APPLICATIONSBUREAUTIQUE ★ MISSIVE (CPC REVUE) ★

MISSIVEMISSIVE (SUITE...)
Précisons-le d'emblée, MISSIVE n'est pas un traitement de textes, mais bien plutôt un éditeur de textes. Cela n'enlève rien à ses mérites...
Il a été conçu en milieu scolaire et longuement testé et optimisé. C'est un logiciel modeste, mais équilibré et riche de possibilités, conçu pour répondre à un triple objectif :
1 ) Permettre à des enfants une véritable initiation au traitement de textes, comme le recommandent les Instructions Officielles.
– mais travailler en 80 colonnes ;
– voir son texte à l'écran comme il sera imprimé ;
– travailler sur des textes de volume raisonnable ;
– permettre un journal scolaire.
2) Permettre de gérer le courrier de l'école ;
– information des parents ;
– relations avec les partenaires de l'école ;
– courriers administratifs.
3) Permettre de faciliter les préparations de classe.
– préparation de fichiers de texte pour des logiciels pédagogiques ;
– éditer des documents bien présentés pour les leçons.

• Objectif complémentaire, tirer parti des possibilités de l'imprimante MANNESMAN-TALLY du plan I.P.T. et ce en disposant des accents (redéfinis), malgré les sept bits que l'on sait... C'est pourquoi il est quand même permis de dire que MISSIVE est un logiciel de type professionnel, dans la mesure où il permet d'atteindre très correctement ces objectifs.

Il peut donc se révéler utile aussi dans un cadre domestique. Il sera possible de traiter un peu plus que les listes de commissions...

La notice

Il est un fait qu'entre l'utilisation d'un programme et la description de cette utilisation existe un décalage, qui fait paraître lourde ou simpliste toute explication un peu détaillée. Triste sort que celui d'un mode d'emploi, condamné à subir l'ingratitude condescendante de ceux là qui hier encore l'appelaient à leur secours.
Mais voilà, comment parler de pédagogie, si l'on néglige de parcourir au moins une fois, avec l'utilisateur novice, les chemins qui permettront de bien posséder le logiciel ?

C'est pourquoi la notice de Missive a été soignée, c'est pourquoi elle est longue. Espérons qu'elle permettra à l'utilisateur du programme de s'en faire un allié fidèle.

Configurations

CONFIGURATION MINIMALE
Il est possible d'utiliser Missive, moyennant quelques adaptations détaillées en annexe, avec un CPC 464 tout seul, sans lecteur de disquettes et sans imprimante.

CONFIGURATION STANDARD
Le programme a été conçu sur un CPC 464 avec DDI et imprimante MANNESMAN.
L'utilisation du lecteur de disquettes permet au logiciel de donner tout son potentiel.

LA DISQUETTE

Elle devra contenir les fichiers suivants :

a) CHARGEUR.BAS pas indispensable...
b) PRESENTA.BIN ,c'est l'écran de présentation constitué avec le programme lui-même.
c) MISSIVE.BAS ,c'est le programme principal.
d) REDEFCAR.ASC ,c'est le programme de configuration de l'imprimante et d'accentuation.
e) DELETE .ASC ,pour effacer Redefcar. mis et gagner de la place en mémoire. On lance le programme par RUN "CHARGEUR" ou RUN MISSIVE". Les fichiers produits par MISSIVE portent automatiquement l'extension .MIS . Sous CP/M on fera des ravaqes avec *.MIS.

REMARQUE IMPORTANTE :

De façon à alléger la mémoire, le listing de MISSIVE a retrouvé la ligne de la façon suivante :
Suppression des lignes de REM. Utilisation du POKE &AC00,1 pour supprimer les blancs inutiles. On le frappe en début de saisie.

MISE EN ROUTE ET CONFIGURATION

Le programme peut être lancé après un menu, une page de présentation, ou tout simplement par :

RUN "MISSIVE"

La liste principale appelle le chargement des RSX, puis le chargement d'exploitation et l'effacement du programme annexe "REDEFCAR.MIS" destiné à préparer le pavé numérique avec tous les accents et à définir les codes pour l'imprimante utilisée.

Ceci fait, en peu de temps, les fenêtres du programme s'affichent, d'abord la grande fenêtre d'édition avec ses vingt lignes de points, puis la fenêtre de commande, au bas de l'écran.

LE MOT DE PASSE

Un mot de passe conditionne l'accès au programme. Il faut le taper sans erreur, sinon il est refusé. A la différence des autres messages, il n'y a pas d'écho-écran lors de sa frappe. L'utilisation du mot de passe, très pédagogique, plaît beaucoup à des entants.

Le mot actuel est LITTERATURE*, l'étoile représentant un blanc obligatoire. La modification du mot de passe se fait en ligne 285.

