APPLICATIONSGAMESLIST ★ EDITO SAVE LOAD RUN AND CO 36 - SAISIES DE LISTINGS ★

SAVE, LOAD, RUN & CO par G. DUBUS

LA SAISIE DES LISTINGS

D'abord, lisez attentivement le mode d'emploi accompagnant le listing. Il comporte souvent des indications essentielles pour la saisie et l'utilisation. En premier lieu, la compatibilité avec VOTRE Amstrad. Si vous avez un 464 ou un 664, pas la peine de passer des soirées à taper un programme qui ne concerne que le 6128, non ?

S'il s'agit d'une application scindée en plusieurs programmes, respectez à la lettre les instructions de l'auteur. Notamment, ne changez pas les noms des différents programmes. S'ils s'appellent les uns les autres, ils risqueraient de ne plus se reconnaître ! Après avoir fini de taper un programme, sauvegardez-le sous le nom correct, et tapez NEW (pour blanchir la mémoire) avant de saisir le suivant. Je sais, c'est évident, quoique...

Si un programme est long, pourquoi ne pas fractionner la saisie en plusieurs séances ? Tous les listings publiés sont en Basic (même les fameux Binaire-en-Data, mais oui). Comme je vous l'ai expliqué, un programme Basic déjà sauvegardé peut être chargé par LOAD puis affiché par LIST. Si le programme est complet, ce peut être l'occasion de corriger les fautes de frappe par EDIT . S'il ne l'est pas, vous notez le numéro de la dernière ligne affichée, et vous reprenez la saisie à la ligne suivante. En fin de séance ou en cas de pause-café, SAU-VE-GAR-DEZ I

Même si vous ne marquez pas de pause, pensez que les coupures de courant peuvent anéantir tout ce que vous avez tapé depuis la dernière sauvegarde... Alors, tous les quarts d'heure, que diriez-vous d'une petite sauvegarde ? Toujours sous le même nom, bien sûr, s'il s'agit du même programme. Pas la peine de recharger le programme après ces sauvegardes de précaution, tant que l'ordinateur est sous tension : le programme s'allonge en mémoire au fur et à mesure de la frappe,  ça je pense que vous l'avez compris.

Pour vous épargner des soucis par la suite, ne prenez pas d'initiatives avec les listings. Tapez-les toujours exactement comme ils sont :

  • - ne supprimez rien, pas même une ligne de REM ;
  • - n'ajoutez rien, même si vous croyez savoir ce que vous faites ;
  • - respectez scrupuleusement la numérotation des lignes : si vous avez l'habitude d'utiliser la commande AUTO pour la numérotation automatique des lignes, méfiez-vous ;
  • - ne modifiez rien, notamment les noms de variables qu'il est parfois tentant de raccourcir ;
  • - attention aux caractères qui se ressemblent, surtout lorsque l'impression n'est pas très nette :
    i, j, I, barre du CPM (RSX), i majuscule, 1
    B et 8
    S et 5
    : et ;

Normalement, une connaissance minimale du Basic devrait vous permettre d'éviter ces pièges.

Une fois le programme sauvegardé, vérifiez-le avec ANTI-ERREURS. Les codes entre > et < en-fin de ligne doivent être identiques à ceux publiés avec le listing ; il ne faut bien sûr pas les taper.

Les programmes Binaires-en-Data n'ont pas toujours ce codage. Par contre, chaque ligne possède une somme de contrôle. A l'exécution, la vérification des fautes de frappe est automatique, et la ligne fautive signalée. Que faire dans ce cas ? Corriger le programme comme n'importe quel programme Basic, pardi ! Tapez LIST, puis EDIT , comparez au listing, corrigez et sauvegardez à nouveau.

La pire gaffe que vous pourriez commettre, c'est d'exécuter ce genre de programme, une fois la saisie terminée, sans l'avoir sauvegardé d'abord. La somme de contrôle ne peut déceler toutes les erreurs, notamment l'inversion de 2 codes hexadécimaux ou la même ligne tapée 2 fois avec 2 numéros de ligne différents. Si vous lancez par RUN sans avoir sauvegardé, vous croirez que tout est OK. Si alors vous exécutez le programme binaire, vous apprendrez ce que c'est qu'un plantage : bloquage total, avec obligation de faire un Reset, qui efface la mémoire. Résultat des courses : on retape tout depuis le début.

Un dernier conseil : si vous venez d'exécuter un programme, prenez la bonne habitude de faire un Reset avant d'en lancer un autre. Le Reset s'obtient par les touches CONTROL+SHIFT+ESC pressées en même temps, ou en tapant CALL 0. Il ramène tous les paramètres à leur valeur par défaut, comme lorsqu'on vient d'allumer la machine.

En effet, un certain nombre de paramètres ne sont pas affectés par les commandes LOAD ou RUN. Le programme Basic précédent est éliminé, mais son héritage persiste. Il en est ainsi du HiMEM ou des paramètres fixés par MODE, INK. PAPER, PEN, SYMBOL AFTER, DEFINT, DEFSTR.

Certains messages d'erreur, ou un écran vide (PEN et PAPER de la même couleur), n'ont pas d'autre origine.

A Suivre

Page précédente : Edito Save Load Run And Co 35 - On Ramasse les Copies

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 188 millisecondes et consultée 1041 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.