★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ NETHERWORLD (c) HEWSON ★

A100%AMSTAR&CPCMICRONEWSAmstrad Sinclair Ocio

Ah ça, il fallait bien que cela tombe un jour... Le jeu qui a relancé Hewson sur 16 bits, bien avant les Cybernoid et Cie, débarque sur CPC. Enfin. C'est vrai, quoi, on est toujours les derniers servis...

Regardons les choses en face (myopes, astigmates et autres presbytes s'abstenir). Dans la vie, il y a deux sortes de gens : ceux qui ont un CPC et ceux qui ont autre chose, voire rien du tout, ce qui, quand on y pense bien, revient à peu près au même. La deuxième catégorie de personnes sus-citées avait eu, voici de cela quelques mois déjà, l'immense joie de voir débarquer un jeu résolument nouveau, tout droit sorti des ateliers de chez Hewson Consultants. Il marquait, par là même, le retour en première ligne de cet éditeur quelque peu oublié depuis de forts longs et nombreux mois.

Le truc en question - vous l'aurez certainement compris - est Netherworld, un nom qui s'éternue plus facilement qu'il ne se prononce, comme aimait souvent à me répéter Robby, dont l'humour, je dois bien l'avouer, avait parfois tendance à m'échapper. Tiens, puisqu'on parle de Robby, je voudrais ouvrir ici une parenthèse le concernant : rassurez-vous, je ne vais pas vous refaire le coup du "oh le pauv'Robby. l'a parti à l'armée, ouh là là là là ça craint pour lui". Non, je désire simplement que l'on arrête de parler de lui à l'imparfait, comme on le fait depuis quelques temps. Un service, tout aussi militaire qu'il soit, ne dure en général (si j'ose dire) guère plus d'un an, délai au bout duquel nous reverrons notre Bidouilleur Fou, plus en forme que jamais. Or donc, parlons de lui AU PRESENT s'il vous plaît ça fera plaisir à sa femme et à ses quinze gosses. Sur ce, je referme cette parenthèse (c'est une vue de l'esprit ; si vous trouvez une parenthèse autre que celle contenant cette phrase -oui, celle que vous êtes en train de lire, là -, je vous conseille de vous ruer immédiatement chez votre toubib de famille pour un examen approfondi).

C'EST QUAND MEME UN MONDE

Remarquez, quand je dis que NetherWorld est un nom imprononçable, j'avoue exagérer quelque peu ; il est en effet très facile à dire, pour peu que l'on possède un minimum de culture rosbif. Le nom de l'auteur est, lui, légèrement plus exotique : J. Tapanimaki (on ne rit pas dans l'assemblée). Mais le pire dans tout ça, c'est que ça va bientôt être un nom à retenir ! Entraînez-vous dès maintenant, si vous ne voulez pas passer pour des ringards plus tard. Mais je brode, Herr Bond (c'était un jeu de mots : je Broderbund, ouarf ouarf), je brode, et l'on n'avance guère. Pis : nous stagnons. Allons, un peu d'action (celui qui réveille le blanc, désolé Kunta Kinté) nous fera du bien...

C'est sur un ciel étoile du plus bel effet, accompagné d'une musique elle aussi réussie, que la magie de NetherWorld commence à faire son effet. On sent d'emblée l'atmosphère inhabituelle qui émane de ce jeu, et l'envie d'appuyer sur feu, pour commencer à jouer, monte petit à petit, irrésistible. Déjà, le programme nous invite à choisir entre les premier, cinquième et neuvième tableaux. "Qui va piano va sano", dit la sagesse populaire, aussi nous contenterons-nous, pour cette prise en main, du premier.

LES DIAMANTS SONT ETERNELS

Changement de décor, un autre lieu, un autre temps. A l'écran, un sprite s'agite, représentant une espèce de vaisseau spécial tournant sur lui-même, à la manière d'une station orbitale. Autour de lui, d'étranges rocailles vertes semblent infranchissables. Vérification faite, elles le sont effectivement Ce sont donc là des murailles, destinées à envenimer quelque peu la partie. Usant de toute mon intelligence quasi illimitée, j'en déduis aussi sec que ce NetherWorld est ce que l'on pourrait qualifier, sans trop se tromper, de labyrinthe gigantesque, dans lequel il faut récupérer un certain nombre de diamants, tout en évitant moult bébêtes, toutes plus menaçantes les unes que les autres. Le tout dans un temps, comment dire ?... Limité, oui, c'est le mot juste. Dans ce labyrinthe, règnent des monstres à la mine pas si patibulaire que ça : un peu le style dragon vert avec des étoiles rosés, si vous voyez ce que je veux dire. A l'approche du vaisseau, ils se mettent (hum) à cracher (c'est quand même dégoûtant) plein de bulles de savon, qu'il faut détruire sous peine de se voir pomper son énergie à la vitesse grand V.

