HARDWAREPERIPHERIQUES CPC - AUTRES ★ MICROSAVE ★

Autres - Microsave|CPC Revue)Hardware Peripheriques Cpc - Autres


La célèbre loi de Murphy qui affirme que si vous laissez tomber par terre une biscotte que vous venez de recouvrir de confiture, elle tombera toujours sur la confiture, s'applique aussi malheureusement à l'informatique. Ainsi, prenant votre courage à deux mains, vous décidez de taper un long programme de CPC et absorbé par votre travail, les Ko s'accumulent dans la machine sans que vous pensiez à effectuer des sauvegardes intermédiaires sur cassette ou sur disquette. Pourtant, vous savez qu'il faut le faire ! Et voilà qu'à moins d'un Ko de la fin, survient une panne de courant qui f... tout votre travail en l'air ! La solution technique à ce genre de problèmes, consiste à utiliser un onduleur qui détecte les micro ou les maxi coupu res de courant et génère immédiatement les 220 volts qui alimentent votre machine. Malheureusement, les onduleurs, essentiellement utilisés par les professionnels, coûtent plus cher que votre Amstrad.

C'est pourquoi la société PETREL Informatique a développé les modules de sauvegarde MICROSAVE, qui bien que ne remplissant pas exactement les mêmes fonctions, vous éviteront néanmoins de perdre votre travail en cours. L'astuce de Microsave consiste à ne générer que les 5 volts qui seront nécessaires au bon fonctionnement du microprocesseur et des mémoires. L'absence de 220 volts vous privera bien entendu de l'usage de votre écran, mais au moins le contenu des mémoires sera préservé intact pendant une période de 20 à 45 minutes suivant le modèle choisi. On regrettera qu'il soit impossible de sauvegarder le travail en cours sur disquette durant la panne de courant, mais un nouveau modèle doté de cette fonction est actuellement en cours de développement, de même qu'un modèle pour compatibles PC.

Le principe de fonctionnement de l'appareil est très simple : un transformateur délivre une basse tension qui est redressée, filtrée et stabilisée pour entretenir la charge d'une batterie. Un circuit élec tronique effectue la commutation automatique   sur  l'énergie  de   secours   et assure la protection contre les anomalies de fonctionnement.

L'appareil se présente sous la forme d'un petit boîtier en matière plastique muni d'un cordon secteur et d'un cordon d'alimentation en basse tension dont l'extrémité vient s'insérer sur la ligne 5V de l'ordinateur entre le moniteur et l'unité centrale. A noter qu'un second cordon est livré avec l'appareil lui permettant d'assurer la même fonction avec un PCW. La face avant comporte une Led verte indiquant la charge correcte de la batterie et une Led rouge indiquant la présence de la tension de secours. On y trouve également un bouton poussoir qui a pour rôle d'éviter de décharger inutilement la batterie lorsque l'on débranche l'appareil. Quant à la mise en oeuvre de Microsave, elle n'appelle aucun commentaire particulier. C'est le type même d'appareil que l'on branche une seule fois et que l'on oublie pour pouvoir travailler en toute sérénité.

Marcel LEJEUNE , CPC -  http://cpcrulez.fr

★ ANNÉE: ???
★ AUTEUR(S): ???

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 049 millisecondes et consultée 690 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.