APPLICATIONSCREATION MUSICAL ★ AMSYNTH: UN SÉQUENCEUR DANS VOTRE ORDINATEUR ★

AmsynthApplications Creation Musical

Il y a deux mois, je vous avais proposé de réaliser un synthétiseur avec votre micro-ordinateur. Espérant que vous avez su en tirer le maximum de sons, je vous propose cette fois-ci de le compléter en lui ajoutant un séquenceur. Grâce à celui-ci, vous pourrez enregistrer une séquence sur trois voix pour votre accompagnement et chanter ou jouer d'un autre instrument lors de la restitution de votre enregistrement.

Ce programme ressemble de très près à une gestion de fichier. Dans un premier temps, on entre les sons. On peut ensuite écouter chaque voix séparément ou les trois en même temps. On peut enfin sauvegarder ou charger une séquence sur disquette ou cassette selon votre configuration. Mais avant d'attaquer le plat de résistance, nous allons commencer par apporter quelques modifications sur le programme AMSYNTH (Ams. Mag. n°16) afin de le rendre compatible avec la suite du programme. Tout d'abord le dimen-sionnement. A vrai dire, le nombi'e de variables n'est pas énorme. Seuls la période et la durée de la note vont être mémorisés. On va donc changer la ligne 60 :

60 DIM note$(13), touche$(13), loca-note(13), locatouche(13), per(300,3), tempo(300,3)
Nous allons faire un ajout à la ligne 200 afin de mettre le séquenceur dans le menu :
200 LOCATE 8,20 : PRINT “T = écran de travail” : LOCATE 8,21 : PRINT “A = écran d'aide” : LOCATE 8,22 : PRINT ”S - sequenceur” : LOCATE 12,24 : PRINT “Choisissez votre option”
Nous allons maitenant ajouter la ligne 235 afin d'aiguiller le programme vers le séquenceur.
235 if inkey(60) = 0 then 3000
Afin de faciliter l'entrée des notes, nous allons par la suite utiliser la fenêtre donnant la correspondance entre les notes et les touches du clavier. Il va donc falloir ajouter un “return” conditionnel afin de savoir si le programme doit continuer en synthétiseur ou retourner en séquenceur.
415 IF seq = 0 THEN 420 ELSE RETURN
Le même problème va se poser à un autre endroit du programme que nous verrons par la suite. En attendant entrez la ligne 990 :
990 IF seq = 1 THEN RETURN : RELEASE 7
Après relecture, je me suis aperçu qu'une fausse note s'était glissée à la ligne 2000. Après avoir accepté mes plates excuses entrez donc en 2000 no = 676 à la place de no = 376. Trois lignes sont encore à ajouter dans l'ancien programme. La première fixe la valeur de la période d'une note pendant un silence, la seconde ligne permet de retourner vers le séquenceur s'il est utilisé et enfin la troisième sert à aller vers le séquenceur à l'aide de la touche copy, lorsque l'on est en synthétiseur :
2186 if inkey (47) = 0 then no = 0 : gosub 990
2187 if seq= 1 then return 1755 if inkey (9) = 0 then 3000
Voici donc terminées les modifications et ajouts à faire sur le programme d'origine. Nous allons donc enfin passer aux choses sérieuses avec le début du séquenceur. Celui-ci commence à 3000 afin de pouvoir être ajouté directement derrière AMSYNTH. La totalité du programme fera alors 19 KO ce qui laisse encore de la marge pour d'éventuels ajouts. Tout d'abord, afin d'éviter tout problème, repassons la vitesse de balayage du clavier à une vitesse normale. C'est ce qui est fait à la ligne 3030.

Vient ensuite le traditionnel menu où vous sont offerts l'enregistrement, l'audition, le chargement et enfin la sauvegarde d'une séquence sans oublier le retour vers le synthétiseur. Je passe rapidement sur ces lignes qui ne présentent aucunes difficultés.

