★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ BLACK JACK (LOGIPRESSE) (c) LOGIPRESSE ★

LOGISTRAD
Jack le Black au tapis vert

L'enfer du jeu continue au casino Logistrad: il vient de Babylone, USA, et tout Monaco a crevé devant lui. C'est Jack le Black, qui flambe au black-jack.

Retournez au Casino avec Logistrad, si vous n'avez pas tout perdu à la Roulette, le mois dernier. Le black-jack se joue avec des cartes, dans les salles de jeu feutrées de Monaco. Mais pas seulement là: on flambe aussi beaucoup, après la tombée de la nuit, en Amérique.

D'ailleurs, laissez-nous vous conter la triste et ve-ridique histoire de Jack, Jack le Black, qui gagna et perdit un empire au black-jack. Les portières de sa Cadillac blanche ont claqué devant tous les casinos, de Végas à Long Island. Depuis vingt ans qu'il hante les cercles, Jack n'a jamais dépassé vingt et un. Toujours entre dix-sept et le chiffre fatidique. Une veine unique.

Pourtant, quel chemin
parcouru, depuis les parties pour quelques haricots sur les trottoirs de Harlem, quand il n'était encore qu'un gosse.

Ce soir est le grand soir. Vingt ans sans dépasser vingt et un. Presque un anniversaire. Personne ne s'y est trompé. Ils sont tous là: Roy Earle, le chef de la mafia locale avec deux anges-gardiens à la mine patibulaire, le "privé" du Casino et même le "district" entouré d'une nuée de jolies femmes, les joues en feu, les yeux aussi brillants que leurs rivières de diamants. Ils sont là pour lui.

Les cartes glissent entre les doigts de Jack, ses doigts longs et souples qui ont tant manié les cartes que la peau en est presque parcheminée. Les plaques volent sur le tapis vert. Les enjeux sont hauts, très hauts.

Jack sait qu'une fois de plus, il va gagner: pas de doute. Amusé, il regarde les gouttes de sueur rouler sur le front de Earle. Une fille rit trop fort. Tout le monde est tendu, sauf lui, Jack le Flambeur.

Vingt ans que la chance ne l'a pas quitté. Vingt ou vingt et un? Jack ne sait plus très bien. Voyons, vingt ou vingt et un?

Le frisson qui parcourt l'assistance ramène Jack à la réalité. Tous les visages sont tournés vers lui. Jack ne comprend pas l'expression ironique dans les yeux de Earle. Une voix, celle du croupier, résonne dans sa tête: vingt-deux points annonce-t-elle, impassible.

Les visages se détournent. La foule se disperse. T'es fini, Jack. Vingt ans de veine, vingt secondes d'inattention. Le black-jack, c'est pas pour les rêveurs!

Sur une console d'Amstrad, il y aurait eu moins de casse. A vous de jouer.

Qui sait, la succession de Jack est à prendre...

Le black-jack est un pari sur le fait que la somme des valeurs de deux cartes tirées parmi 156, ne dépassera pas 21 points. Les figures valent toutes

10 points; l'as vaut 1 ou 11 points, selon le choix exprimé par chaque joueur; les autres cartes gardent leur valeur nominale.

  • Chaque joueur, sauf celui qui tient la banque et donne les cartes, choisit le montant de la somme dont il dispose pour la durée du jeu de 0 à 9 999 dollars. Il entre cette somme et appuyé sur [ENTER]. Puis il annonce sa mise, 50 dollars minimum si l'on joue à deux, et tape [ENTER]. L'ordinateur tient la banque si l'on joue seul.
  • Le banquier donne 2 cartes à chaque joueur dont une retournée.
  • Le banquier demande au premier joueur placé à sa droite s'il désire une carte supplémentaire. Le joueur interrogé tape O pour oui, N pour non. Si l'on joue à deux et que l'on tape N, le total le plus élevé l'emporte.
  • Le banquier doit ajouter des cartes à son jeu jusqu'à ce qu'il atteigne un minimum de 17 points. Il ne peut plus ensuite se donner de cartes.
  • Les joueurs qui dépassent le seuil de 21 points "crèvent". Leurs mises vont au banquier.
  • Après chaque nouvelle carte reçue, le joueur peut doubler son pari (mise) s'il le désire.
  • Pour voir les cartes cachées, le premier joueur doit appuyer sur G et pour les cacner de nouveau, il appuyé sur T. Le deuxième joueur utilise O et L.

Pour signifier à l'ordinateur que l'on a fini de regarder, il faut appuyer sur C. Quand il n'y a qu'un seul joueur, il n'est pas possible de voir les cartes
de l'ordinateur (normal!).

  • Lorsque plus personne ne demande de cartes, chacun abat son jeu. Les joueurs qui totalisent moins de points que le banquier lui donnent leur mise. Ceux qui en ont plus sont payés à égalité. Ceux qui en ont autant ne gagnent ni ne perdent rien.
  • Le joueur qui atteint 21 points avec ses deux premières cartes réalise un "black-jack": il abat ses cartes et reçoit une fois et demie sa mise. Le banquier a priorité sur tous les autres black-jack, s'il fait 21 points d'entrée.

BLACK JACK (LOGIPRESSE)
(c) LOGIPRESSE

AUTEUR(S): ???

★ ANNÉE: 1986
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 1 , BOARD , ROULETTE , TAPE
★ LiCENCE: COMMERCIALE

★ COLLECTIONS: LOGISTRAD , LOGISTRAD 02

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Dump disk:
» Black  Jack-Logipresse    FRENCHDATE: 2021-06-28
DL: 4 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 13Ko
NOTE: 40 Cyls
.HFE: NON

Je participe au site:
» Vous avez des infos personnel, des fichiers que nous ne possédons pas concernent ce jeu ?
» Vous avez remarqué une erreur dans ce texte ?
» Aidez-nous à améliorer cette page : en nous contactant via le forum ou par email.

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop
Page créée en 605 millisecondes et consultée 947 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.