★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ POKER (CPC REVUE) (c) CPC REVUE ★

CPC Revue

Poker se joue seul contre l'ordinateur. Chacun dispose du même capital initial (soit 250, 500 ou 1000 $). A chaque tour, 52 cartes sont battues et dix distribuées (alternativement une par une en commençant par le perdant précédent). Les joueurs disposent donc chacun de 5 cartes parmi lesquelles ils ne vont garder que 5 à aucune carte. Après cette éjection, de nouvelles cartes sont données pour compléter les séries à 5 cartes. Pour sélectionner les cartes à jeter, le joueur se sert des flèches "droite" et "gauche" et de la touche "copy" (retourne la carte). Quand ce choix est effectué, le joueur appuie sur "enter" et d'autres cartes lui sont fournies. Il détient maintenant sa combinaison de cartes finale. A partir de ce moment, les enchères peuvent débuter. Pour cela, le joueur utilise les touches du pavé numérique : 3 = abandon, 6 = pour voir (égalisation des mises et retournement des cartes), 9 = surenchère. Les touches 3 et 6 mettent les mises à leur juste valeur automatiquement et désignent le vainqueur. Si le joueur sélectionne la "surenchère" (9), il lui faut alors donner le montant de celle-ci en appuyant sur les touches 1 = 1$, 4 = 5$, 7 = 10$, puis sur la touche "enter" pour valider cette action. Si cette surenchère est trop faible (montant de la mise inférieur ou égal à celui de l'adversaire), cette erreur est annoncée et le joueur doit augmenter son enchère. Si par contre elle est trop forte car dépassant son capital, le joueur doit recommencer avec une enchère plus faible.

L'ordinateur fait de même jusqu'à ce que l'un des deux abandonne ou demande à voir les cartes. Après désignation du vainqueur et attribution des gains, si l'un des deux n'est pas ruiné, le jeu reprend pour un tour suivant. Il est à remarquer que dans le cas d'un abandon de l'un ou de l'autre, l'ordinateur ne montre pas ses cartes (selon les règles du "Poker") ; mais, si le joueur veut essayer de percer le secret de sa tactique de jeu, il peut tout de même les voir en appuyant sur la touche "v" (s'il appuie sur une autre touche, le'jeu est effacé et un nouveau tour commence).

Le joueur ne peut demander à voir les cartes (touche 6) que s'il est le premier à démarrer les enchères et que l'adversaire n'a pas joué (le message "misez d'abord" s'affiche). De même, si la première enchère est inférieure à 2, elle ne peut être acceptée.

Le mieux est bien sûr de jouer pour apprendre les multiples facettes de ce jeu, et n'oubliez pas le "bluff"... Naturellement, l'ordinateur ne triche jamais. Il n'y a jamais d'interférence entre les deux jeux (comparaison avant enchère ou choix précis des cartes de l'ordinateur). La chance et la tactique sont vos meilleurs atouts.


CPC n°20

POKER (CPC REVUE)
(c) CPC REVUE

AUTEUR: Stéphane MEUNIER

★ ANNÉE: 1985
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 1 , BOARD , CARD GAME , POKER

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listings:
» Poker-Stephane  Meunier    FRENCHDATE: 2013-08-30
DL: 49 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 40Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» Poker-Stephane  Meunier    LISTING    FRENCHDATE: 2016-10-22
DL: 28 fois
TYPE: text
SIZE: 28Ko

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 255 millisecondes et consultée 910 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.