Nous voici maintenant dans la partie du programme permettant d'enregistrer une séquence. Au début, je définis des fenêtres qui vont me permettre de séparer l'écran pour les instructions, le clavier et les trois canaux. Je vais ensuite chercher le clavier dans le programme de base à la ligne 320. A ce moment là, vient un choix très important avec le choix du tempo. Il suffit d'entrer la valeur de la noire, valeur annotée sur la majorité des partitions. Viennent quelques instructions qui vous seront très utiles pour la bonne marche de l'enregistrement. En 3320 le programme demande de choisir le canal sur lequel on veut travailler. L'ordre est absolument indifférent et rien n'empêche de commencer par le canal 3 pour aller ensuite au 1 et finir par le 2. En 3360 j'indique à l'écran quel est le canal sur lequel on travaille ce qui est surtout utile en cas de changement pour être sûr que le micro a bien suivi les ordres. Faisant tourner trois compteurs parallèlement pour les trois canaux, j'indique en 3370-80-90 quel est le compteur qui doit se mettre en route. Vient ensuite la saisie de la note sur le clavier puis la recherche de sa période dans le synthétiseur. En effet, plûtot que de stocker une grandeur alphanumérique et d'en faire la conversion avant chaque audition, je trouve préférable de traduire tout de suite la valeur en sa réelle valeur de période. Arrivé ici, le travail de la période est presque terminé. Néanmoins, pour plus de clareté, il est préférable de lire à l'écran la valeur de la note que Ton vient d'entrer. Je vais donc chercher dans un tableau situé en 4410 la correspondance entre la période et le nom de la note. Cette fois-ci, tout le travail de la période est fait et il ne me reste plus qu'à saisir la durée de la note. La saisie se fait de la même manière avec les touches du bas du clavier : z = ronde x = blanche c = noire v = croche b = double croche n = triple croche m = triolet shift z = ronde pointée shift x = blanche pointée shift c = noire pointée shift v = croche pointée Une fois la touche enregistrée, le programme va en 4270 pour calculer la durée de la noté selon la valeur de la noire. Ici même démarche que pour la période. Je transforme tout de suite la durée et mémorise cette valeur. Afin de simplifier l'emploi de ce séquenceur, je ne peux que trop vous conseiller d'utiliser des petites étiquettes auto-collantes pour les touches. Cela vous évitera des instants de réflexions inutiles et douloureux.

Avant d'en finir avec la saisie des notes un mot sur les silences. Ceux-ci sont obtenus avec la barre espace suivi de leur valeur temporelle. Pour changer de canal, frappez la touche ENTER du pavé numérique puis le numéro du nouveau canal. Lorsque la saisie est finie, frappez la grosse touche ENTER pour revenir au menu.

Votre oeuvre est achevée et vous voulez l'écouter, allez donc en 3570 et choisissez à nouveau la carte. Dans le cas d'une écoute monodique, je commence par établir des correspondances entre le numéro du canal et son numéro réel. Rappelez-vous que les trois canaux sont 1, 2, 4 et que canal 3 = canal 1 + canal 2. Donc pas de confusion ici car je veux vraiment trois canaux indépendants. A ce stade, soit je choisis l'écoute de la totalité du morceau sur la voix choisie. Dans ce cas, pas de problème. Une petite boucle et le tour est joué ; soit je choisis l'option note à note. Cela se complique mais me permet de suivre plus attentivement ce que je viens de rentrer pour éventuellement le modifier. Dans le cas d'une modification, tapez M, puis, la nouvelle note de la même manière que dans la saisie, puis S pour passer à la note suivante. Si une note a été entrée deux fois à la place d'une, tapez E pour effacer l'intruse. Lorsque tout vous semble parfait tapez R pour revenir au menu et éventuellement écouter les trois voix ensembles. Enfin, pour terminer nous arrivons aux modules de sauvegarde et de chargement. Dans les deux cas, rien de très difficile. Juste un petit inventaire des variables que je dois absolument sauvegarder et le tour est joué. Bien que je ne l'ai pas fait ici, vous pourriez étendre la sauvegarde aux sons qui pourront être spécifiques à une musique donnée.

En effet n'oubliez pas que les sons joués sont les sons du programme de synthèse de son. PS : Pour terminer je voudrais justement revenir sur ce programme de synthèse. Il semble que plusieurs personnes aient eu des problèmes. Alors plûtot que de téléphoner à la rédaction d'Amstrad Magazine où je ne suis jamais, écrivez-moi au journal en m'exposant vos problèmes et vos éventuelles suggestions pour de futurs articles et programmes. A vos claviers donc pour la saisie de cette deuxième partie qui, je peux vous le jurer, tout comme la première fonctionne.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

AMSTRAD MAGAZINE n°21

★ EDITEUR: AMSTRAD MAGAZINE
★ ANNÉE: 1986
★ CONFIG: 64K + AMSDOS
★ LANGAGE:
★ LICENCE: LISTING
★ AUTEUR: Dominique Gourdier

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listings:
» Amsynth    (Amstrad  Magazine)    FRENCHDATE: 2018-11-02
DL: 58 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: NON

» Amsynth    (Dominique  Gourdier)    FRENCHDATE: 2018-11-02
DL: 51 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 10Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: NON

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » RSX Speech Generator (Popular Computing Weekly)
» Applications » Keyboard Chords Tutor/Keyboard Chords Tutor Mark II (Amstrad Computer User)
» Applications » Boite a Rythmes (CPC Revue)
» Applications » Amstradeus (Amstrad Cent pour Cent)
» Applications » Musicsoft (Amstrad Magazine)
» Applications » Sound to Light

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 061 millisecondes et consultée 914 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.