LE MENU GENERAL

Sésame ayant fait son office, apparaît dans un grondement de tonnerre le menu général :

INTRODUIRE LE TEXTE -T-
REDIGER LE TEXTE -R-
ACCES SUR LE DISQUE -A-
SAUVEGARDER LE TEXTE -S-
VISUALISER LE TEXTE -V-
AZERTY QWERTY -C-

L'appui sur les lettres-commandes déclenche immédiatement la fonction désirée.
Pour ceux qui en ont déjà assez, signalons qu'il existe des commandes cachées, en particulier :

– La Fin du programme est obtenue en tapant la touche [F].

A bientôt...
Continuons pour les autres.

CONFIGURATION
DU CLAVIER
ET DE L'IMPRIMANTE

LE CLAVIER

L'appareil utilisé pour mettre au point MISSIVE, un CPC 464 issu des premières vagues de la marée a un clavier QWERTY. D'aucuns préférant azerter, il est donc possible, en tapant [C] (comme clavier) d'obtenir un sous-menu d'adaptation.
Répondre M] azertyfie.
Répondre [2] qwertyfie.
Le retour au menu général est automatique.

L'IMPRIMANTE

Les commandes sont directes :
Frapper [P] donnera des caractères Pica. Frapper [El donnera des caractères ELITE.
La sonnerie signale le changement et puis...
do you see the leftmost >>P<<?(Y/N) et aussi le mot >>P<<? à droite (O/N).
C'est du NENESSE-DOS... mais restons sérieux.
Il ne nous reste plus qu'à partir vers de nouvelles aventures pour découvrir les merveilles cachées par un si beau menu...!

MODE REDACTION

Il s'agit là, bien sûr, du module le plus riche du programme. La plupart des commandes s'effectuent directement à partir du clavier, sans passer par un menu, pour des raisons évidentes de rapidité. Leur maniement se révèle assez simple à l'usage. Il est néanmoins nécessaire d'en avoir une bonne vue d'ensemble pour exploiter toutes les possibilités du logiciel.

Opérations de situation

L'éditeur comprend trois pages de vingt lignes de soixante-quinze caractères, soit quatre mille cinq cents localisations possibles.
Les opérations de situation concernent :

– la page-écran qu'il est possible de faire commencer, au choix par les lignes numérotées entre 1 et 40. Tout le texte peut ainsi être déplacé et visualisé ;
– la ligne d'édition qui, selon le même principe, peut parcourir toute la page-écran ;
le curseur de ligne, qui se déplace sur toute la ligne d'édition. Il faut remarquer ici que l'éditeur de MISSIVE, à l'image de celui du CPC n'est pas plein écran.

• Opération d'accès
D'emblée, le menu d'accès demande :
– le numéro de la page-écran : répondre entre 1 et 3 ;
– le numéro de la ligne choisie : répondre entre 1 et 20.
Il faut valider chaque réponse par "ENTER".
Le texte demandé ou la page vide à rédiger s'affiche alors en fonction de ces spécifications :
– la liane demandée s'affiche en inversion vidéo ;
– le curseur de texte, représenté par une petite barre noire, se positionne sur le premier caractère de la ligne.

• Position dans la ligne d'édition
L'impression des caractères se fait à l'emplacement du curseur et entraîne automatiquement le déplacement de celui-ci à l'emplacement du caractère suivant.
Le déplacement du curseur de texte se fait en transparence et n'affecte pas ce qui est écrit sur la ligne mais le souligne simplement.

– la flèche [DROITE] du pavé numérique déplace le curseur vers la droite. Cette touche est à répétition, c'est-à-dire qu'il suffit de la maintenir pressée pour que le curseur continue son déplacement.
Arrivé en fin de ligne, il restera au bout de la ligne et une sonnerie retentira ;
– la flèche [GAUCHE] du pavé numérique permet de déplacer le curseur vers la gauche (le début de la ligne) dans les mêmes conditions.
Il faut noter une particularité de MISSIVE permettant de signaler la fin d'une ligne. Pour les sept derniers caractères :
– le curseur prend la forme d'un rectangle encadré ;
– une sonnerie prévient l'utilisateur. Le déplacement rapide du curseur est possible et s'effectue alors par sauts de cinq caractères ;
– presser [shift] + [DROITE] pour aller à droite ;
– presser [shift] + [GAUCHE] pour aller à gauche ;


La bonne utilisation de la touche [shift] implique qu'elle soit maintenue appuyée en même temps que les touches aont elle modifie la fonction. En général, il est préférable de la presser avant, pendant et après l'autre touche.

• Position de la ligne d'édition
La ligne où s'effectue le travail est facilement repérable puisqu'elle est affichée en inversion vidéo.

– la flèche [HAUT] du pavé directionnel permet de déplacer la ligne d'édition vers le haut. Cette manœuvre, très simple, peut s'effectuer à partir de n'importe quelle position du curseur. Par contre, la nouvelle ligne d'édition sera présentée avec le curseur en début de ligne ;
– la flèche descendante du pavé directionnel permet de déplacer la ligne d'édition vers le bas. C'est la touche utilisée pour quitter sans justification une ligne que l'on vient de terminer.

