★ AMSTRAD CPC ★ GAMESLIST ★ BIG BAND (c) SOFTHAWK ★

Amstrad MagazineCPC REVUEAMSTAR

Le casse du siècle

Enfin, l'air pur rafraîchit mes narines empoussiérées par l'atmosphère poisseuse et humide de ce foutu cachot. Trois ans que je croupis dans cette taule pourrie ! Je n'ai même pas pu me faire la belle, vue l'obstination des mitons à rester plantés devant ma case ! Enfin, aujourd'hui, c'est le soleil, l'espace ! La liberté, quoi ! La vraie !... Bon, maintenant, il va falloir que je me refasse. Dans six mois, si je n'ai pas un compte bien garni en Suisse, je ne m'appelle plus Frédo ! Aussi vrai que ce jeu est bien foutu, je finirai ma carrière de zonard les doigts de pieds en éventail, sirotant un cocktail à la banane et à l'alcool de baobab avec, pour tout horizon, la mer, la mer et la mer ! Foi de Frédo ! Bon, ce n'est pas tout ça ! Pour l'heure, je suis à Froggyville et, si je reste là, planté comme un peuplier, les trois tunes que j'ai en poche changeront vite fait de propriétaire et Bibi se retrouvera sur le carreau. Allez Frédo, prépare-nous le casse du siècle, qu'on ait notre revanche !”.

Ainsi parlait Fredo, le roi des parrains, le chef du Milieu, le parrain des macs et le raac des rois, enfin... des Reines î L'air tout-à-fait comme il faut, c'est-à-dire sérieux et profond, il sortit de sa poche son bloc-note et lut la première page : “Téléphoner à Elit, demander Max. Ren-cart à 15 h à l'hôtel Libano”. La démarche “mafiosienne'? et le Borsalino sur les yeux, notre héros s'enfonça dans les rues lugubres de Froggyville.

“ — Vache de vie ! pensa-t-il.

Qui est Frédo ?

Frédo est un personnage créé de toutes pièces par le joueur au début d'une partie. Vous auriez très bien pu nommer votre héros “Paul Dewaertninoschkaya dît Le Terrible” ou encore “Lola la Suave”, l'identité du truand étant laissée à l'entière initiative du joueur. Définissez encore sa spécialité (Boss, Mac, Chauffeur, Tueur ou Casseur), son année de naissance (de 1935 à 1952. Sachant que l'action se déroule en 1970, vous avez son âge) et votre personnage vous appartiendra. Et maintenant, que vais-je faire de ce voyou ? Vous demandez-vous. Le remettre dans le droit chemin ? Certainement pas ! Le but final est de réussir le casse du siècle. Pour parvenir à cette fin immorale, la pitié, le sentimentalisme et la faiblesse sont à mettre au pilori ! Ah ! Pouvoir attaquer une pauvre épicière, dévaliser un musée ou descendre cinq/six flics en toute impunité, quels plaisirs ! Allez ! En route pour l'aventure !

L'aventure

“- Mon petit Frédo, tu dois rencontrer Max, il n'y a pas de pétard. II paraît qu'il se rince les boyaux chez Elit. Quand ils vont me voir rappliquer, dans ce boxon, y s'ront pas déçus ! Je saute dans ma berline, direction rue du Renard. Au fait, quelle heure y se fait ? 12 h 12 ! C'est bon. J'ai assez de benzine? Ouais, ça baigne. Tiens ! Une petite bicoque isolée, si j'allais leur dire un p'tit bonjour, là dedans, histoire de me refaire un peu ? Allez, je gare ma caisse et je frappe. Personne ! Et pas de matos pour le casse î Bon, ce s'ra pour une autre fois, Frédo ! Y faut aussi penser à ton avenir ! Ce ne sont pas des petits bricolages qui feront de toi le parrain de Froggyville. Alors, pas de déconnade, direction Elit. Tiens ! Une cabine téléphonique. Je ferais bien de passer un coup de fil, on ne sait jamais, avec les poulets de ce bled ! Bon, v'ia que je n'ai pas le numéro ! Qu'est-ce que j'ai sur moi ? Un larfeuille, des cigarettes, un briquet, 142 balles mais pas le numéro de chez Elit ! Dans mon calepin, peut-être ? Nom de Dieu, j'allais oublier le rencard au Libano ! J'en profite pour écrire que je n'ai pas le numéro d'Elit et je cours à l'hôtel ! 12 h 31 ! Je suis en avance ! Je vais en profiter pour jeter un œil dans mon canard”.

On peut tout faire

Vous pensez peut-être que je délire, que je m'y crois complètement ? Et bien, non ! Tout ce qu'a fait Frédo : téléphoner, rouler dans la ville, regarder l'heure, lire le journal, écrire sur son calepin, etc,, vous pouvez le faire ! Mais il serait intéressant que je vous explique un peu comment tout cela fonctionne. L'écran se divise en sept zones, la plus grande étant le carré graphique qui nous montre le lieu dans lequel se trouve le personnage (classique). Pour continuer avec le graphisme, il faut aussi indiquer une autre zone qui affiche les photos des protagonistes. Un cadre de communication indique les mots à employer ainsi que les changements de disquette. La zone “Icônes”, dans le bas, permet de choisir dix options. Reste un cadre pour la

gestion de la voiture, une ligne pour entrer les ordres et une autre pour les réponses. Le problème de communication avec l'ordinateur a été résolu en donnant la liste des verbes et noms à utiliser. Douze verbes seulement sont disponibles, mais ceux-ci sont suffisants puisque les icônes permettent de faire exécuter les ordres principaux. Le choix des icônes se fait par les flèches horizontales du curseur et le passage dans une autre pièce par le pavé numérique. Comment Frédo fait-il pour se déplacer en ville ? C'est fort simple ! Il faut choisir l'option “voiture”. Un plan de la ville remplace alors l'image du lieu et il ne reste qu'à déplacer sa petite automobile blanche à travers les rues de la ville ! On stationne devant une porte, on demande où l'on se trouve et on descend, pour se retrouver dans un nouveau lieu. Mais attention à l'accident et au carburant ! Il ne gèle pas (lui), mais se consomme rapidement !

Quatre faces de disquettes pleines à craquer

Voilà des auteurs qui ne sont pas radins sur le nombre d'octets. Ils en fournissent quelque chose comme 643 072 ! Bon ! d'accord, il faut changer de face assez souvent. D'accord, ça ralentit le rythme du jeu. Mais ce ne sont là que petits handicaps qui permettent d'avoir un jeu très riche, plein d'intérêt et d'une excellente qualité graphique. Les dessins ont un style qui convient parfaitement à l'aventure. Seules les couleurs noire, blanche, grise et de temps en temps verte sont employées. La richesse du scénario, le nombre important de possibilités et d'initiatives laissées au joueur, la finesse du graphisme et la qualité de la réalisation font de “BIG BAND” un des meilleurs jeux d'aventure actuel, (Ne fonctionne pas sur 464).

Patrick Yoann , Amstrad Magazine n°22

BIG BAND
(c) SOFTHAWK

Auteurs: Jean-Luc Di Maria , Eric Giraud

★ ANNÉE: 1986
★ LANGAGE:
★ GENRE: INGAME MODE 1 , AVENTURE GRAPHIQUE , AVENTURE TEXT , ICONS , DISK

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Cover:
» Big  Band    (Release  DISC)    FRENCHDATE: 2019-12-01
DL: 286 fois
TYPE: image
SIZE: 486Ko
NOTE: Scan by Loic DANEELS ; w1833*h1449
 

Dump disk:
» Big  Band    FRENCHDATE: 2013-08-30
DL: 259 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 774Ko
NOTE: Include CPM 2.2 bootloader/42 Cyls
.HFE: OUI

Dump disquette (version commerciale):
» Big  Band    FRENCHDATE: 2011-04-03
DL: 158 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 353Ko
NOTE: Include CPM 2.2 bootloader/42 Cyls
.HFE: NON

Media/Support:
» Big  Band    (Release  DISC)    FRENCHDATE: 2016-09-07
DL: 77 fois
TYPE: image
SIZE: 409Ko
NOTE: SCAN by hERMOL ; w1909*h2370
 

Notice d'utilisation:
» Big  Band    FRENCHDATE: 2011-07-22
DL: 143 fois
TYPE: PDF
SIZE: 916Ko
NOTE: 10 pages/PDFlib v1.3

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.7-desktop/cache
Page créée en 025 millisecondes et consultée 1951 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.