HARDWAREMONTAGES ★ INFORMATIQUE PRATIQUE : Traitons les appels téléphoniques ★

Informatique pratique - Traitons les appels téléphoniques|Science&Vie)Hardware Montages

Nous vous proposons de réaliser ce mois-ci un adaptateur capable de rendre les numéros de téléphone composés sur un poste à cadran compréhensibles pour l'ordinateur. Cet adaptateur pourra par exemple, comme nous le verrons plus loin, être utilisé pour estimer le coût approximatif d'une communication ou mémoriser sur une journée les numéros appelés.

Notons que ce montage, étant donné sa grande simplicité, ne pourra marcher que sur les lignes équipées de postes à cadran ou sur les postes à clavier à condition qu'ils fonctionnent en numérotation décimale (série d'impulsions envoyées sur la ligne). Notre réalisation ne sera en effet pas capable de traiter les numéros composés en “fréquences vocales” (série de “bips”):

Ces quelques précisions apportées, passons à l'étude de ce montage et, en premier lieu, examinons les tensions continues présentes sur une ligne téléphonique. Normalement, lorsque le combiné est raccroché, la ligne présente une tension comprise entre 40 et 80 volts. Dès que l'on décroche le combiné celle-ci chute de moitié : elle sera donc comprise entre 20 et 40 volts. Cette brusque chute de tension nous permettra de contrôler la prise de ligne. Enfin lorsqu'un numéro est composé, des impulsions à 80 volts apparaissent de nouveau. Dans le cas du 1, une impulsion sera envoyée, deux pour le 2 et ainsi de suite jusqu'à dix pour 0. En comptant le nombre d'impulsions nous serons donc en mesure de retrouver le numéro composé.

Cette réalisation comporte deux parties. La première concerne la détection des variations de tension, cette fonction sera assurée par notre adaptateur. La seconde, chargée du comptage des impulsions, sera assurée par le programme.

Voyons en premier lieu le principe de fonctionnement de l'adaptateur. Celui-ci est extrêmement simple. En effet, nous utiliserons des portes logiques en tant que comparateur de tension. Comme nous l'avons vu plus haut, deux seuils sont à détecter. Nous utiliserons donc deux portes, incluses dans un même circuit intégré, et nous appliquerons sur leurs entrées une tension issue de la ligne téléphonique par l'intermédiaire d'une résistance et d'un potentiomètre ajustable. En effet, la forte variation de tension d'une ligne à l'autre impose la présence de réglages, d'où la présence des potentiomètres permettant d'ajuster précisément le seuil correspondant à la détection de chaque tension. Nous reviendrons sur ces réglages lorsque nous nous intéresserons à la mise en service du montage.

Le plus simple serait d'appliquer directement la sortie de chaque porte à l'un des bits d'entrée du connecteur de notre interface principale. Cependant le basic n'autorise pas, dans bien des cas, une rapidité d'exécution suffisante du programme permettant de capter chaque impulsion. Nous intercalerons donc un compteur et nous enverrons alors, d'une part un signal permettant de détecter la prise de la ligne et, d'autre part, le contenu du compteur. Notons que deux diodes électroluminescentes permettront d'ajuster les réglages de cet adaptateur et, comme toujours, ces données seront transmises à l'ordinateur par l'intermédiaire de notre interface principale. Grâce à son intermédiaire l'octet présenté à l'ordinateur sera donc fonction de l'état de la ligne ; à savoir combiné raccroché, décroché ou numérotation en cours. Comme toujours cet octet sera entré en mémoire grâce à une instruction IN 255 sur Spectrum et PEEK (43007) sur MO 5.

Le programme que nous vous proposons ici est très succinct, mais il vous sera certainement facile de l'améliorer. En effet, il se contente d'indiquer l'état de' la ligne et d'afficher le numéro composé. Grâce à ces indications il sera possible d'estimer, par exemple, le coût de la communication en créant un chronomètre et en calculant le nombre de taxes de bases à partir de la durée de la communication et des deux premiers chiffres du numéro demandé.

Le câblage de cet adaptateur sera, comme toujours, réalisé en wrapping et ne présente pas de difficulté particulière. Le signal issu de la ligne téléphonique pourra être prélevé par l'intermédiaire d'une fiche gigogne. Il faudra prendre soin de bien respecter la polarité de ce signal sous peine de non-fonctionnement du montage.

Venons-en maintenant au réglage de notre adaptateur. Pour cela,il sera relié à la ligne téléphonique et, dans une première phase, alimenté à l'aide d'une pile de 4,5 volts. Si le combiné est raccroché, les deux diodes électroluminescentes devront s'allumer. Dans le cas contraire, il faudra agir sur le réglage des potentiomètres jusqu'à obtenir leur illumination. Si les réglages restent sans action, il faudra vérifier le câblage de la liaison à la ligne téléphonique et, éventuellement, inverser les deux fils. Une fois les deux diodes allumées, on décrochera le combiné et on agira sur P1 jusqu'à obtenir l'extinction de la diode électroluminescente D1. Notons que, si D2 s'éteint également, il faudra agir sur P2 de manière à la rallumer.

Ceci obtenu, un numéro sera composé et P2 sera réglé de manière à ce que la diode électroluminescente D2 clignote chaque fois qu'un chiffre est composé. Il sera bon de vérifier qu'elle clignote bien une fois pour 1, deux fois pour 2, etc. Ces deux réglages effectués, il faudra vérifier que le fait de raccrocher le combiné provoque bien de nouveau l'éclairement des deux diodes électroluminescentes. Si tel est le cas, notre adaptateur sera prêt à l'emploi et pourra être relié à l'interface principale.

Une fois le programme tapé, RUN sera demandé. On pourra alors vérifier que l'ordinateur mentionne bien le décrochage du combiné et que le numéro composé s'affiche bien sur l'écran.

Notons, pour terminer, que ce montage peut être utilisé en surveillance de ligne, si l'impression sur imprimante de chaque communication est demandée. Dans ce cas, il sera possible d'obtenir directement la liste des communications effectuées. Précisons que comme notre montage analyse directement les tensions présentes sur la ligne, il sera éventuellement en mesure de détecter des appels “pirates” effectués depuis une dérivation de cette dernière.

/im4/sv843c2.jpg

Henri-Pierre PENEL , Science&Vie n°843

★ EDITEUR: Science&Vie
★ LICENCE: ???
★ ANNÉE: 1987
★ AUTEUR: Henri-Pierre PENEL
★ INFO: En réponse à un abondant courrier, nous vous rappelons que l'interface principale pour Z 80 a été publiée dans notre n° 824 de mai 86 et sa mise à jour dans le n° 834 de mars 87. Pour l'interface MO 5, les schémas ont été publiés dans le n° 831 de décembre 86.

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Other platform tool:
» Science  et  Vie-Traitons  les  appels  telephoniques    LISTING    FRENCHDATE: 2016-03-10
DL: 14 fois
TYPE: PDF
SIZE: 117Ko
NOTE: 1 page/PDFlib v1.6

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Hardware » Convertisseur Analogique Digital 8 Voies (CPC Revue)
» Hardware » Reencreur Pour Ruban Dmp 2000 - 2160 (Micro-Mag)
» Hardware » Interface 8e Bit Pour Imprimante (CPC Revue)
» Hardware » Interface Midi - Part 2 (CPC Infos)
» Hardware » CPC 464 Plus Memory Upgrade (Amstrad Action)
» Hardware » Port 8 Bits (Micro-Mag)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 930 millisecondes et consultée 314 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.