HARDWAREMONTAGES ★ INFORMATIQUE PRATIQUE : Un multiplexeur d'entrées ★

Informatique pratique - Un multiplexeur d'entrées|Science&Vie)Hardware Montages

Comme nous le savons, notre interface principale ne peut communiquer à l'ordinateur qu'un seul octet : les huit bits présentés sur les contacts 13 à 20 de notre connecteur. Elle ne possède donc qu'une seule entrée. Cependant, ce fait peut poser des problèmes pour certaines réalisations.

Nous comblerons donc cette lacune ce mois-ci en réalisant un multiplexeur d'entrées. Nous pourrons ainsi communiquer à l'ordinateur jusqu'à 16 octets différents. Pour cela, cette interface auxiliaire lui présentera un à un l'octet présenté sur chacune de ses entrées. Notons que le nombre de 16 entrées est ici la capacité maximale de traitement de notre montage.

Cependant rien ne s'opposera à n'utiliser qu'une partie seulement de ces entrées. Qui plus est, l'ordinateur pourra choisir directement le numéro de l'entrée dont il désire connaître l'état ; rien ne s'opposera donc à ne questionner certaines entrées que durant certaines phases du programme, afin d'améliorer sa vitesse d'exécution, voire de créer des niveaux de priorité ou des conditions d'accès.

Ces quelques points précisés, passons à l'étude théorique de ce multiplexeur. Ses grandes lignes sont simples. L'ordinateur indiquera, grâce aux quatre premiers bits d'un octet que nous présenterons en sortie, le numéro de l'entrée à consulter. Le buffer de l'entrée en question sera alors activé et son contenu présenté à l'entrée de l'interface principale.

Les buffers d'entrée seront réalisés à l'aide de circuits type 74 LS 541. Ils présentent l'avantage de posséder des sorties commanda-bles par l'intermédiaire de leur contact numéro 1. Si ce dernier se trouve à un niveau logique haut (+5 volts) tout se passe, sur le plan électrique, au niveau des sorties, comme si le circuit n'existait pas. Si, par contre, la borne 1 se trouve au niveau bas (0 volt), chaque sortie présentera l'état logique 0 ou 1 de l'entrée lui correspondant. Cette possibilité nous permettra de relier entre elles les sorties des 16 circuits 74 LS 541 utilisés. La sélection d'entrée se fera donc en portant au niveau 0 la broche 1 du circuit correspondant.

Cette mise à 0 se fera par l'intermédiaire d'un circuit 74 LS 154. Ce dernier comporte 16 sorties et 4 entrées. Il présente la particularité de passer au niveau 0, la sortie dont le numéro correspond à la valeur binaire donnée sur ses 4 entrées. Par exemple, si les 4 bits correspondant aux 4 entrées sont 1001, la sortie numéro 9 sera mise à 0. De même si 0000 se présente, ce sera au tour de la sortie 0 d'être à un niveau logique bas et si 1111 est. appliqué aux entrées, ce sera la sortie numéro 15. Toutes les sorties non concernées resteront quant à elles à 1, niveau logique haut. Nous voyons qu'il s'agit là exactement du type de circuit dont nous avons besoin pour piloter directement nos buffers. Les 4 premiers bits de l'octet présentés en sortie par notre interface principale seront appliqués aux 4 entrées du 74 LS 154 et chacune de ces sorties sera reliée à la borne 1 d'un des 74 LS 541. De cette manière, le numéro de l'entrée à sélectionner pourra être exprimé en clair depuis le programme. Par exemple, si l'on souhaite connaître l'octet présent sur l'entrée numéro 6, il suffira, sur un Spectrum par exemple, de demander OUT 255,6 puis ILET X = IN 255. Pour le MO 5, il suffirait d'écrire POKE 43006,6 puis X = PEEK (43007). Dans les deux cas, X prendra la valeur de l'octet présent sur l'entrée numéro 6. Notons que nos 16 entrées sont respectivement numérotées de 0 à 15. Ce point devra donc être pris en compte pour éviter bien des confusions lors de la mise au point de programmes.

Le câblage de ce multiplexeur ne doit pas poser de problème particulier. Il sera comme toujours réalisé en wrapping. Notons que si 16 entrées sont superflues, il sera possible de ne câbler que le nombre d'entrées souhaitées et de ne prévoir que le nombre de 74 LS 541 adéquat. Dans ce cas, si on demande, depuis l'ordinateur, le contenu d'une entrée non câblée, le résultat présenté sera toujours 255.

Le programme d'essai est extrêmement simple. En effet, il se contente d'afficher sur l'écran de l'ordinateur l'octet présent sur chacune des entrées, mais il sera largement suffisant pour contrôler le bon fonctionnement de notre multiplexeur.

Libre à vous, par la suite, d'utiliser le montage réalisé pour diverses applications de votre choix. Les seules instructions utiles seront OUT 255, N et LET X = IN 255 pour Spectrum ou toute autre machine équipée d'un Z 80, et POKE 43006, N puis X = PEEX (43007) pour le MO 5 où N représente le numéro de l'entrée sélectionnée, donc N sera compris entre 0 et 15 et X le contenu de l'entrée.

/im4/sv842c1.jpg

ATTENTION:

Afin de ne pas surcharger inutilement ce schéma, les circuits SN 74 LS 541 des entrées 4 à 14 n'ont pas été représentés ici ; leur câblage est tout à fait identique à celui des autres entrées.

Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°842

★ EDITEUR: Science&Vie
★ LICENCE: ???
★ ANNÉE: 1987
★ AUTEUR: Henri-Pierre PENEL
★ INFO: En réponse à un abondant courrier, nous vous rappelons que l'interface principale pour Z 80 a été publiée dans notre n° 824 de mai 86 et sa mise à jour dans le n° 834 de mars 87. Pour l'interface MO 5, les schémas ont été publiés dans le n° 831 de décembre 86.

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Other platform tool:
» Science  et  Vie-Un  multiplexeur  d  entrees    LISTING    FRENCHDATE: 2016-03-10
DL: 10 fois
TYPE: PDF
SIZE: 80Ko
NOTE: 2 pages/PDFlib v1.6

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Hardware » Imprimante - Mcp 40 (CPC Revue)
» Hardware » Realisez Votre Crayon Optique
» Hardware » Convertisseur Analogique Digital 8 Voies (CPC Revue)
» Hardware » Edgacolor (CPC Revue)
» Hardware » Port 8 Bits (Micro-Mag)
» Hardware » User Port Speed Measuring (The Amstrad User)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop
Page créée en 485 millisecondes et consultée 357 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.