HARDWAREPERIPHERIQUES ★ LE TEST S.V.M.: COMMENT CHOISIR UNE BONNE DISQUETTE ? ★

Disquette - Comment Choisir uneBonne Disquette|Science et Vie Micro)Hardware Peripheriques

LE CHOIX D'UNE MARQUE DE Disquette est souvent affaire de hasard. D'une part la disquette est perçue comme un produit de consommation courante et on a tendance à penser qu'elles se valent toutes. D'autre part, chaque utilisateur a une anecdote de programme perdu, de saisies à refaire où la disquette joue le rôle d'accusée. Pour essayer d'y voire clair, voici l'expérience vécue d'un testeur de disquette. "Pour tenter de m'y retrouver dans le marché florissant de la disquette et de donner une base objective au choix que je préconise, voici les points examinées.

D'ABORD LA BOÎTE

La première chose que l'on voit quand on achète une disquette, c'est bien évidemment la boîte. Si on exclut le cas des disquettes vendues par certaines marques par pochettes de deux, les emballages contiennent généralement dix disquettes. Prenez garde aux boîtes en carton qui se déchirent au bout de la dixième manipulation et préférez le solide emballage en plastique dont vous apprécierez le côté fonctionnel. À moins que la différence de prix ne vous fasse opter pour l'achat d'une boîte de rangement contenant plusieurs dizaines de disquettes. N'oubliez pas que vos disquettes passeront plus de temps dans leur boîte que dans le lecteur de votre ordinateur. En utilisation intensive, vous chercherez vingt ou trente fois par jour la bonne disquette dans la boîte, et vous apprécierez la facilité de rangement, l'étiquetage clair, l'accès facile.

L'ASPECT EXTÉRIEUR

Trois éléments permettent de juger de la qualité de fabrication d'une disquette. Regardez d'abord la fenêtre de lecture. Si des poils, qui viennent de la découpe de la pochette, sont visibles le long de la fenêtre, ils risquent un jour de se détacher et de passer sous la tête de lecture. Examinez ensuite le trou central : il doit être renforcé. Si la disquette n'est pas parfaitement introduite dans le lecteur, après seulement quelques passages le centre sera si ondulé que le moyeu du lecteur n'entraînera plus la disquette ; dans ce cas, un bricolage reste votre seule chance de sauver vos précieuses données. Faites refléter la lumière sur la surface magnétique de la disquette elle-même. Un support brillant, net, uni indique un polissage soigné : c'est un gage de qualité. Evitez les surfaces rayées, zébrées, mates.


Test d'une disquette sur oscilloscope:
la chute brutale du tracé indique une
impulsion manquante Cette disquette sera
impitoyablement éliminée.

DIX COMMANDEMENTS
POUR NE RIEN CRAINDRE
DES DISQUETTES

1. Moi, ta disquette avec respect me saisiras.
2.  Par l'étiquette toujours me tiendras.
3. Jamais sur ma surface tes doigts ne porteras.
4. Avec précaution dans le lecteur m'inséreras.
5. Après usage dans ma pochette me remettras.
6. De l'aimant et du trombone toujours me protégeras.
7. Jamais de ta pointe bille mon étiquette n'écriras.
8.  Du gel et du soleil pareillement me garderas.
9.  Du feu comme du liquide toujours m'éloigneras.
10.  De moi, maintenant, sauvegarde effectueras.

TESTEZ VOUS-MÊME

N'oubliez pas que votre ordinateur est un bon outil de test des disquettes. Vous pouvez mettre au point votre propre procédure de "certification" de disquette. A titre d'exemple, voici la mienne. Elle part du principe que les accès aux données sont peu fréquents, sauf pour les pistes qui contiennent le répertoire de la disquette. Le test fait faire à la disquette, en accéléré, ce qu'elle supportera au pire pendant sa vie réelle, Notons toutefois que la disquette subit cette "torture" dans des conditions idéales. En effet, il n'y a pas de manipulations, et les résultats ne permettent pas de déduire une durée de vie à une disquette. C'est plutôt une sorte d'examen d'entrée. Le soin apporté à la manipulation, le stockage dans des conditions de température et d'humidité conseillés par le fabricant, le bon réglage du lecteur sont au moins aussi importants que la qualité de la disquette.

Mon test en Basic, consiste à écrire un ? nombre variable toujours au même endroit | sur la disquette, puis à le relire eh vérifiant ! qu'il est égal au nombre écrit Entre chaque ! lecture-écriture, le répertoire de la disquette ! est exploré, ce qui provoque autant de déplacements de la tête de lecture. En fait chaque passage réalise sucessivement une écriture sur le répertoire, une écriture dans le fichier, un examen du répertoire, puis une lecture dans le fichier. Pratiquement cette séquence se répète environ vingt-cinq fois par minute. Une disquette est testée en continu durant 20000 séquences, ce qui représente plus de 12 h de test par disquette. A titre de curiosité certaines disquettes ont supporté 100000 passages, soit un week-end sans arrêt En cas d'erreur, le programme affiche le nombre de passages effectués et s'arrête. Contre toute attente, et contrairement à ce qui se passait il y a quelques années, toutes les disquettes testées résistent à ce traitement, qui est plus dur que l'utilisation moyenne d'une disquette.

Les constructeurs qui testent leurs productions et celles de la concurrence pratiquent des essais beaucoup plus durs, lisant et écrivant jusqu'à 5 millions de fois sur une même piste. On peut déduire de ces essais que les disquettes sont maintenant d'une excellente fiabilité. Les ennuis constatés proviennent, soit de disquettes anciennes, soit d'un mauvais fonctionnement de l'ordinateur, soit du non-respect des précautions d'usage. Pensez avant d'accuser le fabricant de disquettes à respecter les dix commandements".

Philippe MEDAN , SVM n°14 - http://cpcrulez.fr

★ ANNÉE: ???
★ AUTEUR(S): ???

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 116 millisecondes et consultée 1142 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.