O miracle ! En explosant, ces mêmes bulles se transforment en bonus plutôt utiles : de la tête de mort qui permet de tuer les dragons, à la porte "passe-partout" qui permet de traverser les briques (eh oui, il y a aussi des murs de briques), en passant par les points d'interrogation qui octroient soit l'un, soit l'autre des deux bonus précités, et qui se permettent de temps en temps, d'inverser les commandes du joystick (gauche va à droite, haut en bas et réciproquement l'inverse de l'opposé du contraire). Tous défilent à un vitesse folle, elle aussi d'ailleurs assez proche du grand V, J'allais oublier les télétransporteurs, moyen pratique, rapide et efficace de se déplacer d'un endroit à l'autre du labyrinthe, mais malheureusement immuables dans leur destination. Et encore, il ne s'agit là que du premier niveau, les suivants possèdent encore plus d'étonnants secrets.

Vous l'aurez certainement compris, NetherWorld est un jeu d'arcade et de réflexion à la fois, nécessitant une parfaite connaissance de chaque tableau si l'on veut pouvoir progresser un peu. Pour ne rien gâcher, l'animation est d'assez bonne facture, quoiqu'un peu saccadée diront les puristes. Ces mêmes puristes seront bien obligés d'admettre que les graphismes sont eux, absolument irréprochables, s'ils ne veulent pas se prendre mon poing sur le coin du nez. Concluons peu mais concluons bien : NetherWorld est un jeu de qualité signé Hewson, qui remonte de plus en plus dans mon estime.

A100% n°12 , p24-25

NETHERWORLD
(c) HEWSON

Author: Chris Wood
Concept: J. Tapamimaki
Loading screen: Stephen J. Crow
Music: J. Dave Rogers
Produced by Paul Chamberlain

★ ANNÉE: 1988
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 0 , ARCADE , MAZE EXPLORATION , FUTURISTIC , TAPE , DISK

★ RERELEASE: ERBE SOFTWARE (SPAIN)

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Advert/Publicité:
» NetherworldDATE: 2014-05-10
DL: 126 fois
TYPE: image
SIZE: 228Ko
NOTE: w941*h1369

Covers:
» Netherworld    (Release  DISC)    ENGLISHDATE: 2016-09-07
DL: 115 fois
TYPE: image
SIZE: 235Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; w1274*h782

» Netherworld    (Rerelease  TAPE-ERBE)    SPANISHDATE: 2018-02-18
DL: 139 fois
TYPE: image
SIZE: 182Ko
NOTE: Scan by Abraxas ; w1223*h1189

Dumps disks:
» Netherworld    (2005-01-20)    CNGSOFTDATE: 2014-02-13
DL: 114 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 87Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI
 
» Netherworld    (2015-07-24)    CNGSOFTDATE: 2015-07-25
DL: 53 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 71Ko
NOTE: Trainer +3: infinite lives, infinite energy, infinite time ; 8 Cyls
.HFE: OUI
 
» Netherworld    TBCRACKERSDATE: 2013-08-30
DL: 131 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 101Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI
 
» Netherworld    THEDOGDATE: 2013-08-30
DL: 87 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 88Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI
 

Dump cassette (version commerciale):
» Netherworld    ENGLISHDATE: 2010-03-29
DL: 131 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 31Ko

Dumps disquettes (version commerciale):
» Netherworld    ENGLISHDATE: 2018-08-19
DL: 99 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 39Ko
NOTE: Dumped by DLFRSILVER for Loic DANEELS ; Include CPM 2.2 bootloader/42 Cyls
.HFE: NON

» Netherworld    ENGLISHDATE: 2018-08-19
DL: 17 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 183Ko
NOTE: Dumped by DLFRSILVER for Loic DANEELS ; Include CPM 2.2 bootloader/42 Cyls/CT-RAW
.HFE: NON
 

Medias/Supports:
» Netherworld    (Release  DISC)    ENGLISHDATE: 2016-09-07
DL: 77 fois
TYPE: image
SIZE: 71Ko
NOTE: Scan by Loic Daneels ; w929*h585

» Netherworld    (Release  TAPE)    ENGLISHDATE: 2016-09-06
DL: 59 fois
TYPE: image
SIZE: 24Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ; w485*h313

» Netherworld    (Release  TAPE-ERBE)    SPANISHDATE: 2016-09-07
DL: 88 fois
TYPE: image
SIZE: 16Ko
NOTE: w409*h284

» Netherworld    (Rerelease  TAPE-ERBE)    SPANISHDATE: 2017-12-19
DL: 41 fois
TYPE: image
SIZE: 72Ko
NOTE: Scan by Abraxas ; w1262*h802

Notices d'utilisation:
» Netherworld    (Rerelease  ERBE)    SPANISHDATE: 2019-01-31
DL: 45 fois
TYPE: PDF
SIZE: 574Ko
NOTE: Scan by Abraxas ; 2 pages/PDFlib v1.6

» Netherworld    ENGLISHDATE: 2010-07-12
DL: 83 fois
TYPE: text
SIZE: 5Ko

» Netherworld    FRENCHDATE: 2011-07-25
DL: 55 fois
TYPE: PDF
SIZE: 113Ko
NOTE: 2 pages/PDFlib v1.5

Sur le forum:
» Topic: Cheats, pokes ou solution pour "NETHERWORLD"
YM!Rulez:
» Play the soundtrack  (Powered by YouTube)
Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 117 millisecondes et consultée 2363 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.