APPLICATIONS ★ SAVE, LOAD, RUN & CO ★

Edito Save Load Run And Co 11 - Dis Moi un Ordinateur Comment Ca Marche

Vous venez d'acheter un AMSTRAD, neuf ou occasion. Tant que vous vous contentez d'utiliser les jeux du commerce et de secouer votre joystick, tout va bien.

Mais dès vos premiers contacts avec la programmation, même s'il s'agit seulement de recopier et d'utiliser les listings de votre revue préférée, les problèmes surgissent, comme en témoigne le courrier reçu par la rédaction.

Le Manuel Amstrad n'étant pas toujours d'une consultation ni d'une compréhension aisée, vous trouverez dans ces trois articles tout ce qu'il faut savoir (théorie et pratique) pour sauver et utiliser votre travail, ainsi que pour manipuler les fichiers (renommer, effacer, copier).

DIS, COMMENT ÇA
MARCHE, UN ORDINATEUR ?

Pour bien assimiler ce qui va suivre, il fout d'abord   comprendre comment fonctionne votre ordinateur, et ce que recouvre la notion de MÉMOIRE.
Un ordinateur, comme l'Amstrad CPC, est constitué de divers organes.
D'abord, le microprocesseur, qui a besoin pour fonctionner d'une mémoire, et d'un minimum d'organes d'entrée et de sortie lui permettant de dialoguer avec l'extérieur : écran et/ou Imprimante pour la sortie, et clavier pour l'entrée des données,

Je viens de parler de mémoire. Par analogie avec votre mémoire à vous ( sans faille, bien sûr), vous devez vous dire que ce qui a été placé une fois dans celle de l'ordinateur peut être rappelé ensuite à la demande, Faux !
Ce terme de MÉMOIRE est un abus de langage. On devrait plutôt parier de ZOME DE STOCKAGE PROViSOiRE DES iNFORMATiONS, c'est-à-dire des instructions et des variabies. Je continuerai cependant à utiliser ce terme de mémoire auquel vous êtes habitués .

Provisoire, car si on éteint la machine, cette fameuse mémoire est TOTALEMENT EFFACEE. Cette mémoire qui flanche si facilement est appelée RAM (Random Access Memory, ou mémoire à accès aléatoire), Elle est indispensable au bon fonctionnement du système, car tout programme (série d'instructions) ou ensemble de données, doit être d'abord placé dans la RAM pour être accessible au microprocesseur donc pour pouvoir être exécuté ou utilisé.

Si vous venez de taper votre programme en BASIC, pas de problêmes, il est en attente dans la RAM, Tapez RUN + ENTER (ou RETURN) et il s'exécute. Vous pouvez ensuite le faire tourner autant de fois que vous voudrez, à une conditlon, c'est de ne pas éteindre la machine.
Mais vous n'aviez pas la laisser tournée Jusqu'au jugement dernier. C'est pourquoi l'Amstrad est égaiement pourvu d'une « mémoire »permanente, appelée aussi parfois mémoire de masse ; il s'agit tout simplement d'un lecteur de cassettes ou de disquettes. Vous pouvez ainsi copier votre programme de la RAM vers le support magnétique de sauvegarde. et en conserver un enregistrement définitif.

Tel que je viens de le décrire, l'ordinateur est à peu près aussi utilisable qu' une voiture sons essence, sons démarreur et avec une batterle à plat. Il lui manque encore 2 éléments. Malgré ses performances impressionnantes, l'ordinateur n'est pas une machine intelligente et n'en sera jamais une. Ne vous laissez pas Impressionner par le terme « Intelligence Artificielle » Les applications qui y font référence rendent hommage à l'intelligence de leurs concepteurs, non à celle d'un astucieux assemblage de composants électroniques.
Un ordinateur est une mécanique fonctionnant selon un principe des plus simplistes, mais rapide comme l'éclair, et ne sachant manipuler (je n'ai pas dit comprendre) que des suites de 1 et de 0, autrement dit des nombres binaires. 1 ; le courant passe. 0 ; le courant ne passe pas : c'est tout et ça lui suffit pour tout foire. Par contre, lui donner des Instructions directement sous cette forme est une tâche impensable.
Lorsque vous allumez l'Amstrad, un élément Joue le rôle du démarreur de la voiture. C'est le SYSTEME D'EXPLOITATION, tout simplement un programme spécial, contenu dans une "mémoire' particulière, une ROM (Read Only Memory, mémoire à lecture seule). Cette « mémoire' » a la propriété de ne pas être modifiable, et de conserver son contenu même quand le courant est coupé (contrairement à la RAM). Lorsque vous actionnez le démarreur d ' une voiture, le moteur commence à tourner pour atteindre son régime de fonctionnement. Vous pouvez alors donner vos instructions sous forme d'actions sur l'embrayage, le levier de vitesses, le volant, l'accélérateur et le frein.

C'est tout à fait analogue pour l'Amstrad. Au démarrage, une partie du programme contenu dans la ROM est copiée dans la RAM, C'est pour cela que vous ne disposez que d'environ 40 kilo-octets de mémoire pour les programmes (+ 16 k de RAM-écran) au lieu des 64 annoncés sur 464 et 664, et même sur 6128, où le 2ème bloc de 64 k n'est pas directement accessible, sauf programmes spéciaux et encore ! Certaines routines du système d'exploitation sont automatiquement exécutées ; elles initialisent l'ordinateur, qui peut désormais attendre vos ordres.

Ces ordres, vous devriez normalement les exprimer sous forme de nombres binaires, seul langage que le microprocesseur puisse reconnaître ( langage machine ). Pas de panique, laissez-moi continuer ! Pour rendre possible le dialogue entre l'homme et la machine, les Informaticiens ont créé un certain nombre de langages, plus ou moins proches du langage naturel ( mais presque tous en anglais, sorry ), Pour l'Amstrad sont disponibles l'Assembieur, le Turbo-Pascal, le langage dBase et dBase II, et le BASIC, Chacun de ces langages n'est ni plus ni moins qu'un PROGRAMME, qui traduit automatiquement les instructions fournies par le programmeur en codes binaires que la machine soit utiliser (ouf ! ).

Sur l'Amstrad, le largage BASIC est Interne : il réside dans une seconde ROM, et se trouve disponible dès l'allumage, d'affichage du READY (prêt ), Pour utiliser les autres langages, il faut par contre les charger en mémoire à partir du lecteur de cassettes ou de disquettes. Un petit détail : pour travailler avec dBase ou Turbo-Pascal, il fout tout d'abord charger CP/M, un autre système d'exploitation livré en prime avec la machine sur support magnétique externe. CP/M se substitue alors au système d'exploitation de la ROM.

RESUMONS

Dans cette description très simplifiée. j'ai cependant tenté un tour d'horizon relativement complet. Si vous n'avez pas encore tout assimilé, ce n'est pas grave. Retenez surtout ceci ;

  • Quand on parle de « mémoire » de l'ordinateur sans plus de précisions, il s'agit de la RAM ( qui perd son contenu lorsqu'on éteint l'ordinateur ).
  • Pour pouvoir exécuter un programme quelconque se trouvant sur cassette ou sur disquette. Il faut d'abord LE CHARGER EN MÉMOIRE ( le copier dans la RAM à partir du lecteur ).
  • Lorsqu'on a topé un programme au clavier. Il faut IMPERATIVEMENT le sauvegarder sur cassette ou disquette (le copier depuis la RAM vers le lecteur), avant toute tentative d'exécution.

A Suivre

Page précédente : Edito Save Load Run And Co

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 894 millisecondes et consultée 963 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.