★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ GIGO: A TALK WITH MAX HEADROOM (c) THE AMSTRAD USER ★

The Amstrad User
 ★ Ce texte vous est présenté dans sa version originale ★ 
 ★ This text is presented to you in its original version ★ 
 ★ Este texto se presenta en su versión original ★ 
 ★ Dieser Text wird in seiner Originalfassung präsentiert ★ 

If you despaired over "ELIZA'' the 37K conversation piece a couple of months ago, then a talk with Max Headroom in this 6K program may restore your sanity. On the other hand it could send you off into a loop forever.

The program is called "GIGO" (which, for the benefit of those new to computing terms, means Garbage In, Garbage Out). Tne nacrje is very apt, although you may have to use it for a while to see why. Where it differs from ELIZA (apart from the length) is in the graphics. You can hold a conversation with a little Max Headroom character who moves his lips as a message prints up or. the screen. His vocabulary is limited, however this doesn't mean he has to repeat himself. He will learn your replies and throw them back at you when you least expect them. So don't be rude lo him or eventually vois will get as good as you give.

Max's comments are stored in the array r$() and line 90 selects from them at random. When the chosen answer is displayed it is replaced in the array by the comment you've just entcrcd. This means that he forgets each comment so can't repeat himself unless you do.

One obvious development you could make would be to get Max talking through a speech synthesiser. The relevant routine runs from line 330 onwards and at present just moves Max's lips.

TAU

GIGO: A TALK WITH MAX HEADROOM [Gigo Deluxe]
(c) THE AMSTRAD USER

AUTHOR: J.C.Ablett

★ YEAR: 1986
★ LANGUAGE:
★ GENRE: BASIC

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/cache
Page créée en 922 millisecondes et consultée 443 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.