La ligne peut aussi être déplacée avec une justification automatique. Cette opération de justification n'a pas lieu si la ligne a déjà été justifiée. Un test est effectué sur les caractères de fin de ligne. En cas de modification d'une ligne précédemment justifiée nécessitant une nouvelle justification, il faudra amener le curseur en fin de ligne, passer en mode insertion en pressant la touche [tab], appuyer plusieurs fois sur la barre d'espace et quitter le mode insertion en appuyant à nouveau sur la touche [tab]. La nouvelle justification aura alors lieu en pressant les touches adéquates.
La justification respecte les marges à gauche dès lors qu'elles sont intégralement vides.
Pour justifier :

– avec déplacement vers le haut : [shift] + [HAUT]
– avec déplacement vers le bas : [shift] + [BAS]

Ces touches sont elles aussi à répétition. En raison du mode de programmation, il arrive que le mouvement de la ligne soit interrompu par une opération de garbage. Peu de temps après, il reprend
normalement. Il n'y a donc pas lieu de s'en inquiéter.

• Déplacement de la page-écran

Il est utile, puisque la page-écran comprend vingt lignes et le texte soixante, de pouvoir travailler sur n'importe quel ensemble de vingt lignes consécutives du texte. En d'autres termes, on peut imaginer que la page-écran est une fenêtre derrière laquelle, ligne par ligne, défile le texte tout entier en avant ou en arrière.

– pour faire défiler le texte vers le haut : [Ctrl] + [HAUT]
– pour faire défiler le texte vers le bas : [Ctrl] + [BAS]
Il est à noter que la liane d'édition conserve sa position dans la page-écran car c'est le texte qui défile, pas la ligne d'édition !

Ces commandes sont elles aussi à répétition et assez rapides malgré le aar-bage. Ne pas confondre [shift] avec [ctrl] pour éviter des justifications aussi imprévues qu'injustifiées...!

Il est possible d'en distinguer trois utilisations principales :

– la plus importante permet de faire apparaître une nouvelle ligne vierge lorsqu'on arrive en fin de page-écran. On utilise alors [shift] + [HAUT] ;
– ensuite vient la consultation du texte par défilement ;
– une utilisation plus spécifique consiste à placer l'éditeur en mode impression. Toutes les lignes défilant sous la ligne d'édition seront alors imprimées. Les possibilités du mode impression seront détaillées ultérieurement.

Pour obtenir les pages-écrans, il est aussi possible de procéaer ainsi :

– retrouver le menu en pressant [ENTER] ;
– prendre l'option rédaction en pressant [R] ;
– donner le numéro de la page et de la ligne dans la page.

Opérations d'insertion

Les opérations d'insertion comprennent :

– Insertions dans le texte.
– les insertions de lignes vides dans la paae-écran ;
– l'opération inverse de suppression de lignes en blocs.
– Insertions dans la ligne d'édition.
– le remplacement immédiat d'une ligne vide ou non par une autre ligne enregistrée dans un buffer ;
– l'insertion de mots ou séries de mots à partir de la position du curseur ;
– à partir d'un buffer ;
– par passage en mode insertion ;
– le remplacement d'un caractère par un autre.

• Insertions dans le texte

Imaginons que le besoin se fasse sentir d'insérer un paragraphe de quatre lignes dans le texte entre, par exemple, la ligne 35 et la ligne 36 du texte actuel. Il faudra suivre la procédure suivante :

– amener la ligne d'édition sur la ligne 35. En effet,Tes insertions se font toujours après la ligne d'édition ;
– appuyer sur [ctrl] + [shift] + [BAS] ;
– un sous-menu apparaît qui demande combien de lianes insérer. Répondre en appuyant [4] puis valider avec [enter]. L'insertion a alors lieu automatiquement.

Après la ligne 35 du texte, les lignes 36, 37, 38, 39 sont vides. L'ancienne ligne 36 est devenue la ligne 40. Avant la ligne 35 la numérotation n'a pas changé, mais après elle a augmenté de quatre pour toutes les lignes du texte.

Quelques remarques sont à faire :

– les quatre dernières lignes du texte avant l'insertion, n'ayant pas pu prendre les valeurs 61, 62, 63, 64, ont, dans cette version de MISSIVE, été simplement supprimées. Il faut donc bien étudier chaque cas d'insertion ;
– un contrôle étant effectué, il est impossible de demander plus de lignes que n'en comporte le texte après la ligne d'édition. C'est une sécurité ;
– une autre sécurité, appréciable, concerne la possibilité de ne pas insérer de lignes en répondant [0] ;
– en se mettant en première ligne et en frappant [59], fout le texte est vidé, la page est blanche. Bonjour l'angoisse...

• Suppression de lignes en blocs
Cette possibilité, l'inverse exacte de la précédente, fonctionne d'une manière analogue, mais "compresse" le texte.

– elle s'obtient par : [ctrl] + [shift] + [BAS]
– des lig nés vides sont ajoutées en fin de texte ;
– les mêmes sécurités que pour l'insertion existent ;
– il est aussi possible de vider le texte par cette fonction ;
– les lignes sont supprimées après la ligne d'édition.


