★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ L'AFFAIRE RAVENHOOD (c) LANKHOR ★

AMSLIVE

Février 1951, le froid figeait Paris et mes affaires lorsque... STOP !!! Nous ne sommes plus en 1951 mais en 1953. Juillet pour être précis. Après l'enquête à Mortevielle, et quelques vacances bien méritées, je reviens à Paris. Une lettre m'attend...

"Encore ?" me dis-je. Eh bien oui. Un mystérieux correspondant m'invite au Manoir des Ravenhood sous une fausse identité, suite à la mort d'Yvan Ravenhood. Intrigué, je chausse mes tiags et me dirige vers le-dit lieu-dit. (oh ! Quelle verve, ce SNN !) Là, je tombe sur l'une ou l'autre faute d'orthographe, quelques modifications sur l'architecture du manoir, de nouveaux habitants, de nouvelles idées, un temps sublime (c'est juillet, il faut pas s'imaginer trouver le froid polaire de la première enquête) et toujours la cloche qui sonne les  trois heures... Pardon ? Mais il est sept ; heures ?! Gageons qu'elle retarde un tantinet.

Donc là, en théorie, vous vous dites, il va le descendre, ce soft. Eh bien pas du tout. Ce jeu est audacieux. Doté de graphismes plus que corrects (c'est sûr, ils sont moins beaux que dans l'île oubliée ou les griffes de la nuit), d'une ergonomie acceptable, ce jeu est une suite qui ne craint pas la comparaison ! Bien sûr, on ne trouve pas les samples, ni la modification du décor avec les actions, mais un scénario... un scénario... comment dirai-je... couillu

Revenons donc à l'histoire. Une fois arrivé, nulle neige, nulle chouette poui m'accueillir. Juste la cloche. J'entre dans le manoir et tombe sur Nestor, le domestique. Il me rabâche que les repas sont à 12 et 19 heures (depuis deux ans, j'avais pas oublié), Malheureusement, les Ravenhood s'en vonl le lendemain pour la Suisse et j'ai donc peu de temps pour trouver une explication logique à un événement... euh... que je ne connais pas. C'est là tout l'intérêt de l'histoire : on ne sait pas si on doit arrêter un meurtrier, trouver un trésor, ou dégommer des aliments radioactifs dans l'espace avec une bouteille de Ketchup. Du grand art.

Tiens, je me rends compte que j'ai oublié de vous parler des entretiens que vous pourrez avoir avec les fils/filles et conjoint(e)s dans la maisonnée. On retrouve le système du premier volet des aventures de Jérôme Lange, avec des portraits fort bien réalisés.

En conclusion, un bon jeu de réflexion, qui aurait mérité un tout petit peu plus de soin.

SNN, AMSLIVE n°1 , page 19

L'AFFAIRE RAVENHOOD
(c) LANKHOR

AUTHOR: Bruno Fonters

★ ANNÉE: 1993
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 1 , AVENTURE GRAPHIQUE , DETECTIVE INVESTIGATION , 128K

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Dump disk:
» L  Affaire  Ravenhood    FRENCH    CHANY-NPSDATE: 2013-08-30
DL: 128 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 384Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI
 

Game (NON Commercial/Freeware/Shareware):
» L  Affaire  Ravenhood    FRENCHDATE: 2013-08-30
DL: 67 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 382Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: OUI

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 050 millisecondes et consultée 1064 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.