★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ OBSIDIAN (c) ARTIC COMPUTING ★

AMSTRAD MAGAZINE

Après un superbe écran de présentation, la scène prend place à une autre époque dans d'autres espaces... La station de l'espace Obsidian est au bord d'un trou noir (et vous savez peut-être que ce genre de situation ne pardonne pas !). Cette station devrait être protégée des pressions phénoménales engendrées par la plongée du vaisseau au centre dudit trou noir... Seulement, ces systèmes de protection anti-gravitiques sont alimentés par cinq générateurs, lesquels sont temporairement (on s'y attendait...) en panne ! A la phase finale de l'expérience, l'équipage et vous-même avez pris place dans un autre vaisseau, à distance respectable du trou noir pour faire les observations d'usage et enregistrer les données transmises durant le passage d'un univers à l'autre. Or, la panne des générateurs d'Obsidian signifie la dislocation certaine de la “sonde” et l'anéantissement d'années de travail pour préparer l'expédition... Alors, puisque vous êtes compétent et volontaire (si, si...) vous êtes tout désigné pour tenter de remettre en marche les systèmes de protection sur Obsidian.

Il vous faudra faire vite, car le vaisseau est équipé de dispositifs anti-intrusions qui viendront vous compliquer la tâche, et il vous reste peu de temps avant l'anéantissement !... Pourrez-vous mener à bien votre mission et vous téléporter à temps sur le vaisseau “mère” pour suivre “d'un peu moins près” ces passionnantes expériences ?...

Le jeu se présente donc comme un jeu d'aventure graphique du type “Sorcery”. Equipé d'un scaphandre et de rétrofusées (que vous aurez la joie de voir s'allumer lorsque vous “décollerez" et s'éteindre une fois posé) vous vous déplacez dans le vaisseau Obsidian en ramassant des objets et en évitant les piéges (mortels) qui vous guettent (faisceaux lasers, monstres, robots, presses hydrauliques etc...).

Les graphismes sont superbes, on s'y croirait ! L'animation du “scaphandrier” est subtile, les déplacements très réalistes. Vous pouvez marcher (déplacement lent mais qui épargne nos réserves de Nitro, nécessaires à votre survie) ou décoller grâce à votre équipement, mais en consommant une quantité appréciable de ce combustible. Un bon conseil, donc, soyez - du moins dans les débuts - avare en combustible. Car sachez dès maintenant que vous pourrez trouver des réserves et “refaire le plein de vos bouteilles”. Au départ du jeu, ne prenez pas de risques et trouvez ces réserves (elles se présentent sous la forme de stries clignotantes noires et blanches). Il vous suffira alors de vous poser dessus pour emmagasiner de l'énergie.

Le jeu, comme Sorcery, est “multi-tableaux”, c'est-à-dire qu'à chaque fois que vous sortez de l'écran, c'est pour entrer dans un autre tableau. Le passage d'un écran à l'autre sc fait instantanément. Tout au long de votre parcours,vous devrez ramasser des objets (clés énergétiques, soniques, disques de téléportation, acides...). Ces objets sont enfermés dans des sortes de “placards” sous lesquels vous devrez vous placer en appuyant sur le bouton de mise à feu du joystick ou sur < espace >. Vous ne pouvez transporter qu'un seul objet à la fois, et lorsque vous prenez un objet, celui que vous transportiez est déposé à la place du précédent. Chaque objet a une utilisation bien précise et il vous faudra parfois en essayer plusieurs pour ouvrir un sas. (Dans ce cas précis, par exemple, essayez les clés énergétiques). L'ordinateur, le cas échéant, affiche en permanence l'objet transporté. Le nom de l'objet est en anglais, mais la simplicité de cet anglais et le vocabulaire réduit du jeu en font un logiciel accessible aux non-anglicistes.

A chaque tableau, les couleurs sont différentes, ce qui vous permettra de vous repérer et de retrouver objets déposés et réserves de nitro.

Mélange subtil d'aventure spatiale, d'arcade et de réflexion (nous vous signalons au passage que nous ne possédons pas la solution), vous pouvez jouer soit à l'aide du joystick, soit à partir du clavier. L'ensemble des qualités de ce soft en fait un jeu indispensable pour tous les Amstradmaniaques et amateurs de logiciels style “Sorcery”. “Sorcery” a été (et est encore) une référence de qualité, Obsidian est au moins son égal. Plus fort que H.E.R.O, soft bien connu des amateurs (Commodore 64), Obsidian mérite toute votre attention.

F.N. , AMSTRAD MAGAZINE n°9

OBSIDIAN [L'hepiss]
(c) ARTIC COMPUTING

WRITTEN AND DESIGNED: TONY WARRINER

★ LICENCE: COMMERCIALE
★ ANNÉE: 1985
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 1 , AVENTURE GRAPHIQUE , ARCADE , TAPE

★ RERELEASES: COBRA SOFT (L'Hépiss/FRANCE) , AMERICANA (BUDGET) , MICROBYTE (SPAIN)


Cliquez sur l'image pour voir les différents packages (4). 

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Advert/Publicité:
» Microbyte-Mercenario-Obsidian-Spitfire  40-Jump  Jet-Viaje  fin  de  Curso    SPANISHDATE: 2014-01-25
DL: 136 fois
TYPE: image
SIZE: 399Ko
NOTE: w936*h1312

Bonus:
» Cobra  Soft-Descriptif  logiciels  AMSTRAD    FRENCHDATE: 2013-02-04
DL: 1470 fois
TYPE: PDF
SIZE: 490Ko
NOTE: 2 pages/PDFlib v1.3

Dump disk:
» Obsidian    ENGLISH    PHGDATE: 2015-06-30
DL: 26 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 85Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI
 

Dumps cassettes (version commerciale):
» L  Hepiss    FRENCHDATE: 2010-03-29
DL: 76 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 24Ko
NOTE: Dump by Johnny Farragut

» Obsidian    (Release  MICROBYTE)    ENGLISHDATE: 2018-03-14
DL: 9 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 24Ko
NOTE: Dumped by DLFRSILVER for Loic DANEELS ; CSW2CDT-20170630
.LOG: OUI

» Obsidian    ENGLISHDATE: 2012-03-23
DL: 79 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 23Ko

Medias/Supports:
» L  Hepiss    (Release  TAPE)    FRENCHDATE: 2016-09-07
DL: 35 fois
TYPE: image
SIZE: 57Ko
NOTE: Scan by Loic Daneels ; w595*h741

» Obsidian    (Release  TAPE)    ENGLISHDATE: 2016-09-07
DL: 39 fois
TYPE: image
SIZE: 46Ko
NOTE: Uploaded by hERMOL ; w595*h738

Notice d'utilisation:
» L  Hepiss    FRENCHDATE: 2011-12-20
DL: 45 fois
TYPE: PDF
SIZE: 124Ko
NOTE: 1 page/PDFlib v1.3

Sur le forum:
» Topic: Cheats, pokes ou solution pour "OBSIDIAN"
Video:
» Obsidian Longplay by Axelino (Powered by YouTube)
Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/cache
Page créée en 273 millisecondes et consultée 1395 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.