GAMESSALONS ★ AMSTRAD EXPO 90 ★

Amstrad Expo 90|Micro News)Games Salons

Je ne pouvais qu'être présent - incognito - à cette nouvelle édition de l'Amstrad Expo (les mauvaises langues disaient que c'était la dernière)... Voici mes conclusions de fidèle agent secret.

Tout d'abord, passons en revue les différents éditeurs - et il y avait foule. S'ils avaient totalement déserté le Salon de la Micro, ils se sont réellement investis dans cette expo.

Au hasard : Ubi Soft, US Gold, Océan, Gremlin, Hewson, Microïds, Infogrames, Virgin, Loriciel etc., bref, les plus grands étaient de la partie. J'espère sincèrement que vous y étiez car point de vue du beau linge, il y avait ce qu'il fallait. Tous les démo-makers dignes de ce nom - y compris ceux de l'étranger - étaient répartis sur les différents stands (Logon, le groupe de pros du CPC en profitait pour nous en mettre plein la vue avec leur toute dernière création The Démo, un déluge d'effets sonores et visuels). Tout comme la majorité des fanzines CPC : l'Echo des Crocos, Micro Boy, Fanatic, Micro Switch, ou autres Croco Passion, Cartoon etc.

LA RELANCE

Les revendeurs importants n'étaient pas de reste, comme Général Vidéo qui disposait d'un stand immense où affluaient les acheteurs potentiels. Il faut dire que les offres étaient alléchantes. S'il y avait un lieu où on pouvait juger de l'engouement pour la nouvelle gamme Amstrad, c'était bien sur ce stand où les CPC+ et autres GX4000 se vendaient comme des petits pains. Donc, il n'y a aucun doute, le CPC sera encore largement présent l'année prochaine, contrairement à ce que peuvent affirmer les esprits chagrins qui prévoyaient sa disparition voici deux ans au moins...

Quant à Guillemot ou Nasa, ils vendaient tout ce qui peut exister sur CPC. Ou plutôt sur CPC+, étant donné que les anciennes machines, celles qui nous avaient pourtant fait rêver il y a presque 5 ans, avaient purement et simplement disparu de l'ensemble du salon.

OFFENSIVE SUR LE FEU

Dès l'entrée, on annonçait la couleur : la tendance était au jeu. En effet, pour marquer d'une pierre blanche le renouveau de la gamme et plus particulièrement l'arrivée récente de la GX 4000 -sur le marché, une flopée de machines d'arcade attendait les visiteurs. En quelques minutes, elles furent prises d'assaut - ce n'est pas tous les jours qu'on peut s'éclater à SCI sans débourser un kopeck. Et ça, c'était sans compter avec les bornes GX 4000, mises au point spécialement pour l'occasion et qui jalonnaient le hall d'un bout à l'autre. Une bonne manière de démontrer les qualités de la console...

Mirrorsoft avait bien sûr amené son célèbre Tu Nages Machin Zéro Bottle, la copie motorisée et radio-guidée des Tortues qui bousculait la foule à tout va en hurlant "Cowabunga !" Non, là je délire... Un peu plus et nous aurions pu assister à une bataille de titans entre ce représentant des chéloniens et ledernier des dinosaures, Denver lui-même, lâché par Loriciel. Heureusement, celui-ci, faute de piles (ou amoureux déçu de la belle Marion Vannier, qu'on vient de voir à la télé dans La marche du siècle), devait déclarer forfait, ce qui, à coup sûr, épargna un bon nombre de vies humaines...

Infogrames était évidemment présent avec son fameux Sim City - comment être maire à la place du maire ? - ou encore Pop' Up, un Bumpy décuplé, c'est tout dire !

COTE PRO

Du point de vue professionnel, il y avait tout ce qu'il fallait : les excellents portables Amstrad, les inévitables PC 1512 et ] 640 (moins performants, mais d'un rapport qualité/prix toujours aussi fort) et bien sûr, une foule d'éditeurs de produits destinés à ces machines. En fait, le pro tenait une place égale à celle du ludique, peut-être moins animée -mais très à lapointe de l'actualité.

Une bonne expo sans bar, ça ne se fait pas ! De ce côté-là, votre serviteur fut amplement servi, puisqu'en fait de zinc, il s'agissait d'un somptueux bus style sixties, baignant dans la musique endiablée des bornes d'arcade toutes proches. Un régal dont j'eus beaucoup de mal à me passer...

Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette manifestation qui dégageait une atmosphère de renaissance pr in tanière, bien loin des enfers promis...Unechose est sûre, des milliers de visiteurs étaient venus au rendez-vous, ce qui laisse présager de bonnes choses pour l'avenir du CPC en particulier, et d'Amstrad en général.


Capitaine Pixel , MICRONEWS n°43

★ AMSTRAD CPC ★ DOWNLOAD ★

Advert/Publicité:
» Amstrad  Expo  1990    (16-19  Novembre  1990)    Parc  des  Expositions  Porte  de  VersaillesDATE: 2010-04-24
DL: 104 fois
TYPE: image
SIZE: 259Ko

Je participe au site:
» Newfile(s) upload/Envoye de fichier(s)
★ AMSTRAD CPC ★ A voir aussi sur CPCrulez , les sujets suivants pourront vous intéresser...

Lien(s):
» Games » Amstrad Computers Show 1985 (CPC Revue)
» Games » Amstrad Northern - 1989
» Games » Amstrad Expo 86 (CPC Revue)
» Games » Amstrad Expo 89 (Amstrad Cent Pour Cent)
» Games » Amstrad Computers Show 1986 (CPC Revue)
» Games » Amstrad Expo 89 (Amstar&CPC)

QUE DIT LA LOI FRANÇAISE:

L'alinéa 8 de l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle explique que « Lorsque l'œuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou détudes privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Pas de problème donc pour nous!

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 041 millisecondes et consultée 990 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.