CODINGAMSLIVE ★ AMSLIVE N°08 - Z80 : MACHINS, BIDULES, ASTUCES & TRUCS ★

AMSLIVE n°08 - Z80 : MACHINS, BIDULES, ASTUCES & TRUCSCoding Amslive
Sous ce titre à rallonge (et qui coûte d'ailleurs très cher à la rédac d'AMSLIVE, car plus il y a de caractères dans les articles et plus ça consomme de cartouches d'encre !), se cache une rubrique axée "pratique" pour les novices. Donc, si vous calculez les racines cubiques de tête, si vous libellez vos chèques en Hexadécimal ou si vous comprenez à la première lecture les articles de MADRAM sur le CRTC, vous pouvez passer à la rubrique suivante !

Ici, pas de théorie sur la propagation des ondes sonores ou sur la désynchronisation linéaire du canon à électrons par la mise en Overflow de certains registres du CRTC... Non, ici, le but est d'apprendre des choses simples mais pourtant souvent méconnues des débutants, comme j'ai pu le constater dans les meetings... Aujourd'hui, il va être question du compactage des écrans.

CON PAQUETAGE?

Bah, oui! En effet, dans de trop nombreuses réalisations, on remarque la présence de fichiers écrans qui occupent 17 Ko sur le dise... Ce type de fichiers se chargent directement en mémoire par la ligne de commande:

LOAD"XXXXXXXX.XXX",&C000

(NDSNN : Ce serait pas le genre de fichiers où on voit un abat-jour, par exemple ?)
De telles images prennent beaucoup de place sur une disquette, le chargement est long et les données sont perdues dès qu'une commande MODE ou CLS est exécutée. Bref, c'est loin d'être l'extase et bien que de trop nombreux jeux commerciaux aient utilisé cette méthode, ça ne fait pas très pro...

Heureusement, d'autres personnes se sont creusées la tête pour proposer aux utilisateurs des logiciels permettant de réduire la taille des fichiers images. Par exemple, OCP ART STUDIO propose une option de sauvegarde de l'image en mode compressé. Par contre, l'utilisation des fichiers compressés par OCP n'est pas des plus simple... Pour plus de facilité et pour un meilleur résultat de compression, il est donc préférable de passer par de véritables compacteurs d'images comme REDUCTOR de Tom et Jerry, SCRUNCH d'Epsilon ou encore SCRUNCH v1.0 de Frequency. Un compacteur va charger l'écran de 17 Ko, le passer à la moulinette et sauver l'écran compacté. La compactage n'altère en rien le dessin.

SCRUNCH DE NESTLE, AUX NOISETTES ENTIERES...

Le logiciel SCRUNCH V1.0 de Frequency est vraiment intéressant, et ce, à plus d'un titre. Déjà, il dispose de 6 routines différentes de compactage afin d'obtenir la meilleure compression possible pour l'écran en question. Deuxième avantage, et non des moindres, le fichier compacté est relogeable en mémoire. Nous verrons ce que cela signifie un peu plus loin. Pour ceux qui n'auraient pas encore ce logiciel, adressez-vous directement au service swapping de l'AFC, c'est t'ait pour! En premier lieu, le programme vous invite à entrer le nom de l'écran à charger. Ensuite, notre cher CPC effectue les 6 compactages différents avec des affichages différents (vertical ou horizontal) et vous présente les résultats en donnant la taille du fichier résultant. A vous de choisir maintenant lequel de ces 6 fichiers vous voulez sauver sous le nom de votre choix par exemple NOUNOURS.BIN. Voilà, vous avez maintenant un fichier de taille réduite... Chouette, alors!

BAH, CA MARCHE PAS!!!

Eh, oui! Si vous essayez de charger ce fichier comme un écran traditionnel de 17 Ko (voir plus haut) , vous verrez apparaître à l'écran des gribouillis comme seul sait en faire SNN (NDSNN : Il veut sa baffe, le rouquin ?)... Là, vous pensez très fort : "Alors, comme ça, j'ai payé 2 Euros pour ce numéro d'AMSLIVE et ce qui est expliqué dans les articles ne fonctionne pas ! Remboursez !". Du calme ! En fait, le fichier NOUNOURS.BIN n'est pas un véritable écran ! En fait, il est composé d'une routine de décompactage et des données compactées de l'écran initial. Il faut donc exécuter cette routine de décompactage... Comment? Eh, bien par un simple CALL ! En plus comme avec SCRUNCH, le fichier NOUNOURS.BIN est relogeable en mémoire, vous pouvez le charger là où ça vous arrange, en prenant garde de ne pas écraser des zones mémoires nécessaires au "système ou d autres données que vous auriez chargé auparavant. Exemple: chargement à l'adresse &4000.

MEMORY &3FFF
LOAD "NOUNOURS.BIN",&4000

Et un simple CALL &4000 fera apparaître l'écran. Magique ! Après avoir effacé l'écran par une commande MODE ou CLS, il est tout à fait possible de refaire un CALL &4000 et de revoir l'écran... Idéal pour stocker une image de LOADING pour un fanzine, une page-écran pour un menu d'utilitaire...

ET PEPSIBOULINETTE, ALORS?

Bon, je ne vous ai détaillé que l'utilitaire de FREQUENCY mais celui d'EPSILON (SCRUNCH) possède une option intéressante dans la mesure où il peut; intégrer la palette dans le fichier résultant. A l'exécution, le dessin apparaîtra avec la bonne palette. Appréciable. Quant à l'efficacité au niveau compactage, mes tests ne sont pas significatifs pour porter un jugement à ce niveau.

C'EST PAS BIENTOT FINI CE BORDEL?

Euh, si, si! Voilà, avec tout ça, vous savez enfin à quoi servent tous ces compacteurs et vous allez pouvoir donner une touche "PRO" à vos programmes BASIC en intégrant facilement des écrans compactés. Merci, qui? Mamy Nova? Euh, non, moi, c'est Eliot ...

AMSLIVE n°8

★ ANNÉE: ???
★ AUTEUR: ELIOT

Page précédente : AMSLIVE n°08 - 3D - BRESEN MAD

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop
Page créée en 187 millisecondes et consultée 1505 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.