GAMESSALONSGAMESLIST ★ AMSTRAD EXPO 88|AMSTRAD CENT POUR CENT) ★

AMSTRAD EXPO, LE SHOW 1988

33000 entrées pendant quatre jours, plus de 150 exposant: dont le stand très remarqué de vos serviteurs : Amstrad Cent Pour Cent. La cuvée 88 de l'Amstrad Expo s'est révélée riche en surprises, en rencontres et en bousculades. Pour tous ceux qui n'ont pas pu venir et pour ceux qui veulent se souvenir, en voici un survol rapide

Le premier jour, le vendredi 4 novembre, ne fut pas vraiment animé. Les exposants mettaient une dernière main à leurs stands, et les visiteurs, surtout des professionnels, passaient de place en place à la recherche de connaissances ou de nouveaux produits. Déjà quelques lecteurs de Cent Pour Cent venaient nous rendre visite. Certains d'entre eux, qui ne pouvaient revenir le lendemain, étaient porteurs de fleurs à l'intention de Miss X. Le stand d'Amstrad France attirait beaucoup de curieux, qui examinaient avec attention la nouvelle gamme 2000 du crocodile. Rien de vraiment spécial lors de cette journée. Tout le monde se préparait à la grande affluence du samedi... La pression montait doucement.

SAMEDI

Dès l'ouverture des portes, un flot ininterrompu de visiteurs envahit le salon. Sollicités de toute part pour des autographes ou des questions, nous n'avons guère le temps de voir ce qui se passe sur les autres stands. Très vite, l'estrade prévue pour accueillir Miss X se recouvre de bouquets de fleurs. Les interrogations se font plus précises : " S'iou plaît, c'est à quelle heure qu'elle sera là, Miss X ? Parce que je viens de Narbonne en train, spécialement pour la voir. J'ai amené   des   roses,   mais  je   dois reprendre le train tout à l'heure" me demande un jeune lecteur... Miss X est en retard, et tout le monde est inquiet.. Robby, Lipfy et Septh donnent des autographes à tour de bras, dans le bruit des explosions des machines d'arcade. Tout est prêt. Le concours sur Thunder Blade s'organise rapidement. La foule grossit de plus en plus autour de notre stand. Les badauds s'interrogent du regard en passant devant l'estrade recouverte de fleurs, et ceux qui savent se préparent. Enfin, Miss X est là. Accompagnée de Robocop en guise de garde du corps, elle s'avance vers la place qui lui est destinée. Vêtue de rouge et de noir, elle prend place. Quelques exclamations flatteuses se font entendre. La file d'attente pour faire dédicacer le numéro 9 de Cent Pour Cent devient énorme et bloque l'allée. Au bout d'une demi-heure, la file est toujours aussi grande. A la demande d'autres exposants que cette agitation dérange un peu, nous décidons d'interrompre la séance de dédicace, qui reprendra un peu plus tard...


LORICIELS

Profitant de la coïncidence de dates entre la sortie de 944 Turbo Cup et l'Amstrad Expo, Laurent Weill, P-DG de Loriciels, a convoqué la presse pour tenir une conférence sur son   stand.  Au   cours   de  celle-ci, il a déclaré que plus de 50 % des 30 000 exemplaires mis en place chez les distributeurs étaient destinés aux Amstrad, le pourcentage restant se répartissant sur ST, Amiga, Thompson et PC. Toujours concernant Turbo Cup, qui décidément est le produit phare de cette fin d'année pour Loriciels (n'a-t-il pas été nominé pour le Tilt d'or de la meilleure simulation sportive, qu'il a remporté avant même que le jeu soit disponible chez les revendeurs ?), Laurent Weill a déclaré que, dès janvier 89, vous retrouverez Turbo Cup en machine d'arcade, dans toutes les bonnes salles de jeux. Fin de la conférence et annonce de la présence de René Metge sur le stand Loriciels le dimanche 6, pour des dédicaces et des défis sur Turbo Cup. En conclusion, un joli stand, de bonnes animations, une action marketing de poids. Si, après ça, Turbo Cup ne se vend pas, c'est à désespérer de tout

