APPLICATIONSDIVERS ★ CODEZ VOS MESSAGES ★

Codez vos messagesApplications Divers

Si vous vous sentez une âme d'espion ou d'agent secret, ce programme de codage et décodage de messages fera certainement votre bonheur. Certes, de nombreux procédés de codage ou de chiffrage des textes existent. Pour notre part, nous en avons choisi un relativement simple à adapter sur ordinateur et néanmoins très efficace. Son principe est le suivant. L'utilisateur devra choisir une clé. Cette clé pourra être un mot, une phrase ou un texte, à condition de comporter moins de 160 caractères hormis les espaces et la ponctuation.

Une fois cette clé tapée, l'ordinateur n'en conservera que les lettres en les mettant bout à bout pour ne former, au total, qu'une suite de caractères. Dès lors, le codage du texte pourra commencer. Pour cela le code ASCII du premier caractère du texte sera additionné au code ASCII du premier caractère de la clé, et le nouveau symbole issu de cette opération sera le caractère, codé à transmettre. La même opération sera appliquée au second caractère, puis au troisième, et ainsi de suite.

Si le texte est plus long que la clé, ce qui est le plus souvent le cas, lorsque le dernier caractère de cette dernière aura été utilisé, le programme reprendra le premier, puis le second, etc. Pour le décodage du texte obtenu, la même
clé devra être utilisée, et l'opération inverse sera effectuée. Le destinataire du message devra donc être mis au courant de la clé employée afin qu'il puisse prendre connaissance du message ainsi envoyé.

Notons que si un déchiffrage du message reste possible avec une clé ne comportant que deux ou trois caractères, il devient extrêmement délicat si la clé comporte plus de 20 caractères. Une phrase est donc l'exemple-type de la clé idéale, surtout si celle-ci n'est pas un proverbe ou un dicton connus de tous. Enfin, pour compliquer encore le codage, les espaces séparant les mots pourront également être codés. Cependant, cette option rend délicate la frappe du texte à décoder.

Ces quelques règles mises en place, passons donc à l'écriture du programme de ce codeur-décodeur. Nous commencerons par effacer l'écran, puis l'ordinateur sera positionné en mode 2 de manière à disposer d'une place suffisante pour l'affichage du message (ligne 10). Comme nous devrons mémoriser la clé de codage, nous la placerons dans un tableau. Celui-ci sera créé par l'instruction DIM de la ligne 20. Ensuite, la page de présentation sera affichée : lignes 30 à 90.

L'ordinateur demandera ensuite si le résultat du codage, ou du décodage, doit être imprimé. Le contenu de la clé sera fourni et chacun de ses caractères mémorisé dans notre tableau (ligne 320). La frappe de la touche ENTER provoquera la fin cette séquence. La clé, débarrassée des espaces et de la ponctuation, sera présentée sur l'écran (lignes 370 à 410).

Les opérations de codage ou de décodage pourront commencer et le programme demandera quelle fonction doit être utilisée. La réponse sera fournie en tapant C pour codage et D pour décodage. En fonction de la réponse, le programme se rendra soit en ligne 520, soit en ligne 590. Les lignes 520 à 580 concernent les renseignements complémentaires relatifs à la conservation des espaces lors du codage. L'écran sera alors effacé puis séparé en deux zones : la première sera réservée à l'affichage du texte en clair, la seconde à celui du texte codé. Elles seront visualisées à l'aide de points. Cette opération terminée, la fonction souhaitée pourra être utilisée. Pour cela le programme utilisera deux routines différentes suivant qu'il s'agit d'un codage ou d'un décodage. L'aiguillage se fera toujours en fonction de la valeur prise par la variable C ; variable de mémorisation du choix de la fonction. Les lignes 050 à 760 concernant le
codage et les lignes 770 à 870, le décodage.

Pour le codage, nous commencerons par positionner les curseurs des deux zones d'écran précédemment déterminées en début de page; c'est-à-dire respectivement en haut et à gauche de chaque zone (ligne 660). De plus, nous utiliserons une variable B pour compter les caractères au fur et à mesure de leur frappe. Celle-ci sera utilisée pour “faire tourner” les lettres de la clé.

Chaque caractère frappé sera affiché dans la première zone (ligne 690) puis, après traitement dans la seconde zone, une fois codé (ligne 720). La variable B sera incré-mentée, puis le programme se rebouclera jusqu'à ce que la touche ENTER soit tapée. Si tel est le cas, la réinitialisation de l'ensemble du programme sera effectuée en vue de l'utilisation d'une autre de ses fonctions ou d'une autre clé.

Le fonctionnement de la routine de décodage est tout à fait similaire à celle du codage. Seul le traitement effectué sur le caractère en cours de traduction sera différent. Cette opération est effectuée par la ligne 810.

La frappe de ce programme ne doit pas présenter de difficulté. Ici encore, de manière à en simplifier la compréhension, nous avons évité l'utilisation du Basic abrégé. Son utilisation est également très simple. Après avoir demandé RUN, la page de présentation s'affichera sur l'écran. Il ne faudra pas oublier, du moins pour entrer la clé et pratiquer un codage, de passer en mode CAPS LOCK. Après avoir tapé une touche, le programme demandera si le message doit être imprimé, puis vérifiera que l'imprimante est bien sous tension et équipée de papier. Si tel n'est pas le cas, cet oubli sera mentionné en bas de l'écran et le programme attendra sa réparation avant de continuer. Notons que ce test n'est effectué que si OUI a été répondu pour l'impression du message. La clé sera alors entrée puis validée en tapant ENTER. Cette validation sera confirmée par son affichage épuré sur l'écran.

La machine demandera alors si on désire coder ou décoder un message, puis la visualisation des deux zones écran sera effectuée. La frappe du message pourra commencer comme sur une machine à écrire : le texte s'affichera simultanément en clair sur la première zone et codé sur la seconde.

Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°831

★ EDITEUR: Science&Vie
★ ANNÉE: 1986
★ CONFIG: 64K + AMSDOS
★ LANGAGE:
★ LICENCE: LISTING
★ AUTEUR: Henri-Pierre PENEL

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listings:
» Codez  vos  Messages    (Science  et  Vie)    FRENCHDATE: 2018-07-30
DL: 7 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 21Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 42 Cyls
.HFE: OUI

» Codez  vos  Messages    (Science  et  Vie)    LISTING    FRENCHDATE: 2016-03-11
DL: 35 fois
TYPE: PDF
SIZE: 338Ko
NOTE: 2 pages/PDFlib v1.6

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 864 millisecondes et consultée 687 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.