• Utilisation des buffers de ligne
Ils sont au nombre de deux et permettent de conserver, pour les placer autant de fois que nécessaire dans le texte, des lignes élaborées une fois pour toutes. Cela s'avère très utile pour créer des formulaires, ou des documents complexes.

– Remplir le premier buffer.
– d'abord, élaborer sa ligne dans la ligne d'édition placée à une position quelconque ;
– appuyer sur la touche [esc]. Elle est rouge aonc repérable. Le bord de l'écran change de couleur. Cela indique que le menu des options spéciales a été activé ;
– appuyer sur la touche [Q] ;
– toute la ligne est copiée en bloc, dans la fenêtre du bas en ligne A.

Le menu des options spéciales se quitte automatiquement.

– Reproduire le premier buffer.
– d'abord placer l'éditeur de ligne à la position désirée ;
– presser [esc] pour activer le menu d'options spéciales ;
– presser la touche [W] ;
– toute la ligne entreposée dans le buffer est placée dans l'éditeur de ligne.
– Effacer le premier buffer.
– activer le menu des options spéciales ;
– presser la touche [E] ;
– le buffer A est vidé.
– Cas du second buffer.
– pour le remplir : [esc] + [R]
– pour le reproduire : [esc] + [T]
– pour le vider : [esc] + [Y]

• Insertion de mots à partir d'un buffer

Il est parfois utile de pouvoir, au cours de la rédaction d'un texte, éviter de réécrire un mot ou une expression qui revient souvent. Il faut alors utiliser le buffer de mots.

– Remplir le buffer de mots.
– presser [shift] + [ctrl] + [–] ;
– l'éditeur du buffer est activé en ligne 25. Il apparaît en noir. Les fonctions [del] et [clr] sont disponibles ;
– écrire le contenu à reproduire souvent puis valider avec [enter]. Le texte s'affiche à nouveau et le buffer de mots est recentré en ligne 25, son contenu est alors disponible.
– Utiliser le buffer de mots.
– placer le curseur de ligne à l'emplacement de la première lettre du message à reproduire ;
– presser [shift] + [ctrll + [-] ;
– tout le contenu du buffer est alors placé et le curseur de ligne se déplace à la fin du contenu reproduit.

• Utilisation du mode insertion

Le mode insertion est très important et demande à être bien connu. A la différence du mode d'écriture normal qui procède par recouvrement, chaque caractère étant écrit à la position du curseur sans modification des autres, le mode insertion, plus farceur, permet d'écrire en déplaçant vers la fin de la ligne tout ce qui se trouve à la droite du curseur.

– Obtenir et quitter le mode insertion.
– il faut pour cela appuyer sur la touche [tab] ;
– la première pression active le mode insertion ;
– la seconde pression inhibe le mode insertion.
– Signalement du mode insertion.
– le mot "INSERTION" est affiché sur la bordure supérieure du cadre de la fenêtre menu ;
– toute action en mode insertion est signalée par bruit de sonnerie.
– Utilisation du mode insertion.
– les fonctions [del] et [clr] font partie du mode insertion, elles seront décrites ultérieurement.
– Admettons que nous ayons écrit :

LE PETIT POIS VERT.

et que nous voulions :

LEs PETITs POISsons VERTs.

(Les lettres insérées sont en minuscules pour l'exemple)

– Etapes à suivre :

1) Amener le curseur sur le "E" du "LE".
2) Frapper [tab], le mot [INSERTION] s'affiche.
3) Frapper le "s" il s'insère.

– Avant :
LE PETIT POIS VERT.

– Après :
LEs PETIT POIS VERT.

4) Appuyer sur [–] pour se poser sur "T" de "PETIT"
5) Frapper le "s", on a :

LEs PETITs POIS VERT.

6) Appuyer sur [–] pour se poser sur "S" de "POIS"
7) Frapper calmement "s","o","n", "s" soit "sons" ce qui donne successivement :

LEs PETITs POIS VERT.
LEs PETITs POISs VERT.
LEs PETITs POISso VERT.
LEs PETITs POISson VERT.
LEs PETITs POISsons VERT, et ainsi de suite.

– Remarques importantes.
– Chacun sait qu'ils sont rouges et qu'en plus il faut mettre un "s" au "VERT".

– ATTENTION : Ne pas oublier de frapper [tab] à nouveau quand l'insertion est terminée pour quitter ce mode...

– Utilisation pour la PRESENTATION.

1) Cette fonction d'insertion est très utile aussi pour déplacer une chaîne entière vers la droite, en particulier pour mettre au point une présentation.

– Il suffit de se poser sur un blanc à droite de la chaîne et d'insérer des espaces en frappant la barre d'espace.

2) L'effet inverse, le décalage d'une chaîne vers la gauche s'obtient en se posant à gauche de la chaîne et en frappant lentement la touche [cri].

– Le caractère situé à l'emplacement du curseur est avalé et toute la chaîne décalée d'un cran vers la droite.

