GAMESSALONS ★ LE SALON DE LA MICRO - 27 et 28 OCTOBRE 1990 ★

Un salon de plus

Il est bien loin le temps où Amstrad déplaçait les foules par son image novatrice. Partagée entre les jeux sur GX 4000 et les PC pas chers, la marque fait figure d'entreprise sérieuse. Un salon de plus – ou un salon de trop ?

Trois Salons de micro de loisirs en un mois et demi, n'est-ce pas exagéré? Telle est la remarque de bien des acteurs du petit monde de la micro après l'édition 1990 d'Amstrad Expo, sixième du nom. Venant après l'Atari Forum et le Salon de la micro, ce nouveau show faisait en effet un peu remake, bien que l'univers Amstrad n'ait pas été présent , ou bien de manière simplement anecdotique , au deux salons précédents.  Le fabricant britanique représente un part importante du marché après l'introduction de la nouvelle gamme. De prime abord, le Salon apparaît très clean : larges allées, moquette moelleuse, stands généralement aux couleurs Amstrad.

De nouveaux PC Amstrad fiables et bon marche

C'est clair, net, bref tout est fait pour ne pas rebuter le visiteur censé s'intéresser à la partie pro du Salon. A ce sujet, la nouvelle gamme de PC d'Amstrad ( la Génération 3 ) était assez bien représentée. Ces machines, qui succèdent aux PC 2000, disposent d'un affichage VGA, d'un lecteur 3 pouces et demi 1,44 Mo, de ports Centronics et souris en standard. En outre, l'ensemble fait moins Amstrad. Entendez par là que l'on se rapproche de technologies exploitées par des fabricants réputés professionnels: boîtier en métal, connecteurs standard, alimentation propre à la machine (et non plus intégrée dans le moniteur) et autres astuces laissées de côté. Autrement dit, les PC Génération 3 ont l'air de compatible méthode Taïwan avec un prix compétitif et la sûreté du réseau de distribution qu'Amstrad est en mesure d'offrir.


Le stand micro application

Enfin, côté professionnel toujours, le stand MERCI, société bien connue  des amateurs d'Amstrad, présentait diverses applications plus ou moins domotiques. En ce qui concerne les jeux, signalons la présence de tous les éditeurs majeurs venus présenter, surtout, leur récents développements sur consoles GX4000 et gamme CPC +. Sur place, Ubi Soft, US Gold/Ocean, Loriciel, Infogrames et autres.

Beaucoup de jeux, peu de nouveautés

Applaudissons la venue de tant de monde. Certains d'entre eux étaient en effet fort discrets lors des deux précédentes expositions. Cependant, les véritables nouveautés n'étaient pas au rendez-vous. La grande majorité des jeux nous étaient déjà connus. Mais visiblement, cela n'a en rien gâché le plaisir des amateurs qui ont pu tester à loisir  les jeux   sur   la  nouvelle gamme familiale d'Amstrad, Des bornes proposant divers titres étaient en effet à disposition de tout un chacun. Bien entendu, divers représentants de la presse micro et certaines boutiques s'étaient joints à la fête. Mais, au risque de nous répéter, le manque de véritables nouveautés rendait tout cela un peu triste.


Les consoles Amstrad déquisée en bornes d'arcades.

Le coté professionnel l'emporte sur les jeux

Ce Salon a tout d'abord permis de mesurer l'impact de la marque en matière de micro. En effet, les autres activités – vidéo, musique, etc. – apparaissent laissées de côté par rapport aux ordinateurs. D'autre part, on a pu voit l'importance prise par le côté I professionnel de l'expo au détriment du secteur des jeux of; Amstrad tient une place importante, ce qu'ont regretté divers visiteurs que nous avons interrogés. En conclusion, il serait peut-être temps pour Amstrad d'effectuer un recentrage, soit sur Amstrad Expo en tant que telle, soit en s'intéressant à des expositions telles que le Salon de la micro où les CPC+ et la console GX 4000 ont véritablement leur place.

Mathieu Brisou , Tilt n°86 , Jan 91

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 063 millisecondes et consultée 769 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.