APPLICATIONSBUREAUTIQUE ★ POCKETCALC ET POCKETBASE (c) MICROPRO ★

Micropro - Pocketcalc - Pocketbase|Science et Vie Micro)Applications Bureautique

Micropro est passé maître dans l'art du plat réchauffé. Après le recyclage du traitement de texte Wordstar en Pocket Wordstar, le tableur Calcstar et le gestionnaire de fichiers Datastar deviennent Pocketcalc et Pocketbase dans leur version destinée aux ordinateurs familiaux Amstrad. Cette adaptation aux moindres frais est quelque peu décevante de la part d'un éditeur réputé.

WORDSTAR, LA STAR VIEILLISsante du traitement de texte, écrivions-nous en testant Pocket Wordstar sur Amstrad (SVM n° 29). Car ce logiciel a vraiment été une star : début de carrière sous CP/M (l'ex-profession-nel des systèmes d'exploitation) et apothéose sous MS-DOS (le standard des IBM PC). On ne pourra pas en dire autant de Calcstar et de Datastar, qui n'ont pas eu la chance d'étendre leur notoriété au-delà du CP/M, et qui n'ont subi qu'un petit lifting pour être admis sur la gamme Amstrad (CPC et PCW) sous les noms de Pocketcalc et Pocketbase. La trilogie traitement de texte-tableur-gestionnaire de fichiers annoncée par Micropro est maintenant au complet. Ces trois logiciels peuvent échanger leurs données. On peut faire passer, par exemple, une liste de nombres de Pocketbase vers le module graphique de Pocketcalc en enregistrant d'abord sur disquette, en mode ASCII, les données à transférer.

Deux professionnels du tableur et du fichier prennent leur retraite chez Amstrad

Pocketcalc, le tableur, étonne par l'aspect vieillot de sa documentation. Heureusement, elle est suffisamment pédagogique pour combler le manque de convivialité du logiciel. Ce tableur ne connaît que le mode texte, sans aucun apport graphique pour améliorer la lisibilité. Autre déception : la lenteur des calculs. Certes, les fonctions offertes sont complètes (calcul scientifique et statistique, représentation graphique sous trois formes différentes), mais comment se prétendre « professionnel » avec un maximum imposé de 658 cellules ? Et comment pardonner aux concepteurs leur faible effort d'adaptation ? Ils ignorent l'existence de flèches sur les claviers Amstrad et nous obligent, pour déplacer le curseur, à enfoncer simultanément la touche contrôle et une autre touche du clavier, difficile à mémoriser. Certes, des menus sont affichables sur demande à l'écran, mais la présentation des commandes par ordre alphabétique n'est pas des plus fonctionnelles !

Pocketbase, petit gestionnaire de fichier, mono-fichier, a le même aspect rébarbatif que Pocketcalc. Son manuel est lui aussi d'une grande utilité, face à un produit qui parle aussi peu par lui-même. 468 pages à ingurgiter : le manque de simplicité saute aux yeux. Pocketbase se compose logiquement de deux programmes : Formgen, pour créer un fichier, et Datastar, pour l'exploiter. Formgen n'offre qu'un type de caractère et deux attributs graphiques : souligné et vidéo inverse. Aucune fioriture pour égayer le décor ou pour faciliter la lecture. Les rubriques sont au choix de type numérique ou alphanumérique. Pas de rubrique date, et pas non plus de rubrique texte : la longueur des zones est limitée à 120 caractères, ce qui est suffisant pour saisir des noms, ou des mots-clés, mais interdit les résumés d'ouvrages. Le nombre de rubriques par fichier est lui-même limité à 255. En revanche, il est intéressant de noter que 32 d'entre elles peuvent être indexées pour accélérer les recherches ou les classements, qui sont du ressort de Datastar. Ce programme d'exploitation du fichier est suffisamment complet pour ne pas prêter à critique. Il est capable de toutes sortes de tris et de sorties d'états (listes, étiquettes). Mais, comme Formgen, il manque d'ergonomie. Bref, il ne vous permettra pas de faire des prouesses.

Pocketcalc et Pocketbase ne révolutionnent pas le monde des logiciels pour Amstrad. Ils ne sont que la remise en forme d'anciens produits Micropro exclus du marché professionnel. Certes, ils sont entièrement traduits, sont accompagnés d'une documentation abondante et sont issus d'un éditeur réputé. Certes, leur prix (respectivement 450 et 700 F TTC) paraît intéressant pour des programmes jadis beaucoup plus chers. Mais le rapport performances/prix des logiciels a beaucoup évolué depuis. Un gestionnaire de fichiers récent pour Amstrad comme Datamat, de Micro Application, coûte moins cher que Pocketbase (450 F) pour un confort d'utilisation bien supérieur.
Nicolas BARCET

LOGICIELS TESTÉS:
Programmes du commerce avec documentation en FRANÇAIS de 110 pages pour Pocketcalc, de 468 pages pour Pocketbase.

Pour Amstrad CPC 664, CPC 6128, PCW 8256, PCW 8512.
Prix : Pocketcalc : 450 F TTC Pocketbase : 700 F TTC.
Edités par Micropro.

★ EDITEUR: Micropro
★ ANNÉE: ???
★ CONFIG: ???
★ LANGAGE: ???
★ LICENCE: ???
★ AUTEUR(S): ???

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Files:
» PocketBase  v1.0    ENGLISHDATE: 2013-09-03
DL: 108 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 427Ko
NOTE: Include CPM bootloader/41 Cyls
.HFE: OUI

» Pocket  Calculator  v1.0  for  SymbOS    ENGLISHDATE: 2016-11-04
DL: 79 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 57Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Applications » Computerised Address Book (The Amstrad User)
» Applications » Brunword 6128
» Applications » Micro-plus Cashbook
» Applications » Pecunia
» Applications » Logys - Bourse
» Applications » Colleen Payroll

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 068 millisecondes et consultée 753 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.