OPERATIONS D'EFFACEMENT

Les opérations d'effacement comprennent :

– Effacement du texte.
– Effacement de la ligne.
– Effacement dans la ligne.

• Effacement du texte

Il existe trois manières de procéder, les deux premières, déjà vues, consistent à

– Se poser en première ligne vide :

1) demander à insérer 59 lignes [ctrl] + [shift]+ [1]
2) demander à enlever 59 lignes [ctrl] + [shift] + [î]

La manière "normale" s'obtient à partir du menu des options spéciales :

A) appuyer sur [esc] la bordure de l'écran change de couleur indiquant que le menu des options spéciales est activé.
B) Une demande s'affiche en bas de texte :

– répondre "oui" à la lre demande puis encore "oui" pour confirmer.

C) Le texte est alors totalement effacé.

• Effacement de la ligne d'édition
Là encore, deux méthodes :

1 ) La première consiste à remplacer la ligne en cours par une ligne de BUFFER.

— Activer le menu des options spéciales.
— Appuyer sur [W] ou [T]

La ligne est remplacée par le contenu de la ligne A ou ae la ligne B.

2) La seconde, "normale" consiste à presser simultanément les touches [shift] et [tab].

La ligne est aussitôt effacée.

• Effacement dans la ligne d'édition

Ce sont les plus courants :

1) La touche [CLR]
Elle est bien connue puisque dans "MISSIVE", elle a les mêmes effets aue dans l'éditeur du CPC. Elle permet d'effacer un caractère à l'emplacement du curseur avec serrage de la chaîne. ATTENTION : dans "MISSIVE", elle est d'un effet plus lent, il convient, bien qu'elle soit à répétition, de la manipuler lentement et parfois d'insister.

Elle fonctionne en mode normal et en mode insertion.

2) La touche [DEL]

De fonctionnement analogue à celle de l'éditeur du CPC, elle permet de remplacer par un blanc le caractère situé à gauche du curseur sans serrage de la chaîne.

3) La [BARRE ESPACE]

Tout caractère situé à droite du curseur est remplacé par un point. C'est l'effet inverse de la touche [DEL].

4) La [TOUCHE QUELCONQUE]

Appuyer sur une touche quelconque représentant une lettre ou un chiffre permet de remplacer le caractère situé à la place du curseur par ce chiffre ou cette lettre. (Au fait... c'est comme ça qu'on écrit...!).

5) L'effacement par [CTRL] + [DROITE]

Appuyer simultanément sur ces deux touches et tout ce qui se trouve à droite du curseur dans la ligne est effacé.

6) L'effacement par [CTRL] + [GAUCHE]

L'effet est inverse et tout ce aui se trouve à gauche du curseur est effacé.

7) Utilisation du [BUFFER DE LIGNE]

A) pour ouvrir ce buffer, appuyer sur [CTRL] + [SHIFT] + [GAUCHE]

B) le remplir de blancs en appuyant sur la barre espace en comptant le nombre de fois (5 pour un espace de 5) ou jusqu'à la sonnerie pour avoir tout le butter.

C) valider par [enter]

D) poser le curseur au début de la zone à effacer.

E) appuyer sur la suite de touches [CTRLJ + [SHIFT] + [-] et il s'insère dans la chaîne un bel espace vide sans aucun point.

Opérations d'impression

Elles se décomposent en commandes directes et indirectes et se caractérisent par une utilisation intensive du menu des options spéciales.

• Commandes directes

Accessibles directement en mode REDACTION, elles permettent d'intervenir de façon très souple sur le document inséré dans l'imprimante. Ces possibilités du mode rédaction accroissent considérablement les applications de "MISSIVE".

Elles permettent en particulier d'utiliser ce logiciel pour :

– intervenir en des points précis de documents par ailleurs constitués, pour légender une photocopie par exemple ;
– TRANSFORMER véritablement le CPC en MACHINE A ECRIRE sophistiquée pour la rédaction directe, mais avec toutes les garanties souhaitables, de documents aussi longs qu'on le désire.

1) Initialisation directe de l'imprimante. Taper [ESC] puis la touche [COPY].

L'imprimante se réinitialise avec saut de liane.

2) Mode impression directe.

Dans ce mode, toute ligne que l'on quitte est imprimée.

A) Passer en mode "impression".
— taper [ESC] suivi de la touche [I].
— Sur la dernière ligne de l'écran s'affiche deux fois le mot "IMPRESSION".

B) Utiliser le mode impression.
— C'est par lui que les possibilités évoquées plus haut sont mises en œuvre.

Il est possible :
— d'imprimer ligne après ligne ;
— d'imprimer successivement les lignes non consécutives d'un texte affiché en mode rédaction. (Pour cela, se mettre sur la ligne à imprimer, passer en "impression", quitter la ligne en descendant ou montant, quitter aussitôt le mode impression, se poser sur l'autre ligne à imprimer, passer en "impression", etc.) ;
— exercice : imprimer un texte à l'envers, de la dernière à la première ligne...