AMSTRAD CPC | Games : Amstrad Expo 88 | http://cpcrulez.fr

ET C'EST REPARTI

Nouvelle série de dédicaces pour Miss X. Cette fois, elle a lieu sur le stand Us Gold, et là c'est la panique. L'estrade est prise d'assaut, et même Robocop se demande comment il va pouvoir s'en sortir. Tout finit bien et nous en profitons pour visiter les stands de bon nombre d'éditeurs anglais représentés par la société SFMI. Impressionnants, les stands d'Océan et d'Us Gold, avec leurs machines d'arcade, des dizaines de jeux sur CPC, leurs concours permanents et le simulateur de sensation Us Gold ! Imagine, Grem-lin et Hewson sont eux aussi représentés, sans oublier Epyx, Go, Palace Software, chez qui Barbarian n'est toujours pas sorti sur CPC, et Incentive, pour ne citer que les plus connus. Des méga-stands extraludiques, avec pas mal de nouveautés que nous avons testées dans les pages qui suivent...

DES EDUCATIFS AUSSI

La société Carraz était là, avec toute sa gamme de produits, des Petits Malins, en passant par Les Voleurs du Temps, jusqu'à Vie et Mort des Dinosaures. Un stand simple et agréable, où même les tout petits (3-4 ans) ont pu apprendre en s'amusant. Les éditions Cédic/Nathan et Cocktel Vision présentaient également leurs produits éducatifs. A noter, chose importante, que ces deux sociétés se sont associées pour distribuer l'adaptation sur micro du fabuleux film Roger Rabbit. Le soft est réalisé dans le département informatique de Walt Disney et c'est la société Buena Vista, qui a produit le film, qui finance le tout. Si vous avez vu le film, vous devez être impatient de voir le résultat. Promis, nous vous tiendrons au courant. Autre projet intéressant, développé cette fois avec un label de Cocktel Vision : Tomahawk. Il s'agit du Livre de la Jungle, qui est en fin de développement et bientôt disponible... Nous le testerons dans le numéro 11.

TITUS ET LES PHOTOS DE CRAZY CARS II

Que vous dire sur Titus que vous ne sachiez déjà ? Cette petite société française se distingue par son dynamisme et la qualité extraordinaire de ses softs sur CPC, et ce n'est pas le fait du hasard s'ils ont ouvert une filiale américaine à Los Angeles et une autre à Londres (depuis octobre 1987). Sur le stand noir et rouge de Titus défilaient Off Shore Warrior, Crazy Cars, Fire & Forget et le génial Titan. Galactic Conqueror n'était pas encore disponible, mais vous pouvez lire le test de la préversion dans les pages qui suivent. Hop, vite fait, comme ça, mine de rien, on vous passe aussi les photos de Crazy Cars II. Géant ! Nous avons aussi vu les animations et on ne s'en est pas encore remis tellement c'est bien... Vous en saurez plus dans le prochain numéro...

AMSTRAD CPC | Games : Amstrad Expo 88 | http://cpcrulez.fr AMSTRAD CPC | Games : Amstrad Expo 88 | http://cpcrulez.fr

COBRA SOFT

Un bataillon de l'équipe de Lyon avait fait le déplacement. Ils ont installé une tente aux teintes très militaires. Habillés en treillis ou en imperméables de l'armée, ils ont organisé des séances de Maxi-Bourse et passé quelques démos d'Action-Service. Certainement le stand avec le meilleur rapport originalité/prix. Bravo Brocard, c'était encore une fois une bonne idée.

AMSTRAD CPC | Games : Amstrad Expo 88 | http://cpcrulez.fr

UBI SOFT

Au moment de l'Expo, les hits de fin d'année n'étaient pas encore disponibles sur CPC. Nous avons simplement vu des démos d'Iron Lord, de Defender of the Crown et de Puffy's Saga. Quant à l'Ile, vous pouvez lire le test que nous en avons fait dans les pages qui suivent...

POUR FINIR EN BEAUTE

Après ce petit tour d'horizon, revenons au stand Cenf Pour Cent sur lequel, outre tous les lecteurs qui sont venus nous voir, nous avons eu la chance d'accueillir Manon Vannier, Pierre Sarfati, Albert Loridan et Thierry Lhermite qui ont posé en compagnie d'Alain Kahn (notre directeur de la publication) et de Miss X. A propos de Thierry Lhermite, nous vous réservons une grosse surprise pour le début de la nouvelle année. Toute l'équipe tient à vous remercier d'être venus si nombreux et si enthousiastes pour nous soutenir lors de notre première exposition. Merci et à bientôt.


A100% n°10, Décembre 1988

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 932 millisecondes et consultée 2206 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.