DEMOSCENEDISCMAGS ★ MEGAMAG 1 ★

Megamag 1Demoscene Discmags

La présentation continue à évoluer ,  on est toujours supris au lancement du fanzine (Qui est toujours sur disquette et toujours écrit par S.CARRE) par  le renouvellement constant des images ,  de  plus S.CARRE commence à jeter un  œil concupiscent vers l'assembleur , soutenu en cela par différents clubs de bidouillage .

Du côté du contenu , on note  la  suspension des petites annonces en trop petit nombre . Le monde du CPC n'aurait-il rien à dire ?

Les autres rubriques se maintiennent et  sont toujours aussi variées . On appréciera la présence de  programmes  utilitaires  ,  la  face 2 comporte la  suite des démos et préversions des jeux  de Stéphane St.Martin . En passant , notez que S. St.Martin cherche un  éditeur  pour  ses  jeux . (Il en avait un mais ....) .
 
MICRO-MAG , le fanzine  de  S.CARRE  qui  recevait  du courrier destiné à MICRO-MAG la revue de KAMINSKI (Ex.AM-MAG  Ex.  AMSTRAD MAGAZINE) . A reçu du courrier de MICRO-MAG . Dans la série 'On se défoule comme on peut' c'est pas mal ... . A la suite de cette lettre (Dont le texte intégral et savoureux est reproduit ci-dessous) , MICRO-MAG devient MEGA-MAG . Ceci afin de frustrer la rédaction de MICRO-MAG qui a fait le voeu  de gagner au moins un procès dans son existence !

En réponse à la lettre de S.CARRE qui demandait à MICROMAG .

1 : De bien vouloir récupérer leur propre courrier .
2 : Ou sont passées les 180  pages promises dans le bulletin d'abonnement .
3 : L'insertion d'une petite annonce pour son fanzine .
4 : Quand ouvriraient-ils le dossier fanzines annoncé il y-à quelques mois .

Notre scoop du trimestre (On à rien trouvé de mieux) :

- LA LETTRE DE MICRO MAG -

Datée du 17 Juillet 1989 et adressée à MICRO-MAG 12 rue de Colmar WASQUEHAL

Monsieur ,

Bien que nous  n'ayons  pas  encore  pris  le  temps  de  répondre  à vos courriers du 25 Mai  et  du  12  juillet  1989  ,  nous  sommes conscients du problème juridique que pose la dénomination Micr0mag de votre fanzine .

Le nom de Micromag (quel que soit le graphisme d'une lettre) est en effet déposé depuis 1984 par la société Laser  Presse . Il vous appartenait de vous renseigner préalablement sur l'existence et  la  protection d'un nom avant de l'utiliser . Bien que votre fanzine ait  eu une parution plus ancienne que la revue Micromag , vous ne bénéficiez pas de l'antériorité du nom .

Le zéro  barré  ne  pouvant  être  raisonnablement  prononcé ("Micr'zéro- mag"???) , il est évident que  votre  fanzine entraîne une confusion vis-àvis de certains de nos  lecteurs  et  un  préjudice  possible  ,  la preuve étant apportée par le courrier qui  vous  a  été malencontreusement adressé (et que vous avez bien fait  de  renvoyer  afin  d'éviter  un  délit  de rétension de courrier).

Loin de nous l'idée d'intenter un procès envers un fanzine , d'autant que , en ce qui vous concerne , la cause  est perdue d'avance du fait du dépot du nom . Dans le contexte des  multiples  avatars  d ' Amstrad Magazine , Am-Mag puis Micromag , cette procédure ne manquerait pas de piquant . Je pense qu'il serait cependant prudent , de votre part , de modifier votre titre de manière à éviter à l'avenir , toute équivoque .

Au sujet de la pagination de la  revue  , je vous renvoie à l'ensemble de la  presse  dont  l'épaisseur  ,  à  l'approche  des  vacances  ,  subit  des fluctuations dues à des paramètres économiques  , publicitaires , solaires et plagistes qui échappent certainement à un éditeur de fanzine .

Vous trouverez aussi le chèque aussi le chèque de 50F que vous nous aviez adressé . La publication  de  l'annonce  ne  s'impose  pas  , car nous sommes certain que vous aurez à coeur de changer un titre qui , aux yeux de la loi , ne vous appartient pas . En attendant ,  nous ne pouvons prendre le risque de voir affluer des demandes d'envois d'un  logiciel qui nous seraient adressées par erreur .

Enfin , pour clore le propos  de  votre  lettre  , sachez que nous citons volontier des fanzines , mais  que  ce  n'est  pas  ,  comme vous dites , "la moindre des choses d'en parler"  ,  la  rédaction  étant  et restant libre du choix des informations .

Meilleures salutations .

TEXTE INTEGRAL Y COMPRIS LES FAUTES D'ORTHOGRAPHE

Sans commentaires mais quand  même  une  petite  remarque  , le nombre de  pages de SOS PROGRAMMEURS à t-il diminué à l'approche des vacances ?

-----------------

Ceci dit , et considéré  avec  l'esprit  de  dérision approprié , MEGAMAG sort son numéro 1 qui est en fait  le numéro 6 de Micr0mag parce-que Micromag qui fut Am-mag après avoir été Amstrad Magazine (car Amstrad n'appréciait pas qu'Am-mag soit  Am-mag)  n'a  plus  voulu  que  Micr0mag  soit  confondu avec Micromag . Nous en  déduisons  que  le  monde  d'Amstrad  fait  Kafka dans sa culotte et qu'il faudra plus de 180 pages de publicité pour essuyer tout ça !

https://cpcrulez.fr

★ ANNÉE: 19XX
★ CONFIG: AMSDOS + 64K + ALL CRTC
★ LANGAGE:
★ LICENCE: FREEWARE
★ AUTEURS: Stéphane CARRÉ

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Demoscene » Megamag 9 (SOS Programmeurs)
» Demoscene » Megamag 7

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 060 millisecondes et consultée 812 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.