C) Quitter le mode impression.

— Ne pas se laisser impressionner, il suffit simplement de taper [ESC] suivi de la touche [O].

3) Impression d'une ligne hors mode impression.

C'est une facilité permettant d'imprimer une ligne isolée sans avoir à passer en mode impression. Cela peut être plus souple pour certains travaux.

La commande est la suivante : taper [ESC] suivi de [P].

4) Récapitulons : Impression directe – [ESC] + [I], [O], [P].

• Commandes différées

Elles permettent, à la rédaction d'un document, d'insérer-dqns celui-ci des codes de contrôle, invisibles à l'impression, mais qui commanderont l'imprimante, une Mannesman MT.80 dans le cas standard.
Ces codes de contrôles apparaissent sous la forme de caractères graphiques obtenus à partir du menu des options spéciales. Ils ne produiront d'effet que lors de l'impression obtenue à partir du menu principal.

1 ) Mode condensé
— Pour l'obtenir, taper [ESC] puis [1] Cela donne le caractère [ ]
— Pour l'annuler, taper [ESC] + [2]
On obtient le caractère [ ] CONDENSE

2) Mode large

— Activer : [ESC] + [3] –> [ ]
— Annuler : [ESC] + [4] – [ ] LARGE

L'attention est attirée sur le fait que ces commandes agissent aussi lors de l'affichage sur écran obtenu lors de la commande d'impression du menu principal.
Il est impératif que le passage à afficher dans ce mode ne dépasse pas 35 caractères comptés à partir du début de la ligne. Sinon...

3) Mode renforcé

— Activer : [ESC] + [5] -> [ ]
— Annuler : [ESC] + [6] -> [ ]

RENFORCE

4) Mode souligné

— Activer : [ESC] + [7] -> [ ]
— Annuler : [ESC] + [8] -> [ ] SOULIGNE

SOULIGNÉ

5) Mode serré

— Activer : [ESC] + [9] -> [ ]
— Annuler : [ESC] + [0] -> [ ]

6) Mode double frappe

— Activer : [ESC] + [-] -> [ ]
— Annuler : [ESC] + [ ] -> [ ]

DOUBLE FRAPPE

7) Commande de réinitialisation de l'imprimante
— Elle s'obtient en frappant [ESC] puis [X]

ATTENTION
Toute commande différée doit être suivie de son annulation en fin de ligne, quitte à la reprendre en début de la suivante. Il est indispensable de respecter cette petite règle pour éviter des déboires.

Ces commandes sont contenues dons un fichier appelé "REDEFCAR" séparé de la liste principale du logiciel et qu'il est facile de modifier pour adapter "MISSIVE" à d'autres imprimantes. Se pencher pour cela sur les articles de M. Archambault parus dans CPC.

• Le double jeu des caractères graphiques

Nous venons de voir comment obtenir des caractères redéfinis que nous ne pourrons pas voir puisqu'il servent de codes de contrôle pour l'imprimante. Mais, pour composer de belles pages-écrans (non imprimables), on peut obtenir un autre jeu de caractères graphiques. Pour cela :

— Activer : [ESC] + [J]
— Annuler : [ESC] + [J] ,encore... La commande bascule entre les deux jeux de douze.

• Les caractères accentués

Ils constituent une des grandes qualités de "MISSIVE" et sont accessibles sur le pavé numérique. On en dispose ensuite à l'écran ou à l'impression. En voici la liste :

[1] -> [è]
[2] -> [ç]
[3] -> [ô]
[4] -> [é]
[5] -> [ï]
[6] -> [î]
[7] -> [ê]
[8] -> [û]
[9] -> [ù]
[0] -> [ë]
[.] -> [â]
[ENTER] [à]

Ils sont, eux aussi, programmés dans le fichier REDEFCAR.ASC et donc modifiables ou adaptables pour d'autres imprimantes selon les besoins.

• L'inversion vidéo

Aucun luxe n'étant refusé à l'utilisateur, il est possible d'obtenir l'inversion vidéo à partir du menu des options spéciales par la commande à bascule [ESC] puis [ ].

• Quitter le programme
de manière polie

La commande [break] étant inactivée, il peut être utile de savoir qu'en mode rédaction, le programme se quitte à partir du menu des options spéciales par la commande [ESC] puis [S]top...

Le programme demande alors le nom du texte en cours pour sauvegarder.

• Quitter le programme de façon
impolie et revenir ensuite

Lorsque le programme demande le nom du texte, répondre en tapant [ESC].
Le programme s'arrête après [ENTER]. Pour revenir, frapper : GOTO 55.
Le programme repart au début sans perte ae fichier. Cela peut s'avérer utile...

VISUALISATION
DU TEXTE

Il s'agit ici d'extensions particulières de possibilités par ailleurs comprises dans le mode édition, c'est-à-dire :

— la visualisation sur écran ;
— la visualisation sur papier ou impression.

Ces possibilités sont atteintes à partir du menu général en frappant la touche [Visualisation.

