GAMESEDITEURS ★ Alligata dedans jusqu'au cou ★

Alligata Dedans jusqu'au Cou|Hebdogiciel)Games Editeurs

Je vous avais déjà parlé du procès qu'Elite avait collé sur le dos d'Alligata pour une sombre histoire de droits d'adaptation du jeu de café Commando. Elite, propriétaire de ces droits, voulait sortir à l'approche de Noël son soft sous le nom Commando. Manque de bol, Alligata a commercialisé en Septembre Who Dares Wins, un pompage intégral du sus-dit jeu. Fort de ses droits Elite colle alors l'alligator devant les tribunaux, obligeant celui-ci à interrompre la mise en vente du logiciel incriminé. Pendant la procédure, Alligata prépare sa réponse en annonçant à grand renfort de pub Who Dares Wins II, un soft normalement inattaquable d'un point de vue copyright.

Et c'est là que les programmeurs d'Alligata ont essayé de nous faire prendre des vessies pour des lanternes : cette nouvelle mouture du jeu ne diffère de la première que par les attributs de couleur des uniformes et du paysage. Pour le reste tout y est : les quelques chargeurs pour le fusil, la dizaine de grenades et les tonnes de combattants prêts à vous étriper sans aucune raison. Finalement, les juges londoniens viennent de rendre leur verdict : Who Dares Wins est interdit à la vente ( toutes les copies  en  circulation  doivent être renvoyées, bonjour la pièce de collection pour ceux qui l'ont ) et Who Dares Wins II doit être retiré de la vente tant que des modifications importantes n'auront pas été accomplies.

Ca va la loi de la jungle en Angleterre, au lieu de se tenir les coudes les éditeurs se tirent dans les pattes. Un précédent qui aura peut-être des suites comiques : on devrait interdire à la vente toutes les copies de Pac-Man , de Pôle Position et autre Space Invaders, et là bonjour le nombre de faillites à prévoir !

Hebdogiciel n°109 du 15 novembre 1985

CPCrulez[Content Management System] v8.75-desktop/c
Page créée en 049 millisecondes et consultée 1069 fois

L'Amstrad CPC est une machine 8 bits à base d'un Z80 à 4MHz. Le premier de la gamme fut le CPC 464 en 1984, équipé d'un lecteur de cassettes intégré il se plaçait en concurrent  du Commodore C64 beaucoup plus compliqué à utiliser et plus cher. Ce fut un réel succès et sorti cette même années le CPC 664 équipé d'un lecteur de disquettes trois pouces intégré. Sa vie fut de courte durée puisqu'en 1985 il fut remplacé par le CPC 6128 qui était plus compact, plus soigné et surtout qui avait 128Ko de RAM au lieu de 64Ko.