APPLICATIONSPROGRAMMATION ★ LE BASIC LOCOMOTIVE ★

Basic - LocomotiveApplications Programmation

Le BASIC de l'Amstrad contrairement à celui de bien d'autres machines n'a pas été développé par MICROSOFT mais par Locomotive Software. Ceci ne lui enlève rien de son intérêt même si quelques fonctions graphiques telles que CIRCLE sont absentes

Il existe plusieurs packs d'instructions dans le Basic Locomotive. La gestion sonore (instructions SOUND), la gestion de l'écran (PRINT, LOCATE, PEN, PAPER, WINDOW), la gestion des mémoires de masse cassette ou disquette (LOAD, SAVE), gestion du clavier et des entrées sorties (INPUT, INKEY).

Comme vous pouvez le voir ce Basic n'est pas inintéressant loin de là. La gestion de l'écran est très complète grâce à des instructions de fenétrage, de couleur, et de graphique dans l'ensemble performantes même si quelques fois une certaine lenteur peut-être ressentie, notamment lors de la présence de fenêtres. Il est également intéressant de noter la possibilité d'afficher texte et graphique simultanément. ce qui est loin d'être encore le cas sur toute les machines.

Vous pourrez également, performance rarissime, sur les micros familiaux. afficher un caractère à une coordonnée graphique de l'ècran et non plus àune coordonnée de texte. Finis les jeux en Basic aux déplacements saccades, à vous les plaisirs du pixel par pixel sans avoir à subir les affres du langage machine.

Terminons ce chapitre sur l'affichage en parlant des couleurs. En effet, un des avantages du CPC, est son grand nombre de couleurs. Choisies parmi une palette de 27, vous en aurez 16 en mode 0, (160 par 200), 4 en mode 1 , (320 par 200),2 en mode 2 (640 par 200). La gestion des couleurs s'effectue à l'aide des instructions INK, PAPER, PEN. On a, au début, un peu tendanèe à se tromper entre les instructions PEN et INK, la première étant réservée à l'affichage, la seconde à la sélection parmi la palette.

La gestion du son

Le Basic vous permet de gérer le synthétiseur de l'Amstrad au mieux de ces possibilités même si le fait d'avoir utilisé pour seule commande l'instruction, SOUND, ne facilite pas toujours les choses (AMSTRAD MAGAZINE vous donne une instruction plus simple d'emploi dénomée MUSIC dans son numéro 3). SOUND a l'avantage de pouvoir faire jouer à l'AMSTRAD n'importe quelle note de musique, ou de créer un grand nombre de bruitages, les trois canaux adressables individuellement peuvent recevoir différentes données telles que des enveloppes de volume ou de tons, des fréquences de notes sur 8 octaves, un volume et une durée. Toutefois, la complexité de la commande, due à sa grande puissance, a dû dérouter plus d'un débutant et même quelques programmeurs chevronnés.

La gestion des mémoires de masse

La gestion des périphériques de stockage que sont le lecteur de cassette ou de disquette, s'effectue grâce aux instructions SAVE, LOAD, CAT.
CAT permet de lire le nom des différents fichiers autant sur cassette que sur disquette, ce qui est une première! L'apparente inutilité de l'instruction CAT pOur le lecteur de cassette disparait rapidement. En effet, l'absence d'instruction VERIFY sur l'AMSTRAD, permettant la vérification d'un fichier sur cassette est remplacée par CAT qui vous affichera un OK à l'écran chaque fois qu'un programme sauvegardé sous une forme correcte sera trouvé. Terminons par les instructions OPENIN , OPENOUT, PRINT #8, INPUT #8, CLOSEIN et CLOSEOUT qui vous permettent d'écrire directement sur les cassettes ou les disquettes, instructions très utiles pour la gestion de fichiers.

Les interruptions

Pour la première fois dans un BASIC, sont incluses des instructions de gestion d'interruptions.
Celles-ci permettent soit l'exécution d'une sous routine après un temps donné, ou bien régulièrement selon la fréquence choisie par l'utilisateur. Une restriction cependant, les certaines fonctions BASIC telles que INPUT.

L' évolutivité du Basic Locomotive : RSX

Le Basic Locomotive est loin d'être un Basic figé. La grande facilité de création des instructions RSX par les programmeurs en assembleur lui permet d'être constamment élargi.
Telle extension utilise ses propres instructions Basic (par exemple ùSAY pour faire parler le synthétiseur vocal ou ùTRANSMIT pour l'interface RS232C ), ou tel logiciel rajoute quelques instructions ( par exemple FILL qui n'existé pas sur le 464). Cette extensibilité est l'un des principaux avantages du Basic AMSTRAD.

Le Basic LOCOMOTIVE comme vous le voyez est loin d'être inintéressant, il évolue facilement comme on a pu le voir sur la gamme des CPC.
Les instructions sont relativement complètes et peuvent résoudre une grande quantité de problèmes posés.

N'oublions pas le BASIC du 6128 qui se voit enrichi de fonctions suplémentaires, notamment le FILL du 664, et un BANKMANAGER, pour gérer les nouvelles banques de RAM, constituant les 64ko suplémentaires. Ces instructions non résidentes (il faut les charger d'une disquette), rajoutées au Basic, permettant le transfert d'écran ou de fichier de données avec un bon confort d'utilisation.

Vous avez eu en ces quelques lignes, un bref aperçu du Basic de l'AMSTRAD, maintenant à vos claviers!

Eric Charton, AMSTRAD MAGAZINE n°5, p46-47

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop
Page créée en 567 millisecondes et consultée 3894 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.