★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ MATHEMATIC'S BABY III (c) SCIENCE ET VIE ★

MATHEMATIC'S BABY III

Nous vous proposerons ce mois-ci le dernier programme de notre série “Mathematic's Baby”. Nous vous avions présenté addition, soustraction et multiplication ; nous nous attacherons tout naturellement ici à la division.

Notons que ces trois programmes peuvent parfaitement, si vous le souhaitez, être assemblés en un seul. Il suffira pour cela de jouer sur la numérotation des lignes et de loger, en tête de l'ensemble, quelques lignes permettant à l'ordinateur de s'orienter directement vers l'un ou l'autre de ces programmes. Précisons que, si nous ne vous avons pas présenté ces programmes directement sous cette forme, c'est uniquement par manque de place.

Ce logiciel s'adressera essentiellement à des élèves de fin de CE2 ou début de CM1. Il sera cependant possible de varier le niveau de difficulté des opérations posées, comme dans le cas de la multiplication, en jouant sur le nombre de chiffres du dividende (de 1 à 3) et du diviseur (1 ou 2). Ici encore, comme précédemment, lors de l'exécution du programme, l'enfant sera guidé pas à pas ; un astérisque indiquera l'emplacement du chiffre à frapper, et divers commentaires seront affichés à l'écran. Il sera donc possible de savoir immédiatement si la réponse proposée est exacte ou non.

Passons maintenant à l'écriture de ce programme. Nous demanderons, pour commencer, à l'Amstrad de travailler en MODE 0 ; cela permet d'obtenir sur l'écran les caractères les plus gros. De même, la valeur de SPEED KEY sera modifiée. Cela afin d'éviter la répétition d'une touche si l'enfant la maintient enfoncée trop longtemps. Afin de mémoriser les nombres proposés, ainsi que les résultats intermédiaires, quatre tableaux seront créés à l'aide de l'instruction DIM. Ces derniers nous permettront de vérifier en “temps réel” les réponses proposées. Deux symboles seront en suite redéfinis; ils nous permettront d'afficher à l'écran les traits horizontaux et verticaux de la division. Vient ensuite une page de présentation concernant le choix du niveau. L'ordinateur demandera donc de lui préciser le nombre de chiffres du dividende, puis du diviseur. Afin de faciliter la manipulation du programme, précisons ici qu'il sera inutile d'utiliser la touche ENTER pour valider les réponses. En fonction de ces instructions, dividende et diviseur seront déterminés par tirage aléatoire de chacun de leurs chiffres, puis mémorisés dans nos tableaux de variables. L'opération sera dès lors présentée sur l'écran, ainsi que divers commentaires, et sa résolution pourra commencer. Pour chaque réponse exacte fournie, l'astérisque se déplacera pour indiquer l'emplacement du nouveau chiffre à trouver et ainsi de suite jusqu'à ce que la division soit entièrement résolue. En cas d'erreur, l'astérisque restera immobile, et un commentaire sera affiché: “TU TE TROMPES”, si la réponse n'a auceun rapport avec le résultat escompté, ou “ET LA RETENUE !", si cette dernière a été oubliée.

Deux sous-routines seront employées. La première, la principale, a pour fonction de contrôler en permanence l'exactitude des réponses proposées lors de la résolution de l'opération. La seconde se charge d'indiquer à l'ordinateur les touches frappées au clavier. Comme on peut le constater, la structure générale de ce programme est très proche de celle adoptée pour la résolution des multiplications. Si donc ce dernier a été utilisé, la compréhension de ce nouveau logiciel ne devrait pas poser de problème particulier.

Sa frappe ne présente pas non plus de difficultés. Le basic employé ici est parfaitement standard pour l'ensemble de ses fonctions importantes. Seules quelques instructions particulières à l'Amstrad telles que MODE , SPEED KEY , SYMBOLE ou LOCATE ont été utilisées pour améliorer le confort visuel de sa présentation, maiis nous avons expliqué de nombreuses fois dans ces pages quelles étaient les instructions équivalentes sur d'autres machines. Il sera donc tout à fait possible d'adapter notre programme en fonction du matériel dont vous disposez.

L'utilisation reste également des plus.simples. Après avoir entièrement tapé le programme et demandé RUN. il suffira de répondre aux questions présentées sur l'écran. Ici encore, il ne sera jamais nécessaire d'utiliser la touche ENTER pour valider les réponses.

Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°868

MATHEMATIC'S BABY III
(c) SCIENCE ET VIE

AUTEUR: Henri-Pierre PENEL

★ ANNÉE: 1990
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 0 , BASIC , EDUCATIF , PETITE ENFANCE , MATHS

Page précédente : Mathematic's Baby II
★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Type-in/Listings:
» Mathematic  s  Baby  3    (Science  et  Vie)    FRENCHDATE: 2018-07-30
DL: 5 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 22Ko
NOTE: Uploaded by CPCLOV ; 42 Cyls
.HFE: OUI

» Mathematic  s  Baby  3    (Science  et  Vie)    LISTING    FRENCHDATE: 2016-03-29
DL: 23 fois
TYPE: PDF
SIZE: 702Ko
NOTE: 2 pages/PDFlib v1.6

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 128 millisecondes et consultée 448 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.