Ko
NOTE: 9 Cyls
.HFE: OUI
 
» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v5.1  ForceOneDATE: 2013-09-03
DL: 691 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 123Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    ROMDATE: 2002-12-02
DL: 732 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 42Ko
NOTE:
.HFE: NON
.ROM: OUI

Covers:
» The  Advanced  OCP  Art  StudioDATE: 2014-05-05
DL: 335 fois
TYPE: image
SIZE: 61Ko
NOTE: w370*h521

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  DISK)    ENGLISHDATE: 2019-11-30
DL: 22 fois
TYPE: image
SIZE: 388Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w1954*h1500

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  DISK)    FRENCHDATE: 2014-05-05
DL: 498 fois
TYPE: image
SIZE: 212Ko
NOTE: w1160*h827

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  DISK-UBISOFT)    FRENCHDATE: 2019-11-30
DL: 545 fois
TYPE: image
SIZE: 391Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w2067*h1402

Type-in/Listing:
» Writer  for  pictures  compressed  using  Advanced  OCP  Art  Studio    (Amstrad  Action)    ENGLISHDATE: 2018-08-24
DL: 230 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 41Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 40 Cyls
.HFE: OUI

Medias/Supports:
» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  DISC)    ENGLISHDATE: 2018-06-24
DL: 38 fois
TYPE: image
SIZE: 222Ko
NOTE: w950*h1160

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  OCP-1)DATE: 2016-06-18
DL: 223 fois
TYPE: image
SIZE: 78Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ; w942*h600

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  OCP-JESSICO)    FRENCHDATE: 2015-11-12
DL: 162 fois
TYPE: image
SIZE: 107Ko
NOTE: Scan by Loic Daneels ; w927*h583

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  RAINBIRD)    (M070487-517)    ENGLISHDATE: 2018-12-17
DL: 47 fois
TYPE: image
SIZE: 54Ko
NOTE: w925*h583

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  RAINBIRD)    (M250887-517)    ENGLISHDATE: 2019-11-21
DL: 21 fois
TYPE: image
SIZE: 201Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w1885*h1174

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  RAINBIRD-D15)    (27-06-1988)    ENGLISHDATE: 2019-11-21
DL: 17 fois
TYPE: image
SIZE: 288Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w1861*h1172

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  UBISOFT-1989)    FRENCHDATE: 2019-11-20
DL: 27 fois
TYPE: image
SIZE: 189Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w1869*h1173

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  UBISOFT-1990)    FRENCHDATE: 2018-12-17
DL: 72 fois
TYPE: image
SIZE: 104Ko
NOTE: w927*h583

Dumps disquettes (version commerciale):
» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v2.4    (CT-RAW)    ENGLISHDATE: 2017-05-09
DL: 244 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 227Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 42 Cyls/CT-RAW
.HFE: NON

» The  Advanced  OCP  Art  Studio  v2.4    ENGLISHDATE: 2017-05-09
DL: 237 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 356Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 45 Cyls
.HFE: OUI

Manuels d'utilisation & docs:
» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Release  DISC-UBISOFT)    FRENCHDATE: 2019-12-31
DL: 47 fois
TYPE: PDF
SIZE: 9875Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; 14 pages/PDFlib v1.6

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    (Rerelease  DISC-UBISOFT)    FRENCHDATE: 2019-12-31
DL: 43 fois
TYPE: PDF
SIZE: 8274Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; 14 pages/PDFlib v1.6

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    ENGLISH    MANUALDATE: 2014-05-05
DL: 714 fois
TYPE: PDF
SIZE: 3607Ko

» The  Advanced  OCP  Art  Studio    SPANISH    MANUALDATE: 2014-05-05
DL: 653 fois
TYPE: PDF
SIZE: 2261Ko

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » OCP à la Loupe (ACPC n°18)
» Applications » OCP à la Loupe (ACPC n°22)
» Applications » OCP à la Loupe (ACPC n°21)
» Applications » OCP à la Loupe (ACPC n°26)
» Applications » Freeocp a la Loupe
» Applications » OCP à la Loupe (ACPC n°27)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop
Page créée en 451 millisecondes et consultée 972 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.