HARDWAREPERIPHERIQUES ★ Amstrad Speech Synthesiser ★

Audio - DK'Tronics Speech Synthesiser|CPC Revue)Hardware Peripheriques

Faire parler l'ordinateur est toujours amusant : les compte-à-rebours sont plus réalistes, lors du tir d'un missile ; les desiderata d'un robot, exprimés en clair, peuvent apporter une touche d'humour à votre dernier programme. Seule l'imagination limitera les possibles utilisations d'un synthétiseur vocal... Construit autour du célèbre SPO 256, l'un des circuits intégrés "vocaux" les plus anciens, le synthé DK'tronics a pour seul inconvénient son accent britannique très prononcé. Avec lui, il sera difficile de parler en bon français... Essayez de lui faire prononcer la lettre "U" par exemple ! Ceci étant dit, tout le reste est fort bien pensé.

L'utilisateur apprendra avec plaisir que ce synthétiseur est doté d'un amplificateur stéréo. Cet ampli viendra se substituer avantageusement à celui qui équipe l'AMSTRAD. Désormais, toutes les illustrations sonores (vocales ou musicales) seront reproduites sur les 2 haut-parleurs livrés avec l'interface. Deux réglages sont accessibles sur l'amplificateur : le volume sonore et la balance droite-gauche (ou gauche-droite si vous êtes un lecteur susceptible et engagé politiquement). Le second réglage s'effectuera à l'aide d'un petit tournevis ; il a déjà été pré-ajusté en usine. Le synthétiseur DK'tronics est commercialisé en plusieurs versions, fonction de la machine qui doit l'accueillir et selon que le logiciel est livré sur support magnétique ou en ROM. C'est cette dernière version (logiciel en ROM) que nous avons testée. Sentant grandir votre impatience, je ne vous ferai pas attendre davantage.


Le plus vendu. Il est fourni avec la cassette programme , un ampli de 2x4w et deux haut-parleurs. Un problème toutefois les phonèmes étant en anglais, pour entendre "bonjour" au synthé, il faudra taper "boon-joor" et encore, ce sera de toue façon, linimitable accent anglais.

Le CPC reconnaît la présence de la ROM du synthé (je ne vais pas écrire le mot en entier à chaque fois...) en affichant "SPEECH ROM VER. 1.1 ". L'instruction |SPEAK permet d'initialiser la ROM et lance un test interne donnant tout à coup la parole à l'AMSTRAD. La liste des commandes disponibles est affichée : il ne reste plus qu'à les essayer ! Disposant d'un espace limité pour ce banc-d'essai (on ne va tout de même pas détailler la notice !!, nous allons voir qu'il existe, en fait, deux grands modes de fonctionnement, les autres en dérivant plus ou moins.

A chaque phonème est associé un code (il y a ainsi 59 sons et 5 durées de pause) décimal qui, envoyé à l'adresse du synthé, produit un son. Ceci étant dit, on peut donc programmer "son par son", par l'intermédiaire de listes de DATA. Les octets lus sont envoyés dans un buffer qui pourra en contenir jusqu'à 250. Ces sons peuvent être envoyés en mode "direct" ou en mode "programme", grâce à un astucieux contrôle des interruptions, le synthé ne ralentira pas trop votre programme. Grâce aux sons élémentaires, on pourra former des mots, mais aussi produire des effets sonores assez recherchés.

L'autre mode de fonctionnement fait appel à un convertisseur Texte/Parole. L'idée est excellente car on peut ainsi introduire du texte en anglais, sous forme de chaînes de caractères, et le faire prononcer au St T (j'en ai marre d'écrire synthé...) au moyen d'un simple PRINT. Le logiciel est conçu pour reconnaître certaines règles d'exception de la langue anglaise, ce qui simplifie bien notre tâche.

J'ai bien dit "langue anglaise" car, pour le français, il faudra ruser. Certains mots  anglais devront être orthographiés différemment (par exemple, "final" est prononcé presque "à la française" et devra être écrit "fianol" pour ressembler à de l'anglais). Suffit de savoir, quoi ! La lecture de la notice nous apprend que le buffer de texte peut contenir jusqu'à 100 caractères, ce qui permet de former des phrases suffisamment longues. Avec sa contenance de 250 phonèmes, le buffer de parole fera parler la machine pendant 45 secondes... mais une commande appropriée permet de lui couper le sifflet !

Profitant d'une autre caractéristique de ce St T ( j'en profite ! ), l'AMSTRAD pourra dicter les listings ! En effet, tout ce qui apparaît à l'écran sera énoncé par la machine. Hélas, ceci restera parfois assez confus, la voix robotisée s'accommodant mal de certaines associations de sons.

Le synthétiseur (quel courage !) DK'tronics est également programmable à partir de l'assembleur. La notice donne quelques explications à ce sujet. Cette notice se termine par une table des phonèmes, listés par numéro d'ordre avec, pour chacun d'eux, un exemple de mots extraits du vocabulaire anglais. Malgré quelques petits défauts (notamment une voix un peu trop métallique lors de l'utilisation du convertisseur texte/ parole), le saint thé (normal, il est british...) DK'tronics est séduisant par ses possibilités. Le constructeur offre à l'utilisateur, en plus du synthétiseur (c'est la dernière fois que je l'écris), un ampli stéréo et ses 2 HP... pour le même prix !

CPC n°22

★ LICENCE: COMMERCIALE
★ ANNÉE: 198x
★ LANGAGE:
★ ÉDITEUR/DEVELOPPEUR: Dk'Tronics

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

File:
» DK  TRONICS  SPEECH  SYNTHESIZER  ROM  v1.1DATE: 2009-12-12
DL: 59 fois
TYPE: ZIP
SIZE: 3Ko

Advert/Publicité:
» Dk  Tronics-Amstrad  Speech  SynthesizerDATE: 2015-01-08
DL: 57 fois
TYPE: image
SIZE: 279Ko

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Hardware » Memoire - DK'Tronics - Memory Expansion/Memory Pack
» Hardware » Les Interfaces DK'Tronics
» Info » DK'Tronics
» Hardware » DK Tronics Mouse Interface Clone
» Hardware » Synthetiseur Vocal TMPI
» Hardware » Audio - DK'Tronics Speech Synthesiser (CPC Revue)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 068 millisecondes et consultée 667 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.