Accès

D'emblée s'affiche un menu. La numérotation indique ici l'ordre de la pose des questions.

1) IMPRESSION SUR ECRAN
2) EDITER SUR PAPIER
3) DEPART --- DEFILEMENT
4) ARRIVEE --- DEFILEMENT

Il existe une option automatique obtenue en frappant quatre [ENTERJ.

— Question 1 : réponse OUI
— Question 2 : réponse NON
— Question 3 : réponse -01-
— Question 4 : réponse -60-

Nous avons dans ce cas un affichage de la totalité du texte à l'écran.
En frappant une touche quelconque :

— Question 1 : réponse NON
— Question 2 : réponse OUI

Nous avons dans ce cas un accès à l'imprimante...

Les questions 3 et 4 appellent des chiffres. Grâce à elles, il est possible de choisir le passage du texte à imprimer ou à visualiser.

Des sécurités prennent en compte les demandes incohérentes et obligent à donner un nombre de départ inférieur au nombre d'arrivée. (Pour les impressions inversées de texte en direction des antipodes, voir le passage concernant le sous-mode impression du mode édition). Il est par contre possible d'obtenir à la fois l'affichage sur écran et l'impression sur papier. Ne demander ni l'un ni l'autre renvoie au menu.

Impression sur écran

Lorsque cette option est activée, l'écran se vide totalement et le texte apparaît ligne par ligne SANS LES POINTS. Cela donne une bonne idée du texte tel qu'il sera sur papier. Les caractères graphiques du second jeu sont affichés, ce qui permet d'accompagner le texte et de créer de belles pages. (Attention à l'impression.)

La relative lenteur de l'affîchage est compensée par le grand intérêt pédagogique que représente ce mode d'affichage. La lecture du texte en est facilitée pour des enfants. En particulier, les mots situés dans une zone délimitée par les codes d'élargissement seront affichés comme en mode 1 simultanément avec le reste de l'affichage fait en mode 2.

Si l'affichage se fait ligne à ligne, il se fait aussipage par page. A la fin d'une page, l'affichage s'arrête pour lecture et relecture. Puis, après avoir frappé plusieurs fois la barre d'espace, il reprend en décalant ligne à ligne le texte vers le haut.

Impression sur papier

Les possibilités de l'impression ont été largement détaillées dans le chapitre concernant le sous-mode impression du mode édition. Il suffira de rappeler ici qu'elle est prévue sur MT.80 dont les possibilités sont utilisées grâce à des caractères de contrôle avec les modes ELITE ou PICA.

LA GESTION DES FICHIERS-DISQUE

Grâce aux possibilités offertes par l'Amsdos, le logiciel "MISSIVE" permet d'intervenir sur la gestion du disque. Il est possible d'obtenir directement le catalogue des fichiers et, après choix, de les supprimer ou de les renommer. Le choix aes noms de fichiers pour la sauvegarde ou le chargement peut se faire avec le catalogue sous les yeux, ce qui est bien pratique.

La sauvegarde automatique et régulière du texte en cours d'élaboration, les messages qui accompagnent les opérations pouvant entraîner un effacement involontaire du texte sont autant de précieuses possibilités.

Accès sur le disque

1) Accès

C'est une option du menu général, accessible en pressant la touche [A], il faudra donc, pour y arriver à partir du mode "EDITION", avoir frappé au préalable la touche [ENTER] pour retrouver le menu général.

2) D'emblée, un test est opéré pour savoir si une disquette est en place et si elle est protégée. Les messages s'affichent sur la fenêtre du bas de l'écran. Après avoir effectué, si nécessaire, les manipulations permettant de lire la bonne face de la bonne disquette, il suffit de presser une touche.

3) La fenêtre principale s'efface alors et le catalogue du disque s'affiche pour consultation.

4) Celle-ci terminée, l'appui d'une touche fait apparaître en dessous du catalogue les messages suivants :

-> --------.---

Donnez le nom du fichier à choisir :

-> --------.---

Deux cas se présentent :

A) On ne désire effectuer aucune opération sur fichier.
Il suffit de taper [ENTER] deux fois pour retourner au menu général.
B) On désire effacer ou renommer un fichier.
— D'abord écrire le nom du fichier choisi avec son extension et le point. Il est possible d'utiliser [DEL] et [CLR], mais pas les touches flécnées si l'on désire corriger.
— Valider avec [ENTER]
— Recommencer l'opération après la demande de confirmation et valider avec [ENTER]. Le nom s'affiche une seconde fois en dessous.
— Si les deux noms ne sont pas identiques, l'opération recommence et cela peut durer longtemps.
— Si les noms sont identiques, s'affiche le message suivant :

; -> IDENTIQU.MIS
EFFACER [E] RENOMMER [R]
; -> IDENTIQU.MIS

— L'appui sur [E] déclenche un effaçage immédiat du fichier choisi. Le catalogue s'affiche à nouveau et tout peu recommencer, sauf si MISSIVE vient de se faire hara-kiri... Restez calme...
— L'appui sur [R] entraîne le message suivant :

-> --------.---

Donnez le nouveau nom du fichier

-> --------.---

— Il ne vous reste plus qu'à saisir le nouveau nom, avec confirmation et, après avoir validé deux noms identiques, l'opération a lieu, l'écran s'efface et le nouveau catalogue s'affiche à nouveau.
— Vous pouvez alors continuer ainsi et renommer ou effacer tous les fichiers de la disquette.
— Quand vous avez fini, rappelons que deux [ENTER] ramènent au menu général après un affichage de catalogue.

Sauver le fichier

1 ) Accès

C'est une option du menu général obtenue avec la touche [S]. Sortant d'une opération d'affichage du catalogue, il est à noter que celui-ci reste marqué sur l'écran, ce qui permet de choisir le nom du texte en toute connaissance de cause.

2) Après avoir écrit le nom du fichier, sans son extension donnée automatiquement par le logiciel (.MIS), il faudra frapper trois fois sur [ENTER] et la che-villette cherra...

3) Le retour au menu général sera automatique.

Il existe un certain nombre de cas où a lieu une sauvegarde automatique :

A) Toutes les cinq minutes, le texte en cours de saisie est sauvé sous le nom de "SAUVEGAR.MIS". La version précédente répondant alors au doux nom de "SAUVEGAR.BAK". Il faudra donc garder 10 Ko sur la disquette pour ces deux fichiers.

B) Si vous quittez le programme en mode rédaction par les touches [ESC] puis [S].

Il existe un certain nombre de cas où a lieu une sauvegarde avec choix du nom hors du cas standard.

A) Si, en menu général, le programme est quitté par la frappe de la touche [F]in.

B) S'il existe un texte dans la mémoire et qu'une demande se fait pour en introduire un autre.

INTRODUIRE LE TEXTE

1) Accès

C'est une option du menu général donnée par la touche [T], Elle comporte une sécurité, évoquée plus haut, qui n'est activée que si la mémoire de texte n'est pas vide.

Dans ce cas, un message s'affiche demandant s'il est souhaitable de sauvegarder le texte. Si l'on répond "OUI" deux fois (avec confirmation), le nom du texte à sauvegarder est demandé et après réponse, la sauvegarde a lieu. Répondre "NON" amène directement à la saisie du nom du texte à introduire.

2) Un message s'affiche demandant le nom du texte à charger. La démarche de saisie est identique aux précédentes.

Frapper [ENTER] trois fois et le texte demandé se charge, avec affichage automatique de la première page. Le retour au menu général est automatique.

Pour éviter tout risque de demande d'un fichier absent, il est bon, au préalable d'avoir demandé le catalogue. En cas de message d'erreur, un GOTO 55 relancera le programme sans perte de fichier.

REMARQUE

Qu'il s'agisse des options CATALOGUE, CHARGEMENT, ou SAUVEGARDE, après frappe de la touche adéquate à partir du menu général :

[A] ACCES SUR LE DISQUE
[T] INTRODUIRE LE TEXTE
[S] SAUVEGARDER LE TEXTE

un test de présence et de protection de disquettes est toujours déclenché. C'est une sécurité de plus.
La frappe de la touché [ESC] à la place d'un nom de fichier, puis la validation par [ENTER] provoque une sortie du programme.

ANNEXE POUR LA VERSION CASSETTE

MISSIVE ayant été conçu sur CPC 464 peut tourner sans problème dans la version de base de l'appareil.
La constitution d'une version cassette se fera sans modification directe du programme principal, ce qui facilitera un passage ultérieur sur disquettes.

La modification se fait sur le programme DELETE.ASC dont la version est différente pour l'utilisation cassette ET QUI REMPLACE, en des points stratégiques, certaines lignes du programme principal. Attention à la saisie, les espaces doivent être identiques sur les messages du menu, ligne 220.

★ EDITEUR: CPC Revue
★ ANNÉE: 1988
★ CONFIG: 64K + AMSDOS
★ LANGAGE:
★ LiCENCE: LISTING
★ AUTEUR: Georges HECKER
 

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listing:
» Missive    (CPC  Revue)    FRENCH    LISTINGDATE: 2022-09-14
DL: 4 fois
TYPE: PDF
SIZE: 5292Ko
NOTE: 9 pages/PDFlib v1.6

★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » Kwikfile
» Applications » Simple Words
» Applications » Pro-Ext (MANUAL)
» Applications » Fichero Empresarial
» Applications » Brunword 6128
» Applications » Calisto
Je participe au site:
» Pour ce titre nous ne disposons de fichier executable sur CPC (Dump, Saisie du listing) , alors si vous avez ça dans vos cartons ou vous désirez usé vos petit doigts boudinés sur votre clavier faites le nous savoir.
» Vous avez des infos personnel ?
» Vous avez remarqué une erreur dans ce texte ?
» Aidez-nous à améliorer cette page : en nous contactant via le forum ou par email.

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/c
Page créée en 129 millisecondes et consultée 2175 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.