GAMESAUTEURS DE JEUX ★ Philippe AGRIPNIDIS ★

Philippe Agripnidis - Infogrames|Joystick Magazine)Games Auteurs De Jeux

Le soir tombait. Il passait siroter mon Perrier et me fleurir un brin de causette. Le bon quart de siècle cravaté, lunettes Lacoste, la dioptrie bien propre sur elle. Du pur rejeton d'école de commerce tendance mocassin énarquisé, petit côté chef de cabinet ministériel oblige. Mais non, pas comptable. Chef de produit marketing... On se croirait revenu au temps des Visigoths, ça vous mortifie la gencive rien qu'à prononcer, ca vous congestionne la portugaise rien qu'à entendre -Je ne suis pas un créateur comme les autres...

On doit assurer d'autres tâches, d'autres responsabilités, qui sont la boite, les dessins, la communication presse, les pages de publicité». Tout mon petit tremblement sémantique pour vous expliquer que l'instigateur dbnogoud, l'étincelle des Bob Morane, la première pierre d'Opération Jupiter ou le père adoptif de la Quête de l'Oiseau du Temps, c'est lui. Infogrames, c'est comme à la Samar, on y trouve de tout, avec une nette mais récente tendance à l'abandon des grandes braderies de fin de séries prédégluti est au profit d'un prêt-à-porter grand tirage fini lion main.

Même s'il s'est bien racheté depuis, le casier judiciaire de Philippe Agripnidis est marqué d'un tryptique de topinambours déballés à la vasy que jte rentre dedans: les trois premiers Bob Morane. -On n'a pas reçu une seule lettre d'insulte ou de mécontentement d'un type qui a acheté un jeu Bob Morane... (Peut-être qu'il y a pas grand monde à en avoir acheté, ce qui expliquerait peut être les gamelles successives de FIL et INFOGRAMES. N.D.L.R.). C'était clair pour le type vraiment bien branché sur les jeux que ce n'était pas Bob Morane Jungle sur Atari qui était le jeu pour vraiment s'éclater au top niveau de la machine-. Belle amende honorable pour le parfait syndrome du nivellement par le bas des adaptations envoyées par dessus la guibolle. Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour abandonner les vieilles casseroles et développer directement sur seize bits? -Il n'y a pas de standard, et c'est casse-pied pour tout le monde...

C'est comme si on tournait cinq fois le même film. (Oui, mais avec 5 standards de caméra, film, vidéo, etc. N.D.L.R.) Il faudrait peut-être que les éditeurs soutiennent les machines vraiment évolutives, qu'ils s'engagent derrière l'Amiga par exemple-, Encore un effort... un peu léger, on loupe la sortie chef-d'oeuvre. -C'est moi qui ai eu l'idée de départ...


IZNOGOUD - AMSTRAD CPC

Le premier projet que j'ai écrit comprenait toute une partie de négociation et de diplomatie. Entait, le jeu était trop riche, on a commencé à travailler sur Opération  il ya deux ans, avant de faire les Bob Morane... Je crois qu'il faut accepter que ça ne se passe pas, principalement pour des raisons de technique, de mémoire-. Et puis, la bouffée d'air frais, la Quête de l'Oiseau du Temps, d'après Loisel et Letendre. Dequoi remettre les pendules à l'heure et ne donner rétroactivement aucune excuse à l'équipe pour ses égarements passés.. Aventure un peu inerte dans les côtes mais réalisation exemplaire et cousue-main, même si Opération Jupiter, une simulation de prise d'otages en forme de belle allégorie de la chaussette à clous, sous le haut patronage bien dégagé derrière les oreilles du GIGN. Le bout du tunnel. Négociation degré zéro, prenant mais les adaptations bédéphiles et l'attirail héroic-fantasy commenceraient plutôt à bien faire. « Il y a un univers, des personnages, un coté graphique qui peut plaire déjà ». Et si, après tout, ça peut rapporter gros de taper en terrain défriché, pourquoi s'en priver. Un pixel manucure, relustré puis cuit à l'étouffée. Du quasi-jamais-vu. -Il n'y a pas de mirades, si on fait une digit sans retravailler derrière, on n'y arrive pas. Loisel a fait plus de cent dessins noir et blanc, qu'on a effedivement reprisavec une caméra. Après les graphistes ont retravaillé le Irai I et les couleurs, c'est un travail énorme-. Qui aime bien châtie bien, et sans la liberté de blâmer undso weiter...



HOSTAGES : OPERATION JUPITER - AMSTRAD CPC

Alors, reconcilié avec la critique?» T'as passé des heures et des heures dessus, c'est ton bébé... Nous, ce qui nous intéresse, c'est d'avoir des critiques constructives. qui soient fondées... On a tous vu des articles où le soft est descendu en flammes en quelques lignes». Allez, les créateurs finiront par nous persuader que les gratte-papier sonl tous des pourris qui font rien qu'à empêcher les softs de se vendre. On ne peut pas toujours plaire à tout le monde. La version micro de Tinlin sur la Lune, elle, devrait atterrir sous peu. En attendant, je vais essayer de me faire passer le Perrier en note de frais, on sait jamais. (Ben voyons... Et la rondelle avec, peut être? N.D.LR.)


François Coulon , JOYSTICK HEBDO

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 049 millisecondes et consultée 1161 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.