APPLICATIONSDISQUE ★ DISCOBOLE|Amstar&CPC) ★

DiscoboleMicrologic - Discobole 2

Lorsque l'on observe une disquette pendant un temps prolongé on s'ennuie ferme. Quoi de plus inexpressif, en effet qu'une bête surface de plastique immobile et vide. Oh ! bien sûr il est toujours possible de charger des fichiers, des programmes par l'intermédiaire d'un lecteur mais après tout on ne sait toujours pas ce qui se cache dans les entrailles de la bête. Pourtant il est possible de découvrir certaines choses fascinantes sur les disquettes grâce à un programme intitulé "éditeur de secteurs".

Discobole est l'un de ces produits permettant de jeter un regard indiscret sur les mystérieuses écritures magnétiques. Le premier menu vous propose de travailler sur le lecteur A ou B, ou bien de formater une disquette selon tous les formats existant sur le CPC et même sur le PCW en incluant un mode spécial 10 secteurs par piste et 42 pistes. Le sous-menu propose lui 7 options différentes : l'assembleur que nous examinerons plus loin, l'affichage du catalogue sur l'écran ou sur l'imprimante, l'effacement d'un fichier, le changement de nom d'un fichier et enfin les deux options importantes : le travail sur les fichiers et sur les secteurs. En choisissant de travailler sur les fichiers, vous obtiendrez un tableau rempli de chiffres, de lettres et d'autres symboles moins reconnaissables. Il s'agit en fait d'une représentation de votre fichier tel qu'il est enregistré sur le disque. D'une part vous avez le texte en ASCII (ou interprétation), d'autre part les codes hexadécimaux. Vous pouvez tout à loisir modifier le contenu de l'une ou l'autre partie en "basculant" avec la touche TAB d'un mode à l'autre. Ce changement se matérialise par un curseur clignotant dans la zone concernée. Les déplacements s'effectuent avec les touches fléchées du curseur pour le changement de ligne comme pour le changement de page. A ce propos vous trouverez en bas de l'écran une série de commandes permettant par exemple le changement de page ou l'écriture sur le secteur afin de valider une modification. Très pratique est également la bordure de l'écran qui devient bleue lorsque l'on appuie sur la tou,che CAPS LOCK. A  Les données inscrites en haut de l'écran concernent la position du fichier sur la disquette indiquée en blocs, secteurs, pistes. L'option "secteurs" est très semblable au niveau présentation à l'option "fichiers" si ce n'est qu'il est possible de lire des secteurs non standards, alors qu'il est impossible de consulter des fichiers bizarres. Il est donc possible de visualiser les secteurs de 256, 512,1024, 4096 octets. Mais dans ces derniers cas, il n'est plus question de pouvoir charger des fichiers : la place mémoire occupée par les secteurs déborde sur la place allouée pour les fichiers.

Les fonctions de recherche/remplacement permettent de traduire des codes ASCII en d'autres codes et peuvent être, par exemple, utilisées pour franciser un jeu d'aventure en ANGLAIS.

L'assembleur est lui, accessible, à partir de chaque module par un simple CTRL-ENTER.

Puisque nous sommes dans l'assembleur restons-y avec une rapide description des commandes. La première série concerne l'édition du texte source : suppression de lignes, de texte, saut de lignes en avant et en arrière sont au menu. Pour l'assemblage rien de bien compliqué puisque la commande "A" à laquelle on peut joindre "V" et "I" pour l'affichage ou l'impression, suffit à effectuer cette opération. Le désassemblage comprend lui deux instructions. L'une est brutale : on désassemble 8 octets par 8 octets. L'autre est plus "raffinée" puisqu'elle autorise de multiples options : les adresses de début et de fin de la zone à traiter, l'adresse d'exécution, la délimitation des zones de données (messages, buffers) et enfin le choix du canal de sortie (vidéo ou imprimante). Suivent une série d'instructions gérant la mémoire et les ports d'entrée-sortie.

Ce qui semble évident pour le programmeur confirmé ne l'est pas toujours pour le débutant complet. Il y a malheureusement dans cet ensemble de programme une prolifération de commandes en CTRL+ quelque chose pas toujours évidente à retenir. Mais il y a une foule de petits renseignements sur la composition d'un disque par exemple qui font que le manuel devient alors aussi intéressant que le logiciel. Malgré tout le néophyte total aura peut-être du mal à s'y retrouver.

Amstar & CPC n°26

★ EDITEUR: Micrologic
★ ANNÉE: 1988
★ CONFIG: ???
★ LANGAGE:
★ LICENCE: COMMERCIALE
★ AUTEUR(S): ???

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Files:
» Le  Discobole  v2.5    FRENCHDATE: 2015-07-01
DL: 128 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 76Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

» Le  Discobole  v2.6    FRENCHDATE: 2018-07-28
DL: 60 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 62Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 42 Cyls
.HFE: OUI

» Le  Discobole    FRENCHDATE: 2013-09-03
DL: 57 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 54Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

Advert/Publicité:
» Micrologic-Gestion  Bancaire-Biorythmes-Dessin  Technique-Grapheur-Discobole  2DATE: 2014-05-05
DL: 267 fois
TYPE: image
SIZE: 321Ko

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » Ramdisc (CPC Amstrad International)
» Applications » Richard Aplin Cruncher Frontend
» Applications » RSE Software Copymaster/Copy-Master
» Applications » Disk Menu (Amstrad Action #6)
» Applications » Backup - Cat (CPC Amstrad International)
» Applications » Crime

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 804 millisecondes et consultée 1093 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.