APPLICATIONSPROGRAMMATION ★ TURBO PASCAL V3 ★

Turbo Pascal|Microstrad)TURBO PASCAL - COMPILATEUR DE COMPÉTITION (c) Borland|Cahier de l'Amstrad)

Un compilateur Pascal qui donne une nouvelle dimension aux CPC 464,664 et 6128.

En 1970, Niklaus Wirth met au point le langage Pascal. Ses motivations sont surtout d'ordre pédagogique : il veut bannir les mauvaises habitudes de programmation contractées par ses élèves avec des langages tels que Fortran. Peu préoccupé par la performance, Niklaus Wirth cherche avant tout à faciliter l'implémentation de son rejeton sur d'autres machines. Dans cette optique, il réalise un compilateur Pascal écrit dans le code d'une machine fictive, le P- code. Dès lors, l'implémentation sur une nouvelle machine passe uniquement par l'écriture d'un interpréteur de P- code écrit dans le langage de la machine hôte : Pascal est un langage semi-compilé.

Revers de cette portabilité : Pascal traîne comme un boulet son interpréteur de P- code, qui ralentit considérablement l'exécution des programmes, sans pour autant apporter l'interactivité des véritables interpréteurs. Autre inconvénient du P- code, un programme ne peut tourner sans la présence de l'interpréteur P- code : lourd handicap pour le développement d'applications. Bref, on arrive à la situation paradoxale où Pascal, l'un des langages les plus séduisants, offre tous les inconvénients des compilateurs sans apporter aucun des avantages des interpréteurs.

Philippe Kahn, un FRANÇAIS de génie, concepteur de Turbo Pascal, est parti de ce constat et a réalisé
un vrai compilateur Pascal, générant du code machine, du vrai. Résultat, Turbo Pascal est environ trois fois plus rapide que les Pascal classiques. Sur Amstrad, il se révèle de trente à quarante-cinq fois plus rapide que le Basic Locomotive (en moyenne), sauf en affichage où la vitesse n'est multipliée que par deux (à cause de la structure de la mémoire d'écran).

En fait, Philippe Kahn ne s'est pas contenté de faire un Pascal rapide, il a trouvé le moyen de réaliser un langage compilé presque aussi interactif qu'un interpréteur. 
Et cela grâce à une vitesse de compilation exceptionnelle, un positionnement du curseur dans le programme source sur l'origine des erreurs de compilation et, enfin grâce à l'accès à la plupart des fonctions avec une seule touche. Vous voulez compiler un programme : appuyez sur C ; vous voulez retourner à l'éditeur (qui ressemble à Wordstar ) : une pression sur E suffit ; vous voulez lancer un programme : pressez R, et si le programme n'est pas compilé, Turbo Pascal s'en charge ; vous appuyez sur une touche ne correspondant à aucune commande : un menu apparaît pour les expliciter. Autres perfectionnements, Turbo Pascal permet toutes les manipulations possibles sur la mémoire (octets, bits), l'accès direct, les accès aux ports, l'inclusion de codes machine dans les procédures, ainsi que la manipulation de chaînes de caractères dynamiques (comme en Basic).

La version proposée pour Amstrad est la version 3.0 (la plus récente) fonctionnant sous CP/M 2.2. Elle est proposée pour CPC 464, 664 et 6128, et exige la présence d'un lecteur de disquette. La zone TPA n'étant, sur les deux premières machines, que de 39 Ko, la place disponible pour les programmes ne dépasse pas 8 Ko. C'est faible, surtout pour un langage verbeux comme l'est le Pascal. L'accès aux possibilités graphiques n'est pas possible sur la version que nous avons testée, mais un « pack » de procédures est prévu. Qui vivra, verra !

Turbo Pascal s'adresse aussi bien au débutant - la documentation est d'ailleurs très complète - qu'au programmeur expérimenté ou même au développeur, puisque le code machine généré peut être sauvegardé sous la forme de fichier COM, dont l'exécution ne nécessite pas la présence en mémoire de Turbo Pascal.

THIERRY LÉVY-ABÉGNOLI , Microstrad n°2 , nov/dec 1985

★ EDITEURS: FRACIEL/ BORLAND
★ ANNÉE: 1986
★ CONFIG: CP/M + 128K
★ LANGAGE: ???
★ LICENCE: COMMERCIALE
★ AUTEUR(S): ???

Cliquez sur l'image pour voir les différents packages (5). 

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Files:
» Borland-TURBO  Pascal  v1.0    ENGLISHDATE: 2013-09-03
DL: 120 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 161Ko
NOTE: Include CPM 2.2 bootloader/40 Cyls
.HFE: OUI

» Borland-TURBO  PASCAL  v3.00A    ENGLISHDATE: 2013-09-03
DL: 279 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 189Ko
NOTE: Include CPM bootloader/40 Cyls
.HFE: OUI

» Borland-TURBO  PASCAL  v3.01A  (with  CPM  3)    ENGLISHDATE: 2013-09-03
DL: 187 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 189Ko
NOTE: Include CPM bootloader/40 Cyls
.HFE: OUI

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 063 millisecondes et consultée 1249 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.