HARDWAREPERIPHERIQUES ★ LE RÉSEAU LOCAL AMSTRAD (1985) ★

Le Reseau Local Amstrad - 1985|CPC Revue)Hardware Peripheriques

La principale attraction du premier AMSTRAD Computer Show de Londres était sans doute le réseau local présenté pour la première fois au public par Northern Computers.

Constitué d'une boucle de fils torsadés, il permet la connexion de 120 micro-ordinateurs AMSTRAD à un disque dur d'une capacité de 10 méga-octets par l'intermédiaire de simples prises murales. Plusieurs réseaux peuvent être reliés entre eux par l'intermédiaire de bretelles ou même par radio. Chaque équipement connecté à la boucle est appelé STATION et chaque station dispose d'une interface capable de supporter le protocole d échange de données sur la boucle. Le système accepte non seulement des AMSTRAD, mais également des APPLE, des IBM PC, XT, et AT, des BBC, des APRICOT, pourvu qu'ils soient dotés d'une interface spécifique, et tout ce beau monde peut échanger des données et accéder sur demande aux fichiers stockés sur le ou les disque(s) dur(s). Il est même possible de se connecter un un miniordinateur VAX. Des stations non-intelligentes comme des imprimantes, des caisses enregistreuses, des tables traçantes, des modems peuvent également être connectées au réseau.

Vitesse de transmission

L'échange des données s'effectue à la cadence de 250 k-bauds, soit approximativement 10 000 octets par seconde. Un fichier de 1 méga-octet peut ainsi être transféré en moins de 2 minutes, soit une vitesse plus élevée qu'avec un disque souple local.

Le câble

Comme nous l'avons dit, le câble est constitué d'une paire de fils torsadés. Afin d'éviter des parasites, il ne doit pas être posé à proximité immédiate de lignes électriques. La distance maximum entre deux machines est de 1 km et par conséquent une boucle comprenant 120 stations, soit le maximum autorisé, mesurerait 120 km. Bien que ceci soit théoriquement possible, et sachant que chaque station fournit de l'énergie à la ligne, ceci supposerait que toutes les stations soient simultanément en fonctionnement. En pratique, la longueur maximum est de 3 km, et dans ces conditions, peu importe que les machines soient hors ou en , fonctionnement. Si cette longueur s'avérait insuffisante, il suffit de créer une nouvelle boucle et de relier les deux.

L'interface Amstrad

Contenue dans un boîtier mesurant environ 25x10x5 cm, elle est reliée d'une part à une prise murale sur le réseau et d'autre part au connecteur d'extension de l'Amstrad par un câble plat d'environ 1,5 mètre. Notons qu/un nouveau connecteur mâle rapporté permet de brancher simultanément d'autres interfaces. Sur le circuit imprimé contenu dans le boîtier, nous trouvons un Z80A, une EPROM, un boîtier de mémoire RAM et un circuit intégré à grande échelle et à 40 pattes appelé ULA (Uncom-mited Logic Array). Donc, cette interface est un micro-ordinateur capable de gérer le protocole en vigueur sur le réseau. Il devient donc possible de charger du disque dur des fichiers ASCII qui y
ont été stockés par une autre machine, même si celle-ci utilisait un DOS différent.

Le disque dur

Véritable noyau du système, le boîtier comprend un disque dur hermétiquement scellé, son alimentation, une horloge/calendrier ainsi qu'un logiciel serveur et une interface pour imprimante. Il accepte jusqu'à 40 accès simultanés. Notons que le nombre de disques durs sur le réseau n'est pas limité et que les fichiers stockés peuvent être protégés en écriture, voire même inaccessibles à certaines stations.

La première installation

La première installation de réseau Amstrad a été effectuée en septembre 1985 à la Bootle High School de Sefton au nord-ouest de l'Angleterre. L'école dispose de 10 AMSTRAD CPC 464 couleur sur un site et de 8 sur un autre site distant d'environ 1 km. Chaque site dispose d'un disque dur de 10 méga-octets et la liaison entre les deux réseaux s'effectue par radio à l'aide d'interfaces spécialisées et d'antennes de toit. L'expérience semble avoir séduit de nombreux autres établissements et la demande est telle que Northern Computers a dû instaurer des listes d'attente. A quand la première expérience française ?

Marcel LE JEUNE , CPC n°7 (JANVIER 1986)

★ LICENCE: ???
★ ANNÉE: 1985
★ AUTEUR(S): ???

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 052 millisecondes et consultée 988 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.