HARDWAREMONTAGES ★ INFORMATIQUE AMUSANTE : Un “Joy-pad” sensitif ★

Un Joy-pad sensitif|Science&Vie)Hardware Montages

Durant les jeux d'action, les joysticks de micro-ordinateurs sont souvent mis à rude épreuve et il n'est pas rare d'en casser la manette. Nous vous proposerons donc de réaliser, ce mois-ci, un dispositif sensitif destiné à remplacer un joystick. Pour l'utiliser, après l'avoir raccordé à un micro-ordinateur équipé d'une prise joystick standard, il suffira de promener son doigt sur un carré muni de quatre secteurs pour commander l'action. Dépourvu de toute pièce mécanique, ce dispositif résistera donc bien mieux aux joueurs brutaux.

Sur les micro-ordinateurs, la fiche manette de jeu comporte neuf broches. Cependant tous les contacts ne sont pas utilisés. Afin de prendre en compte la position de la manette, l'ordinateur viendra contrôler si certains contacts sont établis sur cette fiche entre les broches correspondant aux divers sens de déplacement et une broche de référence dite “commun”.

Le brochage de cette fiche — voir figure du bas, page de droite — est le suivant : le contact numéro 1 correspond aux déplacements vers le haut, le 2 vers le bas, le 3 vers la gauche, le 4 vers la droite, 6 et 7 aux boutons “feu”, 8 et 9 seront les communs. Notons que 8 correspond au commun de la manette principale et 9 à celui de la manette du second joueur.

Il sera donc possible, lors du câblage, de choisir, pour notre montage, le joueur auquel il sera destiné en utilisant le commun adéquat. Il sera même possible de réaliser cet appareil en deux exemplaires, l'un câblé autour du 8, l'autre autour du 9, afin que chaque participant dispose d'un matériel identique.

Le dispositif de détection sensitive sera réalisé autour d'un circuit MOS. En effet, ces circuits sont très sensibles aux parasites ; nous mettrons ici cette caractéristique à profit. Nous rejoindrons quatre de ses entrées à la plaquette utilisée comme capteur ; nous reviendrons sur sa réalisation.

Pour les commandes de feu nous avons préféré conserver des boutons poussoirs classiques. Ceux-ci viendront donc directement établir le contact entre les bornes 6 ou 7, suivant le poussoir concerné, et le commun. D'autre part les signaux issus du circuit MOS viendront piloter des transistors chargés d'établir les contacts correspondant à chaque direction. Des diodes électroluminescentes de contrôle ont été intercalées dans ce circuit de commande afin de pouvoir vérifier que la commande est bien prise en compte par le montage.

Découpage du “PAD”

Enfin l'alimentation de ce boîtier de commande sera assurée par une simple pile de 4,5 volts. Etant donnée la très faible consommation du montage, sa durée de vie sera élevée : il sera donc inutile de prévoir une alimentation sur secteur. Notons que si vous désirez réaliser ce montage en deux exemplaires il faudra prévoir deux piles. En effet les communs étant différents il ne sera pas possible d'utiliser la même source de tension pour les deux montages.

Le câblage ne doit pas poser de problème particulier. Il faudra cependant prendre soin de bien respecter le brochage du circuit intégré et des transistors. Pour les diodes électroluminescentes rappelons que ce composant présentant une polarisation, la patte la plus longue devra être câblée vers la sortie du circuit intégré.

Les soudures à réaliser sur le connecteur pour joystick devront également être réalisées avec soin en raison de la faible distance séparant chaque contact. Il faudra notamment veiller à ce qu'aucune “barbe” de fil n'établisse un contact parasite ; les fils devront donc être dénudés et étamés avec soin avant soudage.

Le capteur sensitif sera, quand à lui, réalisé à l'aide d'une petite plaquette pour circuit imprimé, donc entièrement couverte de cuivre, dans laquelle quatre secteurs seront délimités en découpant la pellicule de cuivre.

Après avoir vérifié que chaque secteur ainsi délimité est bien isolé des autres, les fils de connexion vers la plaquette électronique seront mis en place en les soudant sur les bords de la plaque. Les boutons poussoirs “feu” pourront également être portés par cette dernière. Une fois terminé, le montage pourra être équipé d'un boîtier dont la zone sensitive constituera le dessus.

L'utilisation de ce “pad” de jeu est simple. Une fois raccordé à l'ordinateur il suffira de promener son doigt sur la zone sensitive pour commander les mouvements. Les déplacements en diagonale seront obtenus en plaçant le doigt à cheval sur deux secteurs.

/im4/sv829c1.jpg
IMPLANTATION DES COMPOSANTS
im4/sv829c2.jpg
SCHÉMA ÉLECTRIQUE

NOMENCLATURE

  • R1 = R2 = R3 = R4 = 470 kilohms (jaune, violet, jaune, or)
  • R5 = R6 = R7 = R8 = 220 ohms (rouge, rouge, brun, or)
  • R9 = R10 =R11 = R12 = 470 ohms (jaune, violet, brun, or)
  • C1 = C2 = C3 = C4 = 4,70 microfarads 12 volts
  • D1 = D2 = D3 = D4 = diodes électroluminescentes
  • T1 = T2 = T3 = T4 = 2N 3904
  • IC = MM 74 C 00
  • Fiche joystick = fiche Cannon femelle 9 broches


Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°829


Découpage du “PAD”

★ EDITEUR: Science&Vie
★ LICENCE: ???
★ ANNÉE: 1986
★ AUTEUR: Henri-Pierre PENEL

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 126 millisecondes et consultée 391 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.