APPLICATIONSDIVERS ★ LES FICHIERS|CPC REVUE) ★

Les Fichiers|CPC Revue n°28)Les Fichiers|CPC Revue n°29)

Tri préalable des mouvements de mise à jour

L'opérateur doit présenter les opérations de mise à jour classées dans l'ordre adopté pour le fichier principal (tri sur le nom, par exemple).

En effet, il serait impossible de traiter la Suppression de BERNARD après celle de CHARLES. Un fichier séquentiel ne revient jamais en arrière.

La règle appliquée est la suivante :

— la Suppression ne peut porter que sur la fiche en mémoire (dite Dernier LU)
— il en est de même pour les MODifications.
— ADDitions :

Si les doublons sont permis (plusieurs MARTIN, par exemple), on conçoit que le nom (la clé) de la fiche à créer doive remplir la condition suivante :

Dernier ECRIT < = CLE < = Dernier LU

Le non-respect de cette règle entraînerait un déclassement du fichier, c'est-à-dire l'abomination suprême.

L'opérateur se rendra vite compte que le tri mental (coup d'œil sur la liste des mouvements à réaliser) ou manuel (manipulation de fiches papier) est loin d'être fiable dès que le nombre des mouvements dépasse une certaine taille (assez faible). Une "solution" ou plutôt une aide est alors la suivante :

— trier par programme les CLES figurant sur la liste, soit avec les clés complètes, soit avec des clés tronquées (de 3 caractères par exemple) :
Liste manuelle Liste ordinateur 
1
2
3
4
5
6
7
CHABERT
ADAM
ZEBULON
ASTRUC
MARTIN
ALARIC
SOROCAM (JULES)
S
A
M
S
S
A
S
 ADA
ALA
AST
CHA
MAR
SOR
ZEB

2
6
4
1

5
6
3

Cette liste, sortie sur imprimante, peut facilement faire l'objet d'un additif au programme présenté (MAJSEQ1)

Notons qu'une procédure "automatique" à partir d'un fichier disque des mouvements est impossible tant que des homonymes subsistent.

En effet, l'identification ne peut être que visuelle par comparaison des autres rubriques.

L'automatisation n'est donc possible qu'après l'attribution à chaque fiche d'un INDICATIF (numérique le plus souvent) unique.

Le tri doit alors être fait sur cet indicatif, Mais, dans ce cas, la consultation du fichier sur écran devient problématique quand cet indicatif n'est pas connu de l'opérateur.

Sur CPC, notons que ce fichier mouvements devrait être lu en mémoire avant le début de la mise à jour, puisqu'on ne peut avoir qu'un seul fichier en entrée.

Déroulement du programme MAJSEQ1

Création

— Faire RUN 110
— Présentation du ou des répertoires (CAT)
— Fournir le nom du fichier et la date (validité non contrôlée)
— La séquence de CREATION ligne 2370 lit les DATA adéquats et écrit la première fiche (paramètres) sur le Fichier et sur le Fichier.OLD. Numéro d'édition 0.
— Message pour inviter à inhiber ou supprimer les DATA paramètres avant de sauvegarder le programme.

Ceci évitera qu'une deuxième et intempestive création ne détruise ultérieurement la dernière version du fichier.

Mise à jour Standard

Faire RUN, non Fichier, date. Apparition écran de travail. L'écran est divisé en 4 fenêtres de haut en bas :

1 - Rappel des Commandes (Add, Sup, Mod, Rech, Cont, Quit, Fin). Fichier LU, N° D'édition, date.
2 - Dernier ECRIT (clé de tri de la dernière fiche écrite). Dernière CDE choisie. CLE indiquée (dans le cas d'une commande R). Dernier LU (clé de tri de la fiche en mémoire).
0 - Affichage de la fiche en mémoire. Saisie des Add et des Mod.
3 - Lignes 24, 25 : les erreurs les moins évidentes y sont expliquées. Les autres sont signalées seulement par BIP.

Commandes

S - Suppression

La fiche en cours (affichée) n'est pas écrite en sortie.

La fiche suivante en entrée est lue et affichée Eventuellement zzzzzz EOF zzzzzz est affiché.

La fiche supprimée est sortie sur l'imprimante.

M - MODification

L'opérateur est invité à saisir toutes les rubriques en indiquant leur numéro.

LA RUBRIQUE CLE NE PEUT ETRE MODIFIEE.

En effet, changer DURAND (Mlle) en MARTIN (Mme) détruirait le tri.

Dans ce cas, on procédera à la SUP de la fiche DURAND et ensuite à l'ADD de la fiche MARTIN (la fiche DURAND a été imprimée).

Dans le cas MARTIN changé en DURAND, l'opération se fera en deux passes.

A - ADDition

Le nom (ici variable de tri) doit être entré Dernier ECRIT et Dernier LU, ces limites comprises.

La saisie est sommaire, toutes les zones étant obligatoires et les modifications, après ENTER, impossibles.

R - Recherche

Il va de soi que A, S et M n'ont de sens que si l'on a en mémoire la fiche convenable, c'est-à-dire la fiche précise pour S et M, la fiche immédiatement supérieure ou égale pour A. C'est le but de la commande R.

L'action sur R déclenche une demande de CLE.

Exemple : on veut supprimer SOROCAM (JULES pas EDOUARD)

La dernier LU est HESSEB Commande R

Puis CLE = SOR (par exemple)

On assiste à la valse des Derniers ECRITS et LUS. Le Dernier lu se fige sur SORBET.

Alors, on utilise la commande C

C - Continuer

Cette commande lit et écrit UN enregistrement. On finira bien par tomber sur SOROCAM (JULES).

Attention à ne pas le dépasser. Il n'y a pas de retour arrière possible en séquentiel.

F - FIN

C'est la fin normale. On n'a plus de mouvements à traiter. Les derniers enregistrements (peu ou très nombreux sont lus et recopiés).

Q - Quitter

On peut préférer recommencer si l'on a commis trop d'erreurs. Les fichiers sont fermés sans échange de noms. Un message invite à mettre au panier les fiches mouvements imprimées et à considérer le fichier .OLD comme suspect.

Reconstitution après incident

Pour reconstituer la dernière version (FICH.CLI devenue illisible) à partir du fichier .OLD, il faut :

— faire |ren,@f$, @f.old$
— refaire la mise à jour à partir des fiches mouvements listées sur imprimante (et soigneusement conservées à cet effet).

Les numéros d'édition papier et écran doivent correspondre. Evidemment, cela n'est pas possible si la dernière mise à jour s'est terminée par Q.

Dans ce dernier cas, il est prudent de refaire tout de suite le travail, de façon à disposer le plus tôt possible des deux versions successives.

CPC

★ EDITEUR: CPC Revue
★ ANNÉE: 1987
★ CONFIG: 64K + AMSDOS
★ LANGAGE:
★ LICENCE: LISTING
★ AUTEUR: Bernard BESSE

 

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listings:
» Les  Fichiers    (CPC  Revue)    (Organigrammes)    FRENCHDATE: 2019-12-19
DL: 4 fois
TYPE: PDF
SIZE: 1515Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ; 1 page/PDFlib v1.6

» Les  Fichiers    (CPC  Revue)    FRENCHDATE: 2019-12-19
DL: 5 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 9Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: NON

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 192 millisecondes et